• image01.jpg

     

    Chers amis, je vous souhaite de très belles fêtes de Pâques! Dans de nombreux endroits, Dame Nature est encore habillée de blanc mais les fleurs, ça et là, commencent à nous offrir leur palette multicolore.

     

    image02.jpg

     

     

    image03.jpg

     

    Si vous êtes intéressés par le folklore de Pâques et l'histoire de cette fête aux origines fort complexes, vous pouvez lire ou relire mon article intitulé Mystères et Traditions de Pâques.

     

    image04.jpg

     

    image05.jpg

     

     

    image06.jpg

    Que le lièvre messager des forces de reverdie fasse germer les graines de vos projets!

    image07.jpg

     

     

    image08.jpg

     

     

    Et que ces quelques images titillent votre gourmandise...

     

    image09.jpg

    Un bel oeuf élégant trouvé sur le net.

     

    image10.jpg

    Des petits trésors destinés à affoler nos papilles...

     

    image11.jpg

    image12.jpg

    Des cocottes rigolotes dans un univers « tout chocolat ».

     

    image13a.jpg

     

    Sur ces notes joyeuses et succulentes, je vous envoie mes pensées d'amitié et un bouquet de bisous aux couleurs du Printemps!

     

    image14.jpg

     

    image15.jpg

    Plume

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    68 commentaires
  • Une giboulée de couleurs

     Sir Lawrence Alma Tadema (1836-1912), Le retour des fleurs.

     

    Un manteau de neige couvre plusieurs pays d'Europe, le Nord de la France grelotte entre deux giboulées mais je vous invite à glisser dans la chatoyante poésie des couleurs.

     

    image02.jpg

     

    En livrée de soleil, ces vigoureuses jonquilles embellissent une petite place située à quelques pas de chez moi. En ce début de Printemps aux tonalités hivernales, elles m'ont donné envie de partager avec vous des rêveries d'artistes sur le thème de la reverdie.

     

    image03.jpg

    Sir Lawrence Alma-Tadema (1836-1912): Les fleurs du Printemps.

     

    Rousseur ardente d'une chevelure, alchimie de lumière et jeux d'ombre mystérieux... les jonquilles resplendissent dans leur écrin d'or en fusion.

     

    Sir Alma-Tadema fut l'un des artistes les plus en vogue du XIXe siècle victorien. Ce passionné d'Antiquité gréco-romaine et d'archéologie égyptienne décrivit avec une minutie spectaculaire des scènes de la vie antique, juxtaposant des éléments réels et des éléments fantasmés.

     

    image04.jpg

    Le Printemps, 1894.

     

    image05.jpg

     

    image06.jpg

     

    image07.jpg

     

    Je ne peux contempler ces merveilleuses jonquilles sans ressentir la mélodie d'un poème, l'un des plus populaires de l'époque Romantique en Angleterre: « The Daffodils » de William Wordsworth (1770-1850).

     

    image08.jpg

    Berthe Morisot (1841-1895): Jonquilles.

     

    En 1804, sur les rives du lac de Ullswater, Wordsworth écrivit « The Daffodils » en se promenant avec sa soeur cadette, Dorothy. Publié en 1815, le poème devint l'une des œuvres majeures du mouvement « lakiste ». J'ai appris ce poème au collège et je ne l'ai jamais oublié.

     

    Les Jonquilles (The Daffodils)

     

    I wandered lonely as a cloud

    That floats on high o'er vales and hills,

    When all at once I saw a crowd,

    A host of golden daffodils ;

    Beside the lake, beneath the trees.

    Fluttering and dancing in the breeze.

     

    Continuous as the stars that shine

    And twinkle on the milky way,

    They stretched in never-ending line

    Along the margin of a bay :

    Ten thousand saw I at a glance,

    Tossing their heads in sprightly dance.

     

    The waves beside them danced ; but they

    Out-did the sparkling waves in glee :

    A poet could not but be gay,

    In such a jocund company :

    I gazed – and gazed – but little thought

    What wealth the show to me had brought :

     

    For oft, when on my couch I lie

    In vacant or in pensive mood,

    They flash upon that inward eye

    Which is the bliss of solitude ;

    And then my heart with pleasure fills,

    And dances with the daffodils.

                                     William Wordsworth

     

    Première traduction

     

    J'allais solitaire ainsi qu'un nuage

    Qui plane au dessus des vaux et des monts,

    Quand soudain, je vis en foule - ô mirage ! -

    Des jonquilles d'or, une légion.

    A côté du lac, sous les branches grises,

    Flottant et dansant gaiement à la brise.

     

    Serrées comme sont au ciel les étoiles

    Que l'on voit scintiller sur la Voie Lactée,

    Elles s'étendaient sans un intervalle

    Le long du rivage, au creux d'une baie.

    J'en vis d'un coup d'oeil des milliers, je pense,

    Agitant leurs têtes en une folle danse.

     

    Les vagues dansaient, pleines d'étincelles,

    Mais se balançaient encor plus allègrement,

    Pouvais-je rester, poète, auprès d'elles

    Sans être gagné par leur engouement ?

    L'oeil fixe, ébloui, je ne songeais guère

    Au riche présent qui m'était offert :

     

    Car si je repose, absent ou songeur,

    Souvent leur vision, - ô béatitude ! -

    Vient illuminer l'oeil intérieur

    Qui fait le bonheur de la solitude,

    Et mon coeur alors débordant, pétille

    De plaisir et danse avec les jonquilles !

     

    Deuxième traduction, signée Catherine Réault-Crosnier

     

    J'errais solitaire comme un nuage

    Qui flotte au-dessus des vallées et des monts,

    Quand tout-à-coup je vis une nuée,

    Une foule de jonquilles dorées ;

    À côté du lac, sous les branches,

    Battant des ailes et dansant dans la brise.

     

    Drues comme les étoiles qui brillent

    Et scintillent sur la Voie Lactée,

    Elles s'étendaient en une ligne sans fin

    Le long du rivage d'une baie :

    J'en vis dix mille d'un coup d'œil,

    Agitant la tête en une danse enjouée.

     

    Les vagues dansaient à leurs côtés ; mais

    Elles surpassaient les vagues étincelantes en allégresse :

    Un poète ne pouvait qu'être gai,

    En une telle compagnie :

    Je les contemplais, les contemplais mais pensais peu

    Au présent qu'elles m'apportaient :

     

    Car souvent, quand je m'allonge dans mon lit,

    L'esprit rêveur ou pensif,

    Elles viennent illuminer ma vie intérieure

    Qui est la béatitude de la solitude ;

    Et mon cœur alors, s'emplit de plaisir

    Et danse avec les jonquilles.

     

    William Wordsworth écrivit, avec son ami Samuel Taylor Coleridge, les «Ballades lyriques»: un vibrant manifeste du Romantisme. Il chercha continuellement l'émotion dans l'écriture et entreprit de simplifier les tournures de phrase alambiquées qui étaient coutumières à son époque. Un séjour en France, en Touraine plus exactement, nourrit, dans le poème appelé « Le Prélude », sa nostalgie existentielle et son amour irrépressible de la nature.

     

    image09.jpg

     

    image10.jpg

    Sir Frank Francis Bernard Dicksee (1853-1928): Jeune fille de Printemps.

     

    image11.jpg

    Portrait d'Elsa

     

    Cet artiste au style très précieux, issu d'une famille de peintres, aimait illustrer les récits légendaires et les drames historiques. Il réalisa aussi de nombreux portraits de mode.

     

    Le jaune jonquille, saturé d'or et de lumière, était très en vogue chez différents artistes de la seconde moitié du XIXe siècle et du début du XXe siècle.

     

    image12.jpg

    William Macgregor Paxton (1869-1941): Une élégante.

     

    image13.jpg

     

    image14.jpg

     

    image15.jpg

     John Singer Sargent (1856-1925): Nature morte aux jonquilles.

     

    Ce portraitiste américain renommé entretint des relations amicales avec les Impressionnistes et plus particulièrement avec Degas et Monet.

     

    image16.jpg

    Henri Fantin-Latour (1836-1904): Jonquilles.

     

    Ce passionné de musique, ami de Whitsler et de Dante Gabriel Rossetti, était fasciné par les maîtres italiens, flamands et français (Titien, Véronèse, Van Dyck, Watteau...). Il expérimenta l'art du portrait mais il connut la notoriété grâce à ses natures mortes où se conjuguent poésie de l'instant et étude approfondie des détails. Les sujets qu'il explore se lovent dans une lumière subtile qui attise les jeux d'ombre et de transparence.

     

    image17.jpg

    Achille Théodore Cesbron (1849-1915): Les Jonquilles, 1er quart du 20e siècle, Nantes, musée des beaux-arts.

     

    Ce maître des natures mortes, amoureux des roses, était apprécié pour la finesse de ses compositions florales. Il fonda, à la Porte d'Auteuil, une Académie des Arts de la Fleur et de la Plante où il fit dispenser des cours gratuits de dessin et de peinture floraux.

     

    image18.jpg

    Charles Webster Hawthorne (1872-1930): Jonquilles.

     

    Ce peintre érudit fonda en 1899 la Cape Cod School of Art, dans le Massachussetts, institut qui accueillit des talents comme Norman Rockwell.

     

    image19.jpg

    George Hitchcock (1850-1913): La petite marchande de jonquilles.

     

    Petit-fils de Roger Williams, le fondateur de l'État de Rhode Island, cet artiste américain exerça le métier de légiste à New-York jusqu'en 1879, année où il traversa l'Atlantique pour devenir l'élève des peintres académiques français Gustave Boulanger (1824-1888) et Jules-Joseph Lefebvre (1836-1911). Il suivit aussi les cours du peintre de marines Hendrik Willem Mesdag (1831-1915), à Düsseldorf et à La Hague.

     

    image20.jpg

    George Hitchcock: Marchande de fleurs en Hollande.

     

    image21.jpg

     

    Le Printemps rayonne à travers le réalisme de ses oeuvres et la vibration colorée de sa touche qui frôle la manière impressionniste. Il est connu pour ses grands champs de fleurs où pulse une lumière intense, celle du renouveau de la Nature.

     

    image22.jpg

    Champ de fleurs

     

    image23.jpg

    Champ de crocus au printemps

     

    image24.jpg

    Le cottage aux jacinthes.

     La maison est celle de l'artiste, un havre de charme et de sérénité situé aux Pays Bas, à Egmond Aan Zee, près d'Alkmaar, paysage lové dans une  mer florale.

     

    image25.jpg

    Le temps des fleurs

     

    image26.jpg

    Le nid de cigognes

     

    image27.jpg

    Les jacinthes

     

    image28.jpg

     

    image29.jpg

    Champ de tulipes

     

    image30.jpg

    Mariée hollandaise

     

    George Hitchcock fut le premier Américain à recevoir en France la distinction de Chevalier de la Légion d'Honneur.

     

    image31.jpg

     

    image32.jpg

    James Tissot (1836-1902): Le Bal 1878.

     

     Ami intime de Degas, cet artiste complexe partagea sa vie entre Paris et Londres où il devint l'un des plus célèbres portraitistes de son époque. Les musées anglais abritent un grand nombre de ses œuvres.

     L'héroïne du tableau arbore une somptueuse robe jaune jonquille. Fils d'un marchand de mode et d'une modiste, Tissot ne cessa d'accorder dans ses toiles la primauté aux vêtements et aux accessoires. Il aimait également mettre en scène ses personnages de manière « photographique ».

     

    image33.jpg

    Roderick Henry Newman (1833-1918): Anémones et jonquilles, 1884.

     

     Ce peintre américain, de sensibilité préraphaélite, était un aquarelliste renommé, fasciné par les arts du Moyen-âge et de la Renaissance florentine. Il accomplit de longs voyages à travers l'Europe, l'Égypte et le Japon.

     

    image34.jpg

     

    image35.jpg

     

    A pas de givre, entre pétales soyeux et lumière sucrée, le Printemps investit doucement le paysage parisien.

     

    image36.jpg

     

    image37.jpg

    Émile Vernon (1872-1919): Beauté de Printemps.

     

    Aussi fines que les fleurs d'amandier et de cerisier, les robes des « héroïnes du printemps » sont un florilège de blancheur et de fièvre rosée.

     

    image38.jpg

    Vincent Van Gogh (1853-1890): Branches d'amandier en fleurs, 1890.

     

    image39.jpg

    Henry Ryland (1856-1924): La Primavera.

     

     Une personnification préraphaélite du printemps, en robe d'opale, qui nous offre, sur fond de ciel bleu rosé, sa mélancolique sensibilité.

     

    image40.jpg

     

    image41.jpg

    Jeune beauté

     

    image42.jpg

    The captive's return, que l'on peut traduire par « le retour du printemps ».

     

     Peintre renommé, illustrateur de livres féeriques et décorateur d'intérieur, Henry Ryland fut inspiré par les thèmes néo-classiques et le mouvement Préraphaélite.

     

     

    image43.jpg

    Adrien Moreau (1843-1906): Sous les fleurs de cerisier.

     

     Peintre de genre et d'histoire, il appréciait les sujets néogothiques, les scènes de noces, les bals et les mascarades. Il illustra avec finesse les œuvres de nos plus grands auteurs, dont celles de Balzac et de Voltaire. Dès la fin du XIXe siècle, les collectionneurs américains raffolèrent de ses œuvres.

     

    image44.jpg

    Sir Frank Bernard Dicksee (1853-1928): L'offrande.

     

    Cette œuvre victorienne, émanation d'un romantisme précieux, décrit l'offrande d'un gage d'amour lorsque refleurit le printemps.

     

    image45.jpg

     

    image46.jpg

    Henrietta Rae Emma Radcliffe (1859-1928): Floraison.

     

     Cette artiste victorienne, à la touche subtile, était connue pour son engagement féministe et ses prises de position marquées en faveur du vote des femmes.

     

    image47.jpg

    Éclosion du printemps.

     

     

    image48.jpg

    Les nymphes du printemps, 1913.

     

    Les belles des tableaux aimantent le pouvoir des fleurs et se parent des attributs des déesses de la reverdie: Flore, Pomone, Aphrodite...

     

    image49.jpg

    George Hitchcock (1850-1913): Calypso, 1906.

     

    Prêtresses du Féminin Sacré, elles célèbrent une flamme sauvage et douce, quintessence de vie et fluide opalescent qui régénère le cycle des saisons.

     

    image50.jpg

    Arthur Hacker (1858-1919): Innocence.

     

     Sous le pinceau de cet artiste préraphaélite, ces « dames blanches » évoluent dans un monde mouvant où les verts, les bleus et les ocres tintent comme des notes de musique, parsemées de gouttes solaires auxquelles répond le doré des passementeries.

     

    image51.jpg

    Harry George Theaker (1873-1954): The anticipated letter.

     

     Une danse ou un conciliabule magique dans un champ semé de fleurs...

     

    image52.jpg

     

    image53.jpg

    George Henry Boughton (1834-1905): Idylle de printemps.

     

    Un florilège de femmes fées, sensuelles incarnations de l'âme-souffle: l'énergie vitale du printemps.

     

    image54.jpg

    Franz Xavier Winterhalter (1805-1873): Le Printemps.

     

    image55.jpg

    Sir John Lavery (1856-1941), portraitiste irlandais: Printemps en fleurs.

     

    image56.jpg

    John William Waterhouse (1849-1917): Flore assise, au regard insaisissable et pétri de mélancolie, nous attire à la croisée de l'hiver et du printemps.

     

    image57.jpg

    John William Waterhouse: Ophélie parmi les fleurs. A l'orée d'un mystérieux territoire, la lumière cisèle, entre les ombres aquatiques, les broderies et les joyaux de sa robe.

     

    image58.jpg

    Francis Coates Jones (1857-1932): Le Printemps.

     

    image59.jpg

    Jeune femme arrangeant un bouquet de fleurs dans un vase.

     

    image60.jpg

    Fleurs de printemps sur la fenêtre.

     

     Ce peintre américain sillonna l'Europe, en compagnie de son frère, dans les années 1870-1880. Il travailla à Paris et en Bretagne, parmi les artistes de l'École de Pont-Aven, où il rencontra Paul Gauguin.

     

    image61.jpg

     

    image62.jpg

     

    image63.jpg

    Albert Lynch (1851-1912): Fleurs fraîches du jardin.

     

    image64.jpg

     

    image65.jpg

     

    image66.jpg

     

    Notre promenade s'achève sur cette caresse embaumée. En attendant de vous retrouver, je vous remercie de votre fidélité et je vous souhaite de cueillir les joies de l'instant...

     

    image67.jpg

     

    Le Printemps est en marche...

    Plume

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    88 commentaires
  • image01.jpg

     

    Attise mes rubans d'aurore

    Touche la terre qui s'éveille

    Rêveuse enfant les ombres d'or

    Enfièvrent ta bouche vermeille

     

    Ta peau d'opale au goût de fruit

    Où la rose prend ses couleurs

    Frissonne au baiser de la pluie

    Qui tisse des miroirs aux fleurs

     

    L'anémone aux sanglots de feu

    Ensemence l'herbe des champs

    Pétales pourpres capiteux

    En farandole dans le vent

     

    Soufflés sur les chênes des dieux

    Les voluptés du paysage

    Plus haut que les clochers frileux

    Qui effilochent les nuages

     

    Nymphe d'avril dans l'air soyeux

    Tu brodes tes secrets arpèges

    Sous les cerisiers mystérieux

    Tu fais renaître ton cortège

     

    Boutons givrés perles d'argent

    Dans le vert écrin de la mousse

    Les sortilèges du Printemps

    Se lovent dans tes boucles rousses...

     

    Cendrine

     

    image02.jpg

     

    « C'est en croyant aux roses qu'on les fait éclore. » Anatole France (1844-1924).

     

    image03.jpg

     

    Pour célébrer le retour du Printemps, je vous offre un florilège de beautés douces, au charme suranné, signées Émile Vernon (1872-1919).

     

    image04.jpg

     

    image05.jpg

     

    image06.jpg

     

    image07.jpg

     

    image08.jpg

     

    image09.jpg

     

    image10.jpg

     

    Jeunes filles et femmes fleurs dont l'exquise sensualité est l'expression d'une Nature rayonnante.

     

    image11.jpg

     

    Muses, nymphes, égéries radieuses ou fiancées de la saison nouvelle... Leur carnation opalescente frissonne au creux d'une palette d'ombres rose-thé.

     

    image12.jpg

     

    Les peintures d'Émile Vernon ont souvent été considérées avec dédain, qualifiées de mièvres et de trop académiques, or elles sont caractéristiques d'une mode fleurie, fraîche et délicieuse, en vigueur aux alentours de 1900.

     

    image13.jpg

    Jeune fille au bouquet de roses

     

    image14.jpg

     

    Douceur et romantisme se manifestent dans le choix des coloris, la transparence et le mouvement des fines étoffes, la qualité des broderies et des parures, le soin apporté à la description des visages et des chevelures d'où émane un érotisme diffus.

     

    image15.jpg

     

    Ces portraits élégants, fort appréciés en Angleterre et aux États-Unis, trouvent enfin leur place dans l'Histoire de l'Art, parmi les créations de la Belle-Époque.

     

    image16.jpg

    Jeune beauté sous les orangers

     

    image17.jpg

    Les Trois Grâces

     

    image18.jpg

    Dans ses charmes rosés...

     

    Émile Vernon étudia à l'école des Beaux-Arts de Tours où il reçut le premier prix de dessin en 1888. Il devint à Paris l'élève d’Auguste Truphème (1836-1898) et de William Bouguereau (1825-1905), dont les nus féminins, les compositions mythologiques et les décorations murales pour de prestigieux monuments, comme le Grand Théâtre de Bordeaux, suscitèrent autant la critique que l'engouement du public. En 1898, Vernon présenta ses oeuvres à l'exposition de l'école des Beaux Arts et des Arts décoratifs de Tours et jusqu'en 1913, il exposa régulièrement au Salon des Artistes Français.

     

    En 1899, il réalisa des peintures pour le théâtre de Nevers et pour celui de Châtellerault (coupole et rideau de scène) sur le thème des Muses.

     

    Ses portraits, ses paysages et ses peintures florales aux couleurs douces et aux atmosphères vaporeuses sont recherchés par les collectionneurs américains, canadiens et japonais. (Sources Larousse, Bénézit: Dictionnaire des peintres, sculpteurs, dessinateurs et graveurs, 14 vol. nouvelle édition 1999.).

     

    image19.jpg

     

    image20.jpg

    La jeune fille aux coquelicots

     

    Éveil de la sensualité, séduction drapée dans un écrin d'innocence, courbes qui se dévoilent et secret langage des fleurs... A certains égards, nous pouvons rapprocher les héroïnes de Vernon des portraits féminins de Jean-Baptiste Greuze (1725-1805), célèbre peintre et dessinateur français du Siècle des Lumières.

     

    image21.jpg

    La cruche cassée, 1771.

     

    Mais les jeunes filles représentée par Greuze ont perdu leur virginité et doivent affronter le regard ambivalent de la société alors que les égéries de Vernon sont comme intouchables même si leur beauté est prête à être déflorée.

     

    image22.jpg

    Jean-Baptiste Greuze, étude pour Psyché, 1786.

     

    image23.jpg

    Émile Vernon, Lumière des étoiles

     

    image24.jpg

    La Libellule

     

    image25.jpg

    Jeune fille au clair de lune

     

    « Il est d'étranges soirs où les fleurs ont une âme. » Albert Samain (1858-1900).

     

    image26.jpg

    Beauté d'orient

     

    image27.jpg

    La nymphe des eaux

     

    image28.jpg

     

    image29.jpg

     

    Les chevelures et les bonnets des jeunes filles et des fillettes sont souvent décorés de cerises.

     

    image30.jpg

     

    Gourmandise écarlate aux sucs voluptueux, la cerise est un fruit d'été gorgé des promesses du printemps.

     

    image31.jpg

    La jeune fille aux cerises et à la colombe

     

    image32.jpg

     

    image33.jpg

     

    image34.jpg

     

    image35.jpg

     

    image36.jpg

     

    image37.jpg

    Le chiot malicieux

     

    image38.jpg

    Les oeillets

     

    image39.jpg

    Jeune fille au jardin

     

    image40.jpg

    Jeune fille à la robe rose

     

    image41.jpg

    Jeune femme élégante avec une rose jaune

     

    image42.jpg

    Une jeune femme avec un miroir

     

    image43.jpg

    Une tasse de thé

     

    image44.jpg

    Un doux moment

     

    image45.jpg

    Jeune femme au teint de rose

     

    image46.jpg

     

    Le Printemps se ranime, je vous souhaite de cueillir les charmes de l'instant!

     

    image47.jpg

     

    Avec de gros bisous...

     

    image48.jpg

    Plume

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    136 commentaires
  • Pour la Carte de France des Paysages tenue par Claudine (Canelle)

    image01.jpg Début mars, une printanière douceur régnait sur nos paysages. Aimantées par un soleil généreux, des fleurs délicates avaient jailli de terre. Bourgeons et petits fruits se doraient dans la lumière étincelante mais l'hiver n'avait pas dit son dernier mot...

    image02.jpg

    image03.jpg

    image04.jpg

     J'ai photographié ces fins crocus, les premiers messagers du printemps, au Jardin des Plantes, le 4 mars 2013.

    image05.jpg

     image06.jpg

    Avec les stigmates rouge sang du crocus sativus, on obtient le précieux safran, appelé « or rouge ».

    image07.jpg

    Au pied des arbres, cette palette de couleurs douces annonçait la venue du printemps mais en l'espace de quelques jours, la neige a repris l'ascendant sur les forces de fécondité.

    image08.jpg

    Comme aucun bus ne circulait et qu'espérer atteindre Paris en RER était purement illusoire, je me suis promenée autour de mon immeuble, à Sarcelles, dans le Val d'Oise.

    image09.jpg

    image10.jpg

    Lundi 11 mars, la couleur du ciel témoignait, dès le réveil, d'une rude offensive du froid.

    image11.jpg

    Une tempête de flocons avait métamorphosé la ville en un monde figé où les bruits se mêlaient tout doucement.

    image12.jpg

    image13.jpg

    image14.jpg   Quelques heures après la prise de cette image, la neige atteignait sur la chaussée une hauteur de vingt centimètres.

    image15.jpg

      Une atmosphère un peu inquiétante enveloppait les lieux. L'air crépitait, gorgé de murmures étranges et de chants d'oiseaux assourdis. Le quartier semblait vidé de ses habitants.

    image16.jpg

     Dame Pie, sur son arbre perché, dominait le paysage, minuscule dans les hauteurs...

     

     image17.jpg

      L'avenue du 8 mai 1945, lieu de passage de notre futur tramway. D'habitude, les embouteillages y sont impressionnants.

     

    image18.jpg

    L'avenue forme l'axe de communication principal de la ville moderne. Elle est bordée par de nombreux immeubles de bureau et d'habitation. On aperçoit les Labourdettes, grandes tours des années soixante.

      

    image19.jpg

    image20.jpg

     Le vent redoublait d'intensité. Je ne me suis pas aventurée plus loin.

     

    image21.jpg

      Les doigts gourds, les joues cramoisies, je suis revenue en direction de mon immeuble devant lequel s'étaient formées des vagues d'une blancheur immaculée.

     

    image22.jpg

     

    image23.jpg

      J'ai salué, comme à l'accoutumée, le vénérable houx qui se dresse à l'entrée de ma résidence.

     

    image24.jpg

    Le voici, photographié au tout début de la tempête. Je le contemple plusieurs fois par jour depuis la fenêtre de mon salon et je le considère comme un ami, un ami qui a failli disparaître il y a des années...

     

    image25.jpg

    En 2004, lors d'une campagne de travaux effectuée sur les parties communes et les espaces verts du quartier, il fut décidé que la végétation locale serait modifiée. J'ai vu avec angoisse disparaître les bosquets et les buissons familiers jusqu'à ce qu'il ne reste plus que ce houx, mon ami houx dressé au milieu d'un océan de terre retournée! Un matin, quelqu'un s'est approché de lui, une tronçonneuse à la main et je me suis précipitée pour essayer de le sauver.

    Quand je suis arrivée en bas, le paysagiste qui dirigeait les travaux venait de suspendre l'intention meurtrière de son employé. Il a fait le tour de l'arbre, observé la qualité de ses feuilles et la vigueur de son écorce. Je l'ai entendu dire à son équipe combien il était rare de trouver, dans les méandres d'une cité, un ilex d'une taille aussi développée. Il a également choisi de planter des houx dans la moitié de la rue.

     

    image26.jpg

    Les houx constituent des abris privilégiés pour les moineaux. Ils s'y lovent en grand nombre et nous donnent la sérénade dès que le temps le permet!

     

    image27.jpg

    Les jolies baies rouges, appelées cerises du merle ou cerises du bouvreuil, sont très appréciées par les oiseaux.

     

    image28.jpg

    Les lutins des légendes celtes et nordiques les récoltent pour confectionner des colliers d'invisibilité.

     

    image29.jpg

    Devant chaque entrée d'immeuble, les houx forment des carrés verdoyants dans lesquels s'épanouissent des weigelias.

     

    image30.jpg

    A la fin du printemps, ces arbustes à la floraison abondante nous offrent une myriade de fleurs en clochettes qui peuvent être blanches, roses ou rouges (variété Lucifer).

     image31.jpg

      

    image32.jpg

    Mars est le premier mois du printemps météorologique. Le pouvoir de la végétation s'éveille autour de nous mais la variabilité du temps est extrême. Les plus vives périodes de temps froid, associées à ce mois capricieux, sont appelées « hiver de l'épine noire » car elles coïncident avec la floraison du prunellier sauvage.

     

    image33.jpg

    Les anciens almanachs regorgent de dictons concernant le mois de Mars. Le regard aimanté par cette neige crépitante, je me suis laissée imprégner par la sagesse et la poésie des mots d'antan.

     

    image34.jpg

     

    « Mars avec ses marteaux

    Vient frapper à nos portes. »

     

    « Veaux de Mars et biquets d'Avril. »

     

    « Marteaux », « veaux » et « biquets » désignent les giboulées.

     

    image35.jpg

     

    « Mars le fou

    Mars n'a pas deux jours pareils. »

     

    « Mars bon ou méchant,

    Ton boeuf à l'herbe, ton chien dedans. »

     

     image36.jpg

     

     « Fleur marsière

     Ne tient guère. »

     

     « Neige de mars brûle le bourgeon

     Quand il gèle en mars, il gèle autant en mai. »

     

    « Des fleurs qui s'ouvrent en mars

    On n'en a que le regard. »

     

    image37.jpg

     

    « Soit au début, soit à la fin

     Mars nous montre son venin. »

     

     « Au mois de mars, vent fou et pluie,

     Que chacun veille bien sur lui! »

     

     « Pluie de mars grandit l'herbette

     Et souvent annonce disette. »

     

    image38.jpg

     

     « Si mars commence en courroux,

     Il finira tout doux, tout doux. »

     

    image39.jpg

     

     « En mars quand il fait beau

    Prends ton manteau. »

     

    « Le soleil de mars

     Donne des rhumes tenaces. »

     

    « Quand mars se déguise en été

     Avril prend ses habits fourrés. »

     

    image40.jpg

      « Pluie de Mars n'engraisse ni oie ni jars. »

     

     « Mars est capable

     De tuer les bêtes à l'étable. »

     

     « Neige de mars vaut un parc (fumier). »

     

    image41.jpg

     

    « Mars martèle, Avril coutelle. »

     

     « Autant de gelées en mars,

     Autant de rosées en avril. »

     

     « Brouillard en mars, gelée en mai. »

     

    image42.jpg

     « Poussière de mars, poussière d'or. »

     

    « Mars venteux

    Vergers pommeux »

     

     « Quand le mois de mars est poussiéreux,

     Le bouvier devient orgueilleux. »

     

    image43.jpg

     « A mars poudreux,

    Avril pluvieux. »

     

    image44.jpg

     

    « Ce que Mars couve on le sait toujours

     Après son trente et unième jour. »

     

    image45.jpg

     

    « Mars gris, Avril pluvieux

    Font l'an fertile et plantureux. »

     

    image46.jpg

     

     « Hâles de Mars, rosées de Mai

    Emplissent le grenier. »

     

    « Mars pluvieux

    An disetteux »

     

     « Si le seigle est sans épis,

     Au mois de mars c'est tant pis! »

     

    La pluie qui retarde les cultures de Printemps et diminue leur rendement est réputée malfaisante mais contrairement au paysan, le vigneron se réjouit quand il pleut en mars car la pluie éloigne la gelée et favorise la santé de la vigne.

     

    « Quand Mars mouillera

    Boire du vin tu récolteras. »

     

    La pluie est également bénéfique pour le lin et le chanvre.

     « Quand Mars bien mouillé sera

     Bien du lin se récoltera. »

     

     « Plus les rivières s'enflent en mars,

     Plus les chennevières croissent. »

     

    image47.jpg

     

    « S'il gèle à Notre-Dame de Mars (25 mars)

    Chaque mois en aura sa part. »

     

    image48.jpg

     

    « Le foin manquera et le lait sera rare

     S'il tonne avant Notre-Dame de Mars. »

     

    image49.jpg

     

    « A Notre-Dame de Mars

     A bas les veillées. »

     

     image50.jpg

     

    Le cycle folklorique des veillées qui commençait, vers le 31 octobre, à la période de Samain/Halloween, s'achève au moment de l'équinoxe de Printemps, Ostara, célébré aux alentours du 21 mars. Les créatures hivernales qui tissaient la peur dans l'esprit de nos ancêtres retournent dans les mondes obscurs. Le Printemps attise la sève et vient colorer la Nature.

     

    image51.jpg

     

    « Le 25 mars, le compagnon

    Rend la chandelle au patron. »

    Ce dicton signifie que l'on peut désormais se coucher sans allumer de bougie. Les êtres dangereux qui hantent l'imaginaire des populations fondent comme neige au soleil.

     

    image52.jpg

     

    image53.jpg

    Vert et blanc, les couleurs de l'Autre Monde, de la magie pure et de la Dame des Forêts dans les croyances celtiques.

     

     

    image54.jpg

     

     

    image55.jpg

    A l'orée du Printemps, je vous offre cette fleur de cire et cette flamme aux lèvres d'or.

     

    image56.jpg

    Délicates fantaisies nées sous les doigts de Christophe... Nous partageons la même passion pour les bougies.

     

    image57.jpg

     

    Je remercie tous ceux qui m'ont suivie sur mon nouveau blog. Je vous adresse, avec cette rose des neiges, mes pensées les plus douces.

    Je souhaite aussi le meilleur des rétablissements aux ami(e)s qui ont glissé sur le verglas ces jours derniers. J'espère que ceux qui se sont fait très mal s'en remettront le plus rapidement possible...

     

    image58.gif

     

    Avec mon amitié!

     

    Plume

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    112 commentaires
  • image01.jpg

    Fidèles lectrices et lecteurs, chers amis,

    Je suis ravie de vous accueillir sur mon nouveau blog.

    Dans cet écrin où les pensées fusionnent avec les émotions, la vie danse au rythme de la créativité et du partage.

    Vous m'avez accompagnée à travers mes promenades parisiennes, pendant un an et demi, et l'aventure va se poursuivre, entre flâneries historiques, notes fleuries et rêveries poétiques...

    Je me réjouis d'explorer, au gré de mon inspiration, des bulles de nature dans la ville et de vous faire découvrir ou redécouvrir les monuments de la capitale.

    Je vous remercie, de tout coeur, pour les moments que nous avons partagés et je vous dis « à très bientôt » pour de nouveaux articles.

    Avec mon amitié!

    Cendrine

    image02.jpg

    image03.jpg

    image04.jpg

    image05.jpg

    image06.jpg

    image07.jpg

    image08.jpg

    Plumefee

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    223 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires