• Image01.gif

     

     

    Image01.jpg

    Chers amis,


    Je vous souhaite, ainsi qu'à vos proches, une merveilleuse année 2013!


    Une année pétillante et colorée, riche en joies intenses, en délicieuses surprises et en projets réussis!


    Je souffle vers vous mes voeux de santé, d'amour et de prospérité, pour que s'accomplissent vos rêves et que s'adoucissent les peines de 2012...


    Image02.jpg

    Mettons le cap vers l'avenir, nos désirs en bandoulière et laissons rayonner nos sentiments...


    Je vous embrasse très affectueusement!


    Cendrine


    Image03.jpg

    Image04.jpg

    Nouvelle année tu fais ta belle

    Avec tes jupons de dentelle

    Qui dansent dans la nuit brodée

    De givre et de bonbons de fée


    Dans tes cheveux le vent des neiges

    Tisse la soie des sortilèges

    Avec tes larmes de rosée

    Tu prends mon coeur dans un baiser


    Nouvelle année aux doux pétales

    Sous les étoiles de cristal

    N'oublie pas les plus démunis

    Les naufragés de cette vie


    Leurs mots brisés leurs yeux fanés

    Au festin de la destinée

    A l'heure des enchantements

    Sème leurs voeux au firmament


    Nouvelle année rose d'hiver

    Éclose au front des arbres verts

    Nourris les corps berce les âmes

    Dans la jeunesse de ta flamme


    Flocons de lune et fleurs sauvages

    Font scintiller le paysage

    Le ciel dans tes rubans d'aurore

    S'enivre aux légendes du Nord


    Au creux de l'âtre familier

    Sur la roue du calendrier

    Dans le grimoire des saisons

    Écris la blanche floraison


    Nouvelle année au sang rebelle

    Je sens tes jupons de dentelle

    Glisser sur la peau des chemins

    Éveillant l'or des lendemains...


                                              Cendrine


    Image05.jpg

    Que la chance vous accompagne!


    Image06.jpg

    Et que 2013 prenne le plus doux des visages..


    Image07.jpg

    Dans le sillage des roses et le sourire des bulles d'or...


    Image08.jpg

    Image09.jpg

    Cueillons, cueillons les symboles de bonne fortune...


    Image10.jpg

     

    Image11.jpg

    Image12.jpg

    Étrennes et Voeux


    Image13.jpg

    La tradition d'écrire des cartes de voeux, à l'occasion de la nouvelle année, naquit en Angleterre au XIXème siècle. Elle connut un formidable essor grâce à l'apparition du premier timbre-poste, en 1840, et à la mise au point de la chromolithographie ou procédé d'impression en couleurs, par le lithographe Godefroy Engelmann (1788-1839), en 1837.


    Image14.jpg

    Ces ravissantes cartes connurent un succès retentissant auprès des collectionneurs et se répandirent rapidement dans toute l'Europe.


    Image15.jpg

    Image16.jpg

    Image17.jpg

    Image18.jpg

      Image19.jpg

    La tradition des voeux se mêle à celle, bien plus ancienne, des étrennes. Dans la Rome antique, on offrait aux personnes aimées de la verveine, pour que leur santé soit rayonnante tout au long de l'année, sous l'obédience de la déesse Strenia.


    Image20.jpg

    La déesse, par John William Waterhouse (1849-1917)


    D'après Symmachus, un auteur ancien, cette coutume fut introduite sous l’autorité du roi sabin Titus Tatius qui reçut des rameaux de verveine, cueillis dans le bois sacré de Strenia.


    Les premiers présents, constitués de figues très sucrées, de dattes et de miel étaient destinés à apporter du bonheur, de la douceur et de la prospérité à leurs destinataires. Mais au fil du temps, on s'échangea, sous le regard de Janus, le dieu à double visage, des monnaies et des médailles d’argent.


    Image21.jpg

    Janus le clairvoyant, maître du calendrier, seigneur des croisées de chemins, détenteur des secrets de l'année écoulée et de l'année nouvelle.


    Image22.jpg

    A l'exception de Tibère et de Claude, les empereurs romains appréciaient de recevoir des étrennes mais, à l'instar d'Auguste, certains en redistribuaient une part conséquente.


    Image23.jpg

    En France, jusqu'au XVIe siècle, le début de l'année variait suivant les provinces et les diocèses. Sous le règne des Mérovingiens, l’année commençait le 1er mars. Sous le règne de l'empereur Charlemagne, elle débutait le jour de Noël. Dans la France capétienne, elle coïncidait avec les fêtes de Pâques et dans certains endroits, c'était le 25 mars ou le premier avril. (Vous pouvez consulter, à ce propos, mon article sur le Poisson d'Avril.)


    Image24.jpg

     

    Le roi Charles IX (1550-1574) décida de résoudre cette « complication » en fixant au premier janvier, dans l'ensemble de la France, le début de l'année civile. Le 9 août 1564, il signa l'édit de Roussillon qui n'entra en vigueur qu'en 1567.


    Image25.jpg

    Charles IX de France (1550-1574), fils d'Henri II et de Catherine de Médicis. Huile sur bois d'après François Clouet (1515-1572), conservée au musée national du Château de Versailles.

     

    Image26.jpg

    (Image, la France Pittoresque)


    En 1622, la mesure fut étendue à l'ensemble du monde catholique grâce à l'adoption du calendrier grégorien.


    Image27.jpg

    A la fin du XIXe siècle, l’engouement pour la figure mythologique complexe du Père Noël modifia la coutume d’offrir des cadeaux le 1er janvier. Le jour des étrennes se confondit alors avec celui de Noël et les cadeaux furent échangés le 25 décembre.


    Image28.jpg

    Image29.jpg

     

    Que la fée de l'année, après le baiser sous le gui, exauce vos rêves et vous offre les plus beaux présents pour 2013!


    P.S: J'ai écrit, il y a des années, un article sur la coutume du baiser sous le gui et les traditions de la Saint-Sylvestre mais le reprendre et l'illustrer me demandait beaucoup trop d'énergie en cette fin d'année où j'ai promis de « lever le pied » alors ce sera pour l'année prochaine... Merci à tous ceux qui m'apportent leur soutien et m'écrivent de très gentils petits mots. Je vous embrasse bien fort!


    Image31.jpg

    Image32.jpg

     

    Image33.jpg

    Plume4

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    55 commentaires
  • Image01.gif

     

    Image02.jpg

     

    Chers amis, nous voici aux portes de l'année nouvelle. Je vous remercie pour vos petits mots gorgés d'affection et pour le plaisir que me procurent vos poésies, vos photographies, vos délicieuses recettes et vos mondes imaginaires...

     

    Image03.jpg

     

    Que la magie de Noël rayonne dans vos foyers, présage d'une année remplie de joie, d'amour et de sérénité et que la ronde des saisons vous emporte dans sa féerie!

     

    Image04.jpg

     

    Je pense aussi très fort aux êtres aimés qui ne sont plus là et aux personnes seules en cette période de festivités... J'aimerais pouvoir adoucir leur solitude forcée.

     

    Image05.gif

     

    Je vous souhaite, avec ce petit conte imprégné de souvenirs d'enfance, un merveilleux Noël!

     

    Image06.jpg

     

    Autrefois, suspendue aux petits bruits de la nuit, je guettais la venue d'un mystérieux personnage...

     

    Les ombres d'or autour de moi frissonnaient doucement et quelque chose de suave emplissait l'air.

     

    Le mannele en robe de chocolat croquant semblait me regarder, fillette féline tapie contre le mur de la salle à manger. Quelques instants encore et mon voeu allait être exaucé, dans le cocon que formait la maison de ma grand-mère. J'allais apercevoir une figure jaillie du fond des âges, mi dieu ancien, mi lutin des bois et vénérable grand-père à la barbe de nuages...

     

    Image07.jpg

     

    Image08.jpg

     

    Je m'étais appliquée à préparer des brioches aux écorces d'agrumes et aux pignons de pin, décorées de cabochons d'angélique, et je retenais mon souffle pour me fondre le plus possible dans le décor. J'avais virevolté toute la journée dans les jupes de maman et de mamie, exploré la maison en quête d'un itinéraire à peine visible, chemin de Faérie que seul emprunterait un être de légende, et dessiné une farandole de voeux et de rêves sur les fenêtres scintillantes de givre.

     

    Comme nous n'avions pas de cheminée, mamie disposait une myriade de bougies sur une table ovale non loin de l'arbre qui m'émerveillait.

     

    Image09.jpg

     

    Il exhalait son merveilleux parfum dans la pièce, ensorcelant l'atmosphère avec la chaude résine qui circulait encore dans ses veines et ses aiguilles, sous l'effet de la chaleur ambiante, mêlaient leur senteur balsamique à des effluves d'orange, de mandarine et de cannelle.

     

    Image10.jpg

     

    Paré de rubans rouges et de sujets brillants, dodus et délicats comme des bulles de cristal, l'Arbre Vert était un phare dans la nuit guidant le vieux monsieur des neiges vers mes petits souliers qui attendaient sagement son entrée en scène.

     

    Image11.jpg

     

    Ma curiosité était à son comble quand un bruit de clochettes, doux, enivrant et étrangement assourdi résonna derrière moi. J'eus la sensation d'être observée et une voix, au creux de mon esprit, me souffla de retourner immédiatement au lit. Le mystère devait être préservé tel une perle dans son écrin.

     

    Je partis en courant vers ma chambre, mes boucles brunes en bataille, mes petons facétieux claquant sur le carrelage du couloir et je m'engouffrai, le coeur battant, sous ma couverture fleurie.

     

    Je fouillai l'oreiller, comme je le fais encore avec une fébrilité toute enfantine, et mes doigts caressèrent quelque chose... Je me redressai pour allumer la lampe de chevet et, dans la clarté rosée, sous le regard bienveillant de mes jouets, je trouvai une boîte que j'ouvris avec une folle excitation. Elle contenait un stylo plume bleu ciel et un carnet orné d'un Pierrot et d'un croissant de lune argenté.

     

    C'était fabuleux. Qui avait déposé là cette surprise au coeur d'une nuit pas comme les autres? Je n'osais croire que...

     

    Image12.jpg

     

    Je finis par m'endormir en serrant fort contre moi ces objets magiques...

     

    Le lendemain matin, réveillée par une odeur de gâteau au miel et de tartines grillées, je me dépêchai de rejoindre maman et mamie dans le salon. Des paquets chatoyants, tous plus beaux les uns que les autres, entouraient le pied de l'arbre aux merveilles! La magie avait opéré...

     

    La journée dansa sur elle-même et, quand vint l'heure de me lover dans la toile de Morphée, je glissai sous l'oreiller mon stylo et mon carnet mystérieux. Les histoires que j'allais y écrire caracolaient déjà, à la crête des nuages d'argent. Le Père Noël, seigneur de l'Hiver, chevauchait de vastes plaines enneigées et les lutins allumaient les étoiles une à une. Elles dessinaient une trame envoûteuse, invitant mes désirs et mes rêves à rejoindre le cortège enchanté.

     

    Image13.jpg

     

    L'aventure de mon héroïne d'enfance, Flamme Bleue, commençait...

     

                                                                                                                                 Cendrine

     

    Image14.jpg

     

    Image15.gif

    Plume4

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    52 commentaires
  • Image01.gif

     

    ARTICLE PROGRAMMÉ

     

    Image02.jpg

     

    Avec douceur et poésie, la magie des décors de Noël se dévoile dans le paysage urbain.

     

    Image03.jpg

     

    Les sapins se parent d'ornements romantiques et de pépites fleuries.

     

    Image04.jpg

     

    Inspiration rêveuse et rose fantaisie...

     

    Image05.jpg

     

    Image06.jpg

     

    Un petit rappel des vitrines des Grands Magasins, avec la suite de mes photos...

     

    Image07.jpg

     

    Les coquetteries du boulevard Haussmann.

     

    Image08.jpg

     

    Image09.jpg

     

    Image10.jpg

     

    Image11.jpg

     

    Image12.jpg

     

    Image13.jpg

     

    Image14.jpg

     

    Mes pas m'ont ensuite guidée vers le Passage du Havre.

     

    Image15.jpg

     

    Il abrite, entre la rue de Caumartin (ancienne rue Sainte-Croix) et la gare Saint-Lazare, un petit centre commercial.

     

    Image16.jpg

     

    Il fut créé, en 1845, dans le 9e arrondissement de Paris, par l'architecte Charles-Victor Bartaumieux (1832-1907) et ouvert au public le 7 septembre 1846. On y trouvait des marchands de cannes et de parapluies, des chapeliers, des imprimeurs et des papetiers, des pâtissiers et un quincaillier renommé mais il était surtout réputé pour ses boutiques de jouets. Sa situation privilégiée près de la gare Saint-Lazare attirait, de toute la France, les amateurs de maquettes de bateaux et de trains et favorisait les échanges commerciaux.

     

    Image17.jpg

    (Image: les trains de Guillaume.)

     

    Le magasin « Au Pélican » était situé autrefois aux numéros 43 et 45. Il regorgeait de poupées, de peluches, de petites voitures, d'avions et de bateaux miniatures. Il proposait de nombreux modèles de trains et une profusion de pièces détachées. On y sélectionnait les meilleures marques et on y fabriquait des éléments très précis, sur demande expresse des clients.

     

    Image18.jpg

    (Paris en images)

     

    Image19.jpg

    (Agence Roger Viollet)

     

    Ces charmantes boutiques ont hélas disparu mais il est agréable de prendre un thé ou un café sous la verrière de la rotonde.

     

    Image20.jpg

     

    Image21.jpg

     

    En suspension au-dessus de nos têtes, des gouttes géantes capturent nos ombres, nos silhouettes et nos pensées vagabondes. Elles crépitent avec douceur, dans le brouhaha ambiant, et s'embrasent au moindre rai de lumière, comme des fioles sorcières.

     

    Image22.jpg

    Gouttes d'eau, larmes d'ambre... mon esprit caracole à travers leur douce fantasmagorie.

     

    Image23.jpg

    Transparences songeuses et modernes vanités...

     

    Dans les tableaux du XVIIe siècle, les bulles, les gouttes et les jeux de reflets traduisaient l'insaisissable. Ils nous invitent, aujourd'hui encore, à méditer sur la fuite du temps car, ne l'oublions pas, l'éphémère mène la danse. Alors savourons, comme autant de plaisirs exquis, les étincelles de bonheur qui brillent à notre portée...

     

    Image24.jpg

     

    Image25.jpg

    La rotonde est bordée par un petit jardin, joliment aménagé à l'occasion des fêtes.

     

    Image26.jpg

     

    Des rennes et des lutins facétieux nous invitent au Cercle Polaire, près d'une cahute à friandises, où se dévoilent des macarons géants, des cannes de sucre d'orge et des sucettes chatoyantes.

     

    Image27.jpg

    Un espace charmant que les petits et les grands semblent bien apprécier.

     

    Image28.jpg

     

    Image29.jpg

     

    Une « soucoupe » pistache et chocolat, avant-poste de la planète macaron! Je vous entends rire d'ici mais ne me dites pas que vous n'auriez pas envie de l'explorer...

     

    Image30.jpg

     

    La canne de sucre d'orge est l'attribut des bonshommes de neige, des lutins et du Père Noël qui transforma en friandise la crosse de Saint-Nicolas.

     

    Image31.gif

     

    Image32.jpg

     

    Image33.jpg

     

    Les origines de cette gourmandise aux couleurs joyeuses sont teintées de mystère. Certaines sources l'associent aux célébrations du solstice d'hiver dans l'Angleterre médiévale. Un mélange de miel et d'orge cuit était offert aux anciens dieux et aux représentants du Petit Peuple pour attirer la prospérité sur les villages.

     

    Pour d'autres, la canne de sucre d'orge serait originaire des États-Unis. Un confiseur l'aurait créée, au XIXe siècle, en hommage au Christ et elle représenterait un J stylisé.

     

    Image34.jpg

     

    Nous devons aux Bénédictines de Moret-sur-Loing, en Seine et Marne, la plus célèbre recette de sucre d'orge. La mère supérieure du Prieuré de Notre Dame des Anges, Elisabeth Pidoux, cousine du poète Jean de La Fontaine, lança, en 1638, la fabrication du sucre d'orge: un bâton aux vertus adoucissantes composé d'une décoction d'orge perlé (ou gruau d'orge), et de sucre de canne cristallisé avec du vinaigre.

     

    Image35.jpg

    (Moret-sur-Loing.fr)

     

    Le sucre d'orge fut à l'origine un « sucre de gorge », destiné à apaiser les gorges endolories. Très prisé des orateurs car il leur donnait la voix claire, ce produit s'imposa rapidement à la cour de Louis XIV où il devint la coqueluche des gourmands. Bossuet, l'évêque de Meaux, en était particulièrement friand.

     

    Image36.jpg

    (Moret-sur-Loing.fr)

     

    Le monastère fut hélas « balayé » par la Révolution. Après sa disparition en 1792, le secret du sucre d'orge faillit être définitivement perdu mais une religieuse appelée Soeur Félicité revint, quelques temps plus tard, à Moret-sur-Loing pour y terminer sa vie. Elle était la gardienne de la fameuse recette qu'elle transmit à l'une de ses amies. Vers 1853, Monsieur Desmarais, un négociant français en canne à sucre du Brésil put relancer la fabrication des confiseries.

     

    Une congrégation de religieuses bénédictines fit son retour à Moret-sur-Loing et, de 1920 à 1950, les sucres d'orge connurent un regain de popularité. En 1972, après quelques années troublées, la soeur Marie-André transmit le secret à monsieur Jean Rousseau, natif de la petite ville de Seine-et-Marne. La Maison Jean Rousseau exploite toujours la licence des sucres d'orge de Moret-sur-Loing.

     

    Image37.jpg

     

    Sous le Second Empire, se développa le sucre d'orge de Vichy. Cette spécialité, fort appréciée par l'empereur Napoléon III, était à la mode dans les stations thermales. Il s'agit de petits bonbons ronds, en sucre cuit, aromatisés aux fruits et enveloppés de cellophane. Ils étaient réputés soigner les laryngites et rendre la voix claire aux orateurs.

     

    Pour la petite histoire, les fameuses pastilles de Vichy, à la forme octogonale si caractéristique, sont nées en 1825, à l'initiative du chimiste Jean-Pierre-Joseph Darcet (1777-1844). Elles sont riches en principes actifs issus des sels de l'eau thermale de Vichy.

     

    Image38.jpg

     

    Image39.jpg

     

    Le monde des friandises nous réserve une foule de surprises et réjouit tout autant nos papilles que nos esprits.

     

    Image40.jpg

     

    Monde d'intense douceur dont les lutins préservent les secrets...

     

    Image41.jpg

     

    Image42.jpg

    Je craque pour leurs petits souliers...

     

    Image43.jpg

    Totalement irrésistibles ces bouchées de chocolat artisanal...

     

    Image44.jpg

     

    Image45.jpg

     

    Ma promenade se termine avec ces charmants découpages qui ont fait palpiter mon âme d'enfant...

     

    Image46.jpg

    Et réveillé, dans l'écrin de leur délicate palette, l'esprit des légendes hivernales.

     

    Image47.jpg

    Je ne peux que vous conseiller de visiter le site de leur créatrice: Hélène Druvert.

     

    Image48.jpg

     

    Une poésie fine, suave, intemporelle imprègne ses réalisations.

     

    Image49.jpg

     

    Image50.jpg

     

    Entre gourmandises et petits plaisirs décoratifs, je vous souhaite de très belles fêtes de fin d'année et je vous embrasse bien fort!

     

    Image51.jpg

     

    Image52.gif

    Plume4

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    52 commentaires
  • Image01

    Image02

    Chers amis, je vous souhaite un beau mois de décembre et je vous remercie pour vos nombreux petits mots et vos messages de soutien.


    Mon état de santé ne me permet plus de continuer à écrire aussi assidûment et de gérer mon blog comme je le voudrais. Malgré mon enthousiasme et le plaisir que j'éprouve à partager le fruit de mes recherches, je dois me reposer, autant que faire se peut, avant que lésions inflammatoires, névralgies chroniques et hémorragies ne prennent l'ascendant sur l'énergie qu'il me reste.


    Sachez que je pense bien fort à vous. Je viendrai vous voir chaque fois que je le pourrai et, dès que j'en serai capable, j'écrirai de nouveaux articles.


    Image03

    Image04

    Je vous embrasse et je vous souhaite d'excellentes fêtes de fin d'année.


    Image05

    Avec cette fleur de prospérité, de bonheur et d'amitié...


    Cendrine


    Image06

    Mais avant de vous quitter, je veux vous offrir quelques zestes de magie hivernale...


    Image07

    Image08

    Magie des voeux qui vont chevaucher les nuages jusqu'à la demeure du Père Noël, dans les flamboyantes nacres du Cercle Polaire...


    Image09

    Magie des vitrines de Noël...


    Image10

    Vitrines des grands magasins du boulevard Haussmann qui attirent, depuis des décennies, les passants de tous âges...


    Image11

    « Inspirations Parisiennes » glamour des vitrines du Printemps.


    Image12

    Image13

    Un rouge souverain pour une robe au charme exquis. Félicitations aux petites mains qui ont apprêté ces princesses miniatures pour un bal très parisien!


    Image14

    (Image Ykone.com)


    Image15

    Soixante quatorze poupées évoluent dans des tableaux « Haute Couture », réminiscences du Théâtre de la Mode, tournée internationale de mannequins miniatures qui fut organisée, entre 1945 et 1946, par les maisons parisiennes, rudement éprouvées par la Seconde Guerre Mondiale.


    Image16

    Robert Ricci, le fils de la couturière Nina Ricci, eut l’idée de présenter des petites poupées pour économiser les frais de tissu et faciliter le transport des collections. De célèbres joailliers, comme Cartier et Van Cleef and Arpels, réalisèrent pour l'occasion des accessoires miniatures et, après une tournée en Europe, le Théâtre de la Mode traversa l’Atlantique pour être présenté à New York. Il est exposé aujourd'hui au Maryhill Museum of Art.


    Image17

    Sous la griffe de Dior, les vitrines du Printemps célèbrent la magie des lieux emblématiques de la capitale, dans une atmosphère rêveuse et enneigée... Un bal masqué, une patinoire sous la Tour Eiffel, un jardin d'hiver, le Café de la Gare, les toits de Paris, une fête foraine, un voyage en ballon... les élégantes sont mises en scène, avec humour et poésie, dans des saynètes aux couleurs chatoyantes.


    Image18

    Image19

    Image20

    Image21

    Du rouge passion à foison...


    Image22

    Image23

    Image24

    Image25

    Image26

    Des tenues vaporeuses...


    Image27

    Des gourmandises hypnotiques!


    Image28

    Du romantisme et du mystère...


    Image29

    Image30

    La belle et la bête...


    Image31

    Image32

    Des ornements enchantés...


    Image33

    Image34

    Image35

    Une licorne des neiges dans un palais de bulles de cristal...


    Image36

    Des muses écarlates sur un lit de poudreuse...


    Image37

    Quintessence de féminité...


    Image38

    Et secrets élixirs...


    Image39

    Rêve de princesse en figure de proue...


    Image40

    Aux Galeries Lafayette, nous découvrons « Le Bal du Siècle », un ensemble de douze vitrines imaginées par Louis Vuitton pour célébrer le centenaire de la coupole du grand magasin. Elles se présentent comme une ode au voyage et sont peuplées de majorettes et d'animaux exotiques qui arborent de célèbres produits de la marque.


    Image41

    Hormis les jolis visages de ces poupées, cet étalage de luxe n'est pas ma tasse de thé...


    Image42

    Mon âme d'enfant s'est sentie désorientée de ne pas retrouver l'imaginaire de Noël... Elle n'a pas été la seule!


    Image43

    Image44

    Image45

    Des animaux exotiques et polaires composent un singulier bestiaire. Ils jouent le rôle d'ambassadeurs pour ce florilège de créations très onéreuses...


    Image46

    La Quatrième Dimension de Noël!!!


    Image47

    Il était une fois un ours blanc métamorphosé en fashion victim...


    Image48

    La douceur et le charme d'un bal en tenue baroque...


    Image49

    Des amoureux déjà prêts pour la Saint-Sylvestre...


    Image50

    Pas facile de capturer l'image entre deux jeux de reflets mais je m'amuse de cette « incertitude » artistique...



    Image51

    Le carrosse de Cendrillon, luxuriante citrouille aux spires d'or qui envoûte l'imagination des petits et des grands...



    Image52

    En cette fin d'année 2012, les princesses et les héroïnes de contes de fées sont à l'honneur. Cendrillon, Blanche-Neige, Belle, Aurore, Raiponce ont investi les vitrines de la rue de la Chaussée d'Antin.


    Image53

    L'horloge de Cendrillon marque les douze coups de minuit... comme en suspension dans l'atmosphère...


    Image54

    Petite fouineuse


    Image55

    Blanche-Neige et Simplet dans la forêt enchantée.


    Image56

    Belle au bal des mystères et des métamorphoses.


    Image57

    Aurore dans ses somptueux atours... Dommage qu'à l'instar de Belle et de Raiponce elle ait perdu la tête...


    Image58

    Raiponce et la légende des cheveux d'or...


    Arrêtons-nous un instant, sous la coupole centenaire des Galeries Lafayette, pour contempler un arbre de Noël paré comme un vaisseau de lumière.


    Image59

    Image60

    Au-dessus d'un lustre monumental, composé de 5000 étoiles en cristal facetté, ce sapin de 21 mètres de hauteur semble surgir, tout scintillant, des forêts de l'Ancien Monde. Aux aiguilles de cet arbre royal s'agrippent de superbes cristaux, créations de Swarovski, la « maison au cygne ».


    Image61

    Grâce à de subtils jeux de lumière, les couleurs de ces cent vingts ornements varient du blanc au bleu, en passant par le jaune, le rouge et le violet.


    Image62

    Image63


    Image64

    Au faîte du géant, pulse un bijou féerique...


    Image65

    Une étoile des glaces qui aimante le plus petit frisson de lumière...


    Image66

    Image67

    La mise en scène fait des étincelles mais attention, tout ce qui brille n'est pas or! La magie des fêtes réside dans notre capacité à nous émerveiller des petits riens, des ornements de bric et de broc que la vie nous offre... Je me retire des splendeurs de ce théâtre en vous souhaitant, à nouveau, un très beau mois de décembre.


    Image68

    Je vous embrasse bien fort!


    Image69

    Plume4

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    51 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires