• L'église Saint-Julien le Pauvre

     

    Image001.jpg

     A quelques encablures de Notre-Dame, une séduisante petite église au destin complexe borde le square Viviani. Accessible par un lacis de rues ayant échappé aux grands travaux haussmanniens, elle nous ramène, avec l'église Saint-Germain-des-Prés, aux premiers temps de la mémoire religieuse de Paris.

     

    Image002.jpg

     L'église, photographiée entre 1898 et 1927 par Eugène Atget (1857-1927). Épreuve sur papier albuminé à partir d'un négatif verre au gélatino-bromure d'argent, conservée au Musée d'Orsay.

     

    Image003.jpg

     Élégance et pureté des lignes du chevet actuel. À l'abside principale sont accolées des absidioles appuyées sur des contreforts dont l'allure est caractéristique des constructions du XIIe siècle.

     

    Marquant l'intersection de deux importantes voies romaines -dont le cardo maximus, axe principal orienté nord sud qui passait par la rue Saint-Jacques-, elle fut construite, à une date incertaine, là où se dressait un oratoire du VIe siècle destiné à accueillir les pèlerins de Compostelle. D'après l'historien Grégoire de Tours (538-594), afin de lui assurer une renommée durable, l'évêque Saint-Germain (490-576) aurait séjourné dans ses dépendances et l'aurait dotée des reliques de Saint-Julien de Brioude, un soldat romain converti au christianisme qui aurait subi le martyre en 304.

     

    Image004.jpg

     

    En réalité, plusieurs « Julien » ont été honorés en ce lieu : Julien le Martyr, évêque de Brioude, Julien le Confesseur, évêque du Mans dit Julien le Pauvre et Julien l'Hospitalier.

     

    Image005.jpg

     

    Les invasions normandes ne l'épargnèrent pas mais il n'existe pas d'ouvrage décrivant l'état dans lequel elle se trouva. Devenue la propriété de deux seigneurs laïques (Étienne de Vitry et Hugues de Munteler), elle fut cédée par les descendants de ces derniers au puissant Ordre de Cluny. En 1045, le roi Henri Ier (1008-1060) la donna au Chapitre de Notre-Dame.

     

    Image006.jpg

    L'église en 1880 vue du côté nord. On aperçoit bien les contreforts et les absidioles dont je parlais plus haut.

     

    Image007.jpg

     

    Aux alentours de 1120, Saint-Julien passa sous l'obédience de l'abbaye de Longpont, une abbaye cistercienne fortifiée située dans l'Aisne. De 1165 à 1220, les Cisterciens la firent reconstruire pour accueillir les pèlerins et les voyageurs désargentés. Définitivement consacrée à Saint-Julien le Pauvre, elle accueillit jusqu'en 1524 les houleuses assemblées de l'Université et en 1651, elle fut donnée à l'Hôtel-Dieu qui « étouffait » dans ses bâtiments. Très dégradée, elle subit de profondes transformations. La façade actuelle date de cette époque-là.

     

    Image008.jpg

     Les chapiteaux que nous voyons aujourd'hui ont été réalisés à la fin du XIIIe siècle.

     

    Utilisée au fil des siècles comme magasin, dépôt de laine et même grenier à sel pendant la Révolution, la petite église « aux allures de chapelle de campagne » accueillit plusieurs confréries (maçons, couvreurs, charpentiers, fondeurs, papetiers...) Elle échappa de justesse à la désacralisation et fut rendue au culte en 1826 par Monseigneur Hyacinthe-Louis de Quélen (1778-1839), 125ème archevêque de Paris. On l'associa au rite catholique grec byzantin ou melchite, premier rite oriental célébré dans la capitale, à partir de 1889 ou de 1892. Les dates varient suivant les auteurs et les inscriptions retrouvées.

     

    Image009.jpg

     

    Pendant plusieurs siècles, sa cloche romane au timbre cristallin rythma la vie estudiantine du Quartier Latin et fut considérée comme la gardienne de la première Sorbonne. La cloche sonnait le début des cours, à cinq heures du matin en été et à six heures en hiver et les clercs s'installaient, sur des bottes de foin, à l'emplacement du square actuel, pour écouter les leçons des maîtres de l'Université.

     

    Image010.jpg

     Sur cette photographie d'Eugène Atget, prise entre 1898 et 1927, on aperçoit la tourelle qui abritait la cloche indispensable au bon déroulement des activités d'alors.

     

    Image011.jpg

     

    Le foin, appelé autrefois « feurre », était récupéré en quantité importante dans les rues voisines aux noms évocateurs : rue du Fouarre, rue de la Huchette, rue de la Bûcherie...

     

    Image012.jpg

     Le poète florentin Dante Alighieri (1265-1321) fréquenta, en 1304, ce creuset d'effervescence culturelle mais d'autres illustres personnages s'y succédèrent : Pierre Abélard (1079-1142), Thomas d'Aquin (1225-1274), Pétrarque (1304-1374), François Villon (1431-1463), Rabelais (1494-1553)... Le portrait de Dante, anonyme, est conservé au Musée Communal du château de Blois.

     

    Saint-Julien fut aussi très appréciée par les artistes du mouvement Dada qui furent les contradicteurs, pendant la Première Guerre Mondiale, des conventions et des contraintes idéologiques, esthétiques et politiques de leur temps.

     

    Image013.jpg

     Les voici à l'emplacement de l'actuel square Viviani. Ils regardent en direction de Saint-Julien et Notre-Dame est en arrière-plan. Parmi eux on trouvait André Breton, Louis Aragon, Tristan Tzara, Paul Eluard et bien d'autres...

     

    Image014.jpg

    Entre 1920 et 1921, ils ont photographié l'entrée de Saint-Julien (image ci-dessus). A l'époque, on pouvait voir la grille d'un puits du VIIe siècle se trouvant jadis à l'intérieur de l'église.

     

    De l'autre côté, près du chevet, il demeure les traces d'une source réputée miraculeuse dont les eaux, destinées à guérir les problèmes oculaires, étaient vendues au profit des bonnes œuvres de Saint-Julien.

     

    Image015.jpg

     

    Image016.jpg

     

    Les racines architecturales et spirituelles de l'église Saint-Julien sont profondes mais il est presque « miraculeux » qu'elle soit parvenue jusqu'à nous. Édifiée sur un îlot appelé « le clos de Mauvoisin », « le mauvais voisin », en raison des colères et des crues de la Seine, elle appartenait à un bourg constitué de ruelles sinueuses, de maisons gothiques, de commerces de poisson et de viande, « d'hostelleries » aux noms pittoresques et de « maisons de joie » où les colères estudiantines et les révoltes historiques des habitants de Paris firent de nombreux dégâts.

     

    Elle fut souvent le théâtre de querelles opposant les étudiants aux plus hautes instances de l'Université et certains jours, à l'intérieur comme à l'extérieur, on assistait à de véritables émeutes.

     

    En 1525, lors de l'élection du recteur, les « escholiers » s'enflammèrent, brisant les portes et les fenêtres et jetant toutes sortes de projectiles sur les personnes en train de voter. Suite à ce chaos, le Parlement décida que l'élection aurait lieu aux Mathurins, dans l'actuel 8e arrondissement de Paris et, quelques temps plus tard, l'Université fut transférée sur la Montagne Sainte-Geneviève.

     

    Image017.jpg

     

    Elle faillit être sérieusement endommagée pendant la Libération de Paris quand les combats firent rage dans le fortin de la Huchette, place du Petit Pont, en face de Notre-Dame, en août 1944. Et il y a quelques semaines, c'est juste « à côté » qu'un « gang » de femmes abruties, disciples des idées mortifères de Daesh ont abandonné une voiture remplie de bonbonnes de gaz qui n'ont pas explosé...

     

    Heureusement, la plupart du temps, quand elle apparaît dans les médias c'est pour servir de décor aux scènes d'un film ou d'une série. On la voit, entre autres, dans plusieurs saisons de la série fantastique Highlander ou dans Sœur Thérèse.com.

     

    Image018.jpg

     

    Vers 1900, une iconostase ou barrière d'icônes fut créée pour séparer le chœur de la nef. On utilisa pour la circonstance des essences de bois précieux: de l'olivier, du figuier, du chêne, de l'abricotier, du palissandre et du bois de rose.

     

    Image019.jpg

     

    L'iconostase de Saint-Julien est une cloison de bois enluminée, percée de trois portes, qui accueille plusieurs rangées d'icônes. Transférée de Damas, elle a remplacé le chœur du XIIIe siècle, soutenu par des piliers aux chapiteaux sculptés de feuilles d'acanthe, de flore aquatique et de masques féminins, chapiteaux qui servirent de source d'inspiration aux sculpteurs de Notre-Dame. La grande majorité de ces sculptures a hélas été détruite.

     

    L'un des chapiteaux les plus célèbres illustre le thème de la femme oiseau, la sirène harpie qui séduit les imprudents et joue les initiatrices auprès de l'âme du pêcheur.

     

    Image020.jpg

    Désolée pour la piètre qualité de ma photo, je n'ai pas réussi à faire mieux !

     

    Image021.jpg

     

    Image022.jpg

    L'iconostase, photographiée par Atget. Source gallica.bnf.fr

     

    Une « légende noire » -et pourtant bien ancrée dans la réalité- est rapportée par l'écrivain Joris-Karl Huysmans (1848-1907). Elle est associée à la tragédie vécue, au XVIIe siècle, par Julien de Ravalet et sa sœur Marguerite, adolescents très amoureux l'un de l'autre en dépit de leurs liens fraternels. Ils s'enfuirent pour vivre leur passion, eurent un enfant et furent condamnés pour inceste, crime de fornication et adultère aggravé (Marguerite avait été mariée de force). On les décapita à l'épée de justice, le 2 décembre 1603, en place de Grève et leurs têtes furent conservées, pendant un laps de temps incertain, dans l'église Saint-Julien le Pauvre. Leurs corps auraient dû être jetés dans le charnier de Montfaucon mais, en raison de leur noble lignage, Henri IV (1553-1610) accepta qu'ils soient inhumés en l'église Saint-Jean en Grève.

     

    On lisait sur leur pierre tombale :

    « Cy gisent le frère et la sœur

    Passant, ne t'informe point

    De la cause de leur mort

    Passe et prie Dieu

    Pour leur âme. »

     

    Si vous désirez connaître les détails de leur histoire romantique et tourmentée, je vous conseille le roman d'Yves Jacob intitulé Les anges maudits de Tourlaville. Sur le même thème, un film intitulé Julien et Marguerite, réalisé par Valérie Donzelli, a fait partie, en 2015, de la sélection et de la compétition officielle du Festival de Cannes.

     

    Image023.jpg

     

    Écrivain, critique d'art, esthète, infatigable promeneur... Huysmans était fasciné par le vieux Paris des ombres et des mystères où se love la petite église Saint-Julien. Il y fait référence dans de remarquables ouvrages comme Les églises de Paris ou A Paris qui célèbre l'atmosphère vivante, pittoresque, ambivalente des quartiers de la capitale.

     

    Image024.jpg

     

    A travers ses flâneries inspirées, il invite le lecteur à le suivre, pas à pas, là où crépitent les vieilles pierres. J'aime énormément cet auteur qui était aussi un grand amoureux des chats !

     

    Image025.jpg

     

    Cette promenade à Saint-Julien le Pauvre s'achève mais d'autres articles sur l'histoire des rues alentour sont en préparation alors, si vous le voulez bien, nous nous retrouverons bientôt. En vous remerciant de votre fidélité et de vos si gentilles pensées concernant ma santé, je vous souhaite de radieuses journées d'automne. Gros bisous !

     

    Image026.gif

     

    Bibliographie

     

    BÉRAUD et DUFEY : Dictionnaire historique de Paris, 1828.

     

    Jacques-Antoine DULAURE: Histoire de Paris. Paris: Gabriel Roux, 1853.

     

    HURTAUT et MAGNY : Dictionnaire de la ville de Paris et de ses environs, 1779.

     

    Abbé LEBEUF : Histoire de la ville et du diocèse de Paris, 1754.

     

    Jean-Baptiste de SAINT-VICTOR : Tableau historique et pittoresque de Paris, 1822.

     

    Henri SAUVAL: Histoire et recherches des antiquités de la ville de Paris. Paris, 1724. 3 volumes in-8°.

     

    Héron de VILLEFOSSE: Histoire de Paris. Grasset, coll. « Livre de Poche », 1995.

    Plume

    « L'Automne dans le regard des peintres...Joyeux Halloween ! »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    Tags Tags : , , , , ,
  • Commentaires

    37
    Mardi 1er Novembre 2016 à 18:24

    Bravo pour cette promenade si bien documentée on apprend tant de choses intéressantes !
    J'espère que tu vas bien chère Cendrine, je suis heureuse de te lire à nouveau
    Amitiés d'Isa Marie

    36
    Lundi 31 Octobre 2016 à 09:34

    Bonjour Cendrine, c'est pat une matinée ensoleillée que je viens te déposer de doux baisers

    35
    Lundi 31 Octobre 2016 à 08:03

    Avant de lire ton article, je pensais bien connaître cette église .... erreur ! merci pour toutes ces informations.

    bisous

    34
    Dimanche 30 Octobre 2016 à 20:26

    Bonjour Cendrine,

    Tu nous racontes une église riche en histoire qui nous relaterait énormément d'événements si elle pouvait parler. Son architecture et l'agencement intérieur foisonnent d'anecdotes et tu fais découvrir aussi ceux qui t'influencent, que tu apprécies.Comme toujours, on apprend beaucoup, on s'émeut et on se demande où tu trouves la force de continuer à évoquer Paris avec autant de passion. merci Cendrine.

    33
    Dimanche 30 Octobre 2016 à 14:19

    Bonjour Cendrine,

    Tu as vu ce beau soleil, j'espère que tu peux en profiter un peu. Hier je suis allée à Rambouillet, il ne faisait pas très chaud, mais bon tous ces arbres aux belles couleurs j'en ai oublié le mauvais temps. 

    Je te souhaite un bon dimanche après-midi, prends soin de toi, grosses bises, Véronique

    32
    Dimanche 30 Octobre 2016 à 07:42

    Bonjour et bon dimanche chère Cendrine,

    Encore un bel article bien documenté comme d'habitude...!

    j'espère que tu vas un peu mieux ..!

    Gros bisous

     

    31
    Samedi 29 Octobre 2016 à 12:40

    coucou ici c'est le début des congés et j'ai donc +++ de boulot loll

    les chiens sont en pleine forme , et il fait doux 14° et ciel a moitié bleu c'est donc parfait pour les balades.

     je ne fais pas de pause dans mes articles mais vous verrez + de photos

    bisous , porte toi et a demain

     bon we

    30
    Samedi 29 Octobre 2016 à 10:06

    la création du jour

    Bonjour Cendrine, ce soir changement d'heure, nous dormirons une heure de plus cette nuit.

    Bon samedi, gros bisous

    29
    Samedi 29 Octobre 2016 à 09:38

    Coucou Cendrine, je te laisse un message d'amitie lors de mon passage, je vais aller au marché ce matin c'est samedi c'est le marché

    des fermiers qui s'installent dans les rues pour vendre leurs produits qui pour la plupart sont plus frais que dans les magasins!

    bonne et heureuse journée pour toi Cendrine, j'espére que tes douleurs disparaissent

    bisous chere Cendrine

    Angie

    28
    Vendredi 28 Octobre 2016 à 10:01

    la création du jour

    Bonjour Cendrine, un petit coucou pour te déposer cette photo de Lubiana, c'est une ville très intéressante à visiter.

    Bon vendredi, gros bisous

    27
    Jeudi 27 Octobre 2016 à 13:38

    coucou avec un ciel plombé et du brouillard qui tombe en très fine gouttes ...

     un temps a pas mettre un canard dehors ...

    cette fois les feuilles tombent , mais ça reste encore vert

    bisous et douce journée

    ps: demain je vais au musée des sciences naturelles voir une expo de serpents et crapauds vivant c'est une expo sur les poisons/ médicaments , si on peut faire des photos des animaux car ils sont vivants je t'en enverrais par mail

    26
    Jeudi 27 Octobre 2016 à 10:05

    la création du jour

    Bonjour Cendrine, le ciel est bleu ce matin, il fait 16°..

    Je te souhaite de passer une bonne journée, gros bisous

    25
    Mercredi 26 Octobre 2016 à 19:46
    Bonsoir Cendrine,
    Merci ma petite Cendrine, c'est vraiment très gentil. Pourtant on la critiqué mon blog, encore aujourd'hui, on m'a même accusé de plagiat, alors que je publie mes articles sans m'occuper de personne, tout le monde ne peut pas en dire autant.
    Tu as vu comme le temps est sombre, c'est d'un triste. Mais bon c'est l'automne.
    Je te souhaite une bonne soirée Cendrine, prends soin de toi. Je t'embrasse bien fort Véronique
    24
    Mercredi 26 Octobre 2016 à 12:24

    coucou je reviens de la poste je t'envoie une lettre blanche un peu épaisse j'espère que tu la recevras vite ....j'ai pas de suivi car c'est hors de prix c'est donc un "envoi simple" ...

    comme tu aimes l'art il y a une carte postale d'une chapelle qui est près du jardin botanique de Meise ou je vais souvent et une autre surprise

     gros bisous et doux après midi

    23
    Mercredi 26 Octobre 2016 à 11:56
    Framboise à  Pornic

    Voilà encore un sujet fort intéressant et si bien documenté !

    tu n'oublies jamais rien ,  quel travail de recherche !!

    je suis allée sur Amazon voir le livre de Yves Jacob, j'ai trouvé, pas cher , je vais le commander ça m'intéresse de le lire

    Merci pour ce bel article que j'ai partagé bien sur

    sauf sur Hellocoton, je n'arrive pas à te trouver

    bisous et soignes toi bien

    22
    Mercredi 26 Octobre 2016 à 10:36

    Bonjour Cendrine,

    Encore un fois très en retard pour commenter, j'en suis vraiment désolé. Ton billet est encore une fois un exemple de recherches qui te permettent de traiter le sujet de manière fort bien documentée et passionnante à lire. un grand merci pour le plaisir que tu nous fait avec ces superbes articles. merci aussi bien sur pour tes si sympathiques commentaires, prends surtout bien soin de toi et à bientôt j'espère.

    je t'embrasse très amicalement.

    Henri.

    21
    Mercredi 26 Octobre 2016 à 10:09

    la création du jour

    Bonjour Cendrine, j'aime beaucoup les cartes postales anciennes que tu as mises dans ton article.

    Bonne journée, bons baisers

    20
    Mardi 25 Octobre 2016 à 16:48
    Véronique S.

    Cendrine ,mon Amie ,

    Quel article remarquable !

    Je suis à tout jamais sous le charme des vieilles pierres et ce depuis toute petite , ce qui faisait de moi , une enfant à part . J'ai toujours su que mieux que personne , elles content le passé , battues par les vents , brûlées sous les soleils , éclatées au gel rude des hivers , habillées de la mousse née du hasard des pluies et de l'ombre . Elles souffrent, elles pleurent , elles chantent . Elles chuchotent le passé des hommes . Chaque main posée sur ces pierres recouvre la précédente . Ainsi se forge la mémoire des peuples. Ainsi parlent les vieilles pierres , endurcies par les siècles . Mais toujours, entre deux sculptures , elles laissent grandir , obstinément enracinée , la petite fleur de l'Espérance  celle d'être préservées et de pouvoir conter encore longtemps les murmures du passé .

    Je suis sous le charme ma Petite Fée .

    Notre année s'étire . Samhain est à nos portes . Que l'esprit de nos ancêtres puissent te protéger mon Amie .

    Je t'embrasse bien affectueusement .

    Tu es dans mes pensées

    Véronique

    http://www.cromleach.com/sites/1215/wwwroot/Samhain.png

     

     

    19
    Mardi 25 Octobre 2016 à 14:58

    Coucou ma Cendrine, il y a de magnifiques églises en France, merci de nous présenter celle-ci, joli partage.


    Me voici pour répondre à ton gentil message.
    J'espère que tout va bien par chez toi. Ici de fortes
    pluies. Donc un début de semaine trempée.
    As-tu bien commencé la semaine ? Nous sommes déjà mardi mais je te
    souhaite malgré tout qu'elle soit sans ennui et douce.
    Je pense bien à toi, même si je ne suis pas vraiment présente
    comme je le souhaiterais.
    Je bois un bon café, je t'invite.
    Bon aprem et prends soin de toi.
    Lolli

    18
    Mardi 25 Octobre 2016 à 10:20

    la création du jour

    Bonjour Cendrine, merci de te venue sur mon blog et de la belle photo que tu y as déposée.

    Bon mardi, gros bisous

    17
    Mardi 25 Octobre 2016 à 08:18

    Ne fût-ce que pour corroborer la photo (162), la cinquième de votre remarquable article, chère Cendrine, n'auriez-vous pas, au sein de votre liste, oublié le principal dédicataire de cette église : Julien le Vigneron ???

     

    Au-delà de l'humour potache que vous voudrez bien me pardonner, j'ai plaisir à épingler l'extraordinaire travail de recherche que dut être le vôtre pour rédiger cette étude de très haut niveau, dépassant avec bonheur, l'aspect uniquement architectural, pour nous éclairer sur la vie estudiantine et un déboucher sur de grands noms de la littérature du XXème siècle ...

     

    Sans avoir nulle intention de polémiquer, j'ai aussi beaucoup réfléchi sur l'éventuel parallélisme à établir entre deux points évoqués dans votre texte : l'allusion à Daech ... et à la décapitation par l'épée, en 1603, de deux jeunes gens. Autres temps, mêmes mœurs ...  

    16
    Mardi 25 Octobre 2016 à 00:10
    Bonsoir Cendrine ☆☆
    J'ai fait un article sur cette église mais le tien est vraiment très très complet. Que de recherches tu as fait, merci beaucoup Cendrine. Grâce à toi j'en sais un peu plus. Par contre je ne suis jamais rentrée à l'intérieur.
    Je trouve que ton blog et tes articles sont vraiment de qualités, un blog qui mérite que l'on s'arrête.
    Prends soin de toi ma petite Cendrine, et surtout tiens moi au courant pour tes examens médicaux, tu sais que je pense très souvent à toi et je te trouve bien courageuse. Je t'embrasse bien fort Véronique
    15
    Lundi 24 Octobre 2016 à 23:08

    Bonsoir,

    Merci pour votre commentaire. C'est vraiment gentil de votre part de me dire que je suis courageux avec mes problèmes de santé, mais bon franchement je crois plutôt que c'est vous qui êtes courageuses avec vos soucis de santé à vous, car les miens sont supportables je vous rassure, il faut simplement que je fasse attention, c'est-à-dire de ne pas faire de choses qui malmènerait mon squelette c'est tout, et en ce qui concerne mon estomac, je vais essayer de trouver un autre gastroentérologue qui me tiendra un discours un peu "pardonnez-moi l'expression" moins con que celui que j'ai vu qui est pourtant très compétent vu les nombreuses années d'expérience qu'il a, mais bon lorsqu'un gastro-entérologue dit que les ulcères ont disparus et cela sans même refaire un examen médical, et que quelques jours plus tard je ressens à nouveau les mêmes douleurs, il y a de quoi se poser des questions sur la précision du diagnostic...! Mais bon je lui ai dit bien en face que je n'étais pas chez un vétérinaire, en clair je lui ai fait comprendre qu'il est normal qu'un patient indique les symptômes qu'il ressent afin d'établir un diagnostic fiable. Mon souci me fait penser à ce que vous m'aviez dit il y a quelques temps dans un de vos commentaires qui disait que des médecins ne vous avait pas prise au sérieux car ils ne voulaient pas admettre ce que vous leur expliquiez par rapport à vos souffrances. J'ai l'impression que bien qu'il y ait des gens formidables dans le milieu médical, eh bien il y a aussi malheureusement pas mal d'orgueilleux, les médecins oublient que leur savoir leur vient de leur prédécesseurs et d'autre part que les patients ne sont pas plus bête qu'eux et qu'ils sont capables aussi de s'instruire pour s'informer sur telle ou telle pathologie dont ils souffrent. Pour répondre à votre interrogation, oui le chauffage a été mis par les hlms. La société d'hlm fait toujours bien son travail, mais bon le problème c'est qu'il ne faut jamais être pressé pour la mise en route du chauffage, c'est toujours début Octobre, mais bon si il fait froid un peu plus tôt avant la date, eh bien ils faut néanmoins attendre. Autrement j'espère que vous allez pas trop mal, c'est un peu difficile de vous demander si vous allez bien avec une telle pathologie, mais bon j'espère néanmoins que vous ne souffrez pas trop en tout cas. Je vous souhaite une bonne fin de soirée ainsi qu'une bonne nuit, et merci pour votre gentillesse et votre sincère et fidèle amitié.

    14
    Lundi 24 Octobre 2016 à 21:34

    Chère Cendrine, je suis sous le charme de l'histoire de cette église qui a défié les bouleversements des siècles pour arriver à nos jours sous un meilleur aspect pour transmettre tous les témoignages dont ses vieilles pièrres et ses ornements sont capables :)

    c'est un livre ouvert pour ceux qui veulent bien prendre un peu de temps pour écouter les messages des siècles qui nous précèdent.

    bisous pour toi

    Angie

    13
    Lundi 24 Octobre 2016 à 16:53
    Très intéressant article, je suis très contente de te lire et j'espère que tu vas de plus en plus mieux.
    Tes articles sont toujours une source de bonnes infos qui me parmettren connaître encore plus cette belle ville que j'aime tant
    Prend soin de toi ma Cendrine.
    Gros bisous de ton amie catalane
    Rosa
    12
    Lundi 24 Octobre 2016 à 16:36

    Bonjour chère Cendrine, quel passionnant voyage dans le passé auquel tu nous convies avec cette petite église qui a connu tant d'histoires et d'évènements plus ou moins tragiques ! C'est véritablement miraculeux en effet qu'elle soit encore là aujourd'hui offrant à notre regard cette ses vieux murs et cette superbe iconostase magnifiquement enluminée. Lorsque je passe devant une église, je ne manque jamais d'y pénétrer lorsque c'est possible car de nos jours, elles sont souvent fermées en raison des esprits malveillants qui circulent. Je frémis à la pensée que ces fameuses bonbonnes de gaz auraient pu exploser à proximité ! Les bienveillants veillaient fort heureusement ! Merci ma Cendrine pour ce moment de culture et d'histoire ancienne dont j'attends la suite avec grande impatience ! Je te souhaite une belle semaine automnale, prends bien soin de toi et reçois mes pensées très amicales, je t'embrasse affectueusement, Shuki

    11
    Lundi 24 Octobre 2016 à 13:49

    hooo elle est belle cette église!

    tes articles sont toujours si complet si j'avais eu des profs comme toi je serais restée longtemps a l'école!

    pour tout ceux qui me demande les couleurs d'automne ...oui très bien ce matin il pleut mais ça reste VERT ...je ne peux pas vous montrez ce que j'ai pas ...

    trop humide et froid au printemps trop sec et parfois gris pendant des jours sans pluie puis un septembre trop chaud puis trop gris la météo déconne et les arbres en souffrent ....

    ils devraient étre jaunes, rouges ou sans feuilles ...mais c'est pas le cas ...faudra attendre

    comme c'est les vacances chez vous et ici la semaine prochaine je vous mettrez + d'articles de photos

     bisous et douce journée

    10
    Lundi 24 Octobre 2016 à 11:45

    Comme toujours je te lis avec passion. Ces vieilles pierres ont tout un passé, on connu beaucoup d'événements, c'est formidable de voir ce lieu si bien sauvegardés et restaurés. De nos jours on nous dit que les sous manquent et on laisse la végétation démolir ce passé, pourtant si important à connaître.
    Les minous aident beaucoup les écrivains smile

    J'ai hâte de voir la suite, découvrir d'autres églises et connaître leur histoire.

    Merci beaucoup Cendrine, à très bientôt !

    Gros bisous

      • Lundi 24 Octobre 2016 à 19:33

        Un gros merci pour ton message. Il est vrai que les sous manquent prétendument pour restaurer les monuments et après on voit les politiques dépenser des sommes hallucinantes ni pour les humains, ni pour notre passé!

        Merci beaucoup, je te fais plein de gros bisous

         

    9
    Lundi 24 Octobre 2016 à 10:50

    la création du jour

    Bonjour Cendrine, bel article sur cette église, je repasserai demain pour mieux voir les photos..

    Je suis rentrée hier de Croatie, je reprends le chemin des blogs ce matin.. Beau temps. 18°...

    Bonne journée, gros bisous

    8
    Lundi 24 Octobre 2016 à 10:25

    Merci pour cette belle visite Cendrine

    j'espère que tu vas bien

    Douce semaine & bisous

    7
    Lundi 24 Octobre 2016 à 10:00
    Wouah ! merci Cendrine pour cet très intéressant billet, notre Capitale est vraiment riche d'Histoire. Passe une belle semaine, chez moi elle commence avec la pluie et le gris. Bisous bisous
    6
    Lundi 24 Octobre 2016 à 08:38
    Claudine/canelle

    Coucou Cendrine 

    Comme c'est agreable de te suivre et découvrir au fil de tes photos notre histoire !

    Coup de coeur pour l'Iconostase..Magnifique travail !

    Bonne journée à toi et à très vite  bien sur 

    ps:bien reçu ton mail , gros bisous 

    5
    Lundi 24 Octobre 2016 à 08:10

    Un beau billet, bien documenté comme d'habitude d'une bien jolie église. Je n'ose demander si tu vas mieux. Gros bisous

    4
    Albiréo
    Lundi 24 Octobre 2016 à 07:31

    Bonjour Cendrine,

    Merci de cette balade hors des sentiers touristiques de Paris. Toujours bien documenté et si joliment raconté !

    Que du bonheur de te lire !happy

    Prends bien soin de toi.

    Gros bisous.

    3
    Lundi 24 Octobre 2016 à 00:57
    jill bill

    Coucou Cendrine, ah il y le Paris connu et touristique, tjs les mêmes lieux, toi tu sais nous y emmener autrement et je découvre.... !! Merci à toi, belle et bonne semaine de la part de jill, bises cool

    2
    Promeneur75
    Dimanche 23 Octobre 2016 à 23:15

    Bonsoir PlumeFée, intéressant article qui me permet d'achever mon week-end sur un instant culturel.

     

    Merci à vous et bonne soirée !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :