• Le Tableau du Samedi : Louise Elisabeth Vigée-Lebrun, Autoportrait au chapeau de paille, 1782

     

     

    Image001.jpg

     

    Image002.jpg

     

    En souvenir de Lady Marianne à qui nous pensons bien fort et désormais sous l'égide de Fardoise et de Lilou.

     

    https://lilousol.wordpress.com/category/tableau-du-samedi

     

    http://entretoilesetpapiers.eklablog.com/

     

    Voici le thème proposé pour le samedi 18 et le samedi 25 juillet par Lilou : « Quelques portraits de femmes portant chapeau... »

     

    https://lilousol.wordpress.com/2020/07/15/le-tableau-du-samedi-semaine-29-le-theme/

     

     

    J'ai choisi pour ce samedi d'explorer l'oeuvre d'une brillante artiste, fille et élève du peintre Louis Vigée, madame Louise Elisabeth Vigée-Lebrun (1755-1842), qui se spécialisa dans l'art du portrait et croqua avec élégance ses contemporains. Elle immortalisa de séduisantes jeunes femmes, mit à l'honneur des robes légères, des coiffures gracieuses et des décors simplifiés. Sa manière sensible et naturelle anticipa le néo-classicisme. La reine Marie-Antoinette fut sa plus célèbre commanditaire.

     

     

    Image003.jpg

    Autoportrait au chapeau de paille, détail 1

     

    Gourmandise esthétique, L'Autoportrait au chapeau de paille offre un jeu subtil entre la fine lumière du jour et la lumière solaire, plus affirmée. Il rend hommage aux maîtres italiens et flamands et directement à une œuvre de Rubens appelée Le Chapeau de paille. L'artiste se représente en pleine nature, sur un fond de ciel moucheté de nuages. Ses cheveux et son visage ne sont pas poudrés. Son décolleté se livre au regard, gorgé de clarté rayonnante. Paré de fleurs des champs et d'une plume d'autruche, le chapeau de paille est à la fois simple et gracieux.

     

    Le tableau d'Elisabeth Vigée Lebrun est indissociable de celui de Pierre Paul Rubens (1577-1640), réalisé entre 1622 et 1625. Il s'agit d'un hommage des plus appuyés.

     

    Image004.jpg

     

    Rubens a représenté Suzanne Fourment, sœur de Hélène Fourment, sa seconde épouse. Elisabeth Vigée-Lebrun adorait ce tableau, un portrait de fiançailles ou de mariage qui met en scène une jeune femme au regard à la fois intense et timide, arborant un chapeau non pas de paille (en dépit du titre de l’œuvre) mais sûrement davantage en feutre. Ce chapeau était dit « en forme de baldaquin » et pour désigner cette forme, on pouvait employer le terme « paille ».

     

    Image005.jpg

     

    Image006.jpg

    Autoportrait au chapeau de paille, détail 2

     

    Le chapeau de l'autoportrait d'Elisabeth Vigée Lebrun est quant à lui, bien en paille. Il connut un franc succès au XVIIIe siècle où il servit d'accessoire privilégié par les élégantes qui se rendaient dans leurs jolies demeures de campagne.

     

    On retrouve un chapeau ressemblant dans l’œuvre intitulée Portrait de la duchesse de Polignac, gouvernante des enfants de France (1782).

     

    Image007.jpg

    La Duchesse de Polignac

     

    Image008.jpg

    Autoportrait au chapeau de paille, détail 3

     

    Louise-Elisabeth naquit à Paris le 16 avril 1755. Comme je l'écrivais au début de cet article, elle était la fille de Louis Vigée, pastelliste et professeur à l'Académie de Saint-Luc. Sa maman, Jeanne Maissin, issue de la paysannerie, était devenue coiffeuse après son mariage.

     

    Elle grandit au couvent, de l'âge de 6 ans à l'âge de 11 ans et montra très tôt des aptitudes pour le dessin et un grand talent pour saisir les traits des personnes qui l'entouraient. Les religieuses s'en offusquèrent mais elle persévéra, dessinant des visages et des paysages partout où elle le pouvait.

    Sur les murs, surtout !

     

    Elle perdit son père -qu'elle adorait- quand elle n'avait que 12 ans et le chagrin l'accabla tant qu'elle cessa de dessiner mais grâce à un ami de la famille, elle reprit ses activités artistiques. Elle devint l'élève du maître Gabriel Briard dont elle eut vite fait de surpasser les capacités. Elle fut alors « conseillée » par l'un des plus grands artistes de son temps : Joseph Vernet qui l'encouragea à persévérer dans l'art du portrait.

     

    Elle connut rapidement le succès, au grand dam des jaloux qui cherchèrent, tout au long de sa vie, à lui mettre des bâtons dans les roues !

     

    En 1774, son atelier fut « saisi » par les officiers de police du Châtelet au motif « qu'elle pratiquait son art sans licence ». Elle devint donc postulante à l'Académie de Saint-Luc où elle fut reçue « officiellement » le 25 octobre.

     

    Image009.jpg

    Autoportrait au chapeau de paille, détail 4

     

    Âgée de vingt ans, elle s'installa avec sa mère et son jeune frère dans un hôtel particulier que possédait le peintre, collectionneur et marchand d'art Jean-Baptiste Pierre Lebrun.

     

    Monsieur Lebrun entreprit de la séduire et elle l'épousa, le 11 Janvier 1776 mais en réalité, il était déjà marié, à l'étranger, et entretenait plusieurs maîtresses ! Sa passion pour les femmes lui fit dilapider, à plusieurs reprises, la fortune familiale mais Elisabeth, malgré ses déconvenues d'épouse, profita des connaissances en art de son mari et de la qualité des collections qu'il avait constituées. Elle mena sa vie comme elle l'entendait, travaillant sans relâche et copiant les grands maîtres pour parfaire sa technique autant qu'elle le pouvait.

     

    Ses œuvres furent recherchées par la bonne société de l'époque et elle fut introduite à la Cour par Louise-Adélaïde de Bourbon-Penthièvre, épouse du duc de Chartres. Elle devint portraitiste officielle de la reine Marie-Antoinette dont elle réalisa un portrait en robe de satin avec une rose à la main. Une trentaine de portraits suivirent au fil des années.

     

    Louise Elisabeth devint maman d'une petite fille, prénommée Julie, le 12 février 1780 et le 30 mai 1783 elle fut reçue à l'Académie Royale de Peinture avec « La Paix ramenant l'Abondance », une séduisante allégorie.

     

    Entre la naissance de sa fille et sa réception à l'Académie Royale, elle voyagea dans les Flandres où elle se livra à une étude approfondie des grands maîtres du Nord et notamment de l'art de Rubens qu'elle admirait au plus haut point.

     

    Image010.jpg

    Autoportrait au chapeau de paille, détail 5

     

    Tout au long de sa vie, elle subit des calomnies, accusée d'être la maîtresse d'une infinité d'hommes influents, des hommes dont elle avait réalisé les portraits. Elle fut considérée comme ultra dépensière et brocardée de la manière dont la reine Marie-Antoinette, sans cesse, l'était.

     

    La nuit du 6 octobre 1789, elle parvint à échapper, in extremis, à la fureur des foules révolutionnaires, avec sa fille et sa gouvernante, et à se réfugier en Italie. Elle n'eut pas d'autre choix que celui de rester loin de la France et en 1792, elle se rendit à Vienne où elle peignit les portraits de nobles polonais et autrichiens. Elle voyagea ensuite, depuis Prague, jusqu'à Saint-Pétersbourg.

     

    Recherchée en France et bien évidemment « introuvable », elle perdit sa citoyenneté. Son mari (qui avait arrangé, depuis des années, son histoire de bigamie) tenta de la faire réhabiliter mais il fut emprisonné et dut se résoudre, en 1794, à divorcer. Pendant ce temps, Elisabeth vécut à Saint-Pétersbourg où elle fut très appréciée par la noblesse russe et la famille Impériale. Elle envoya des toiles au Salon de Paris et au bout de quelques années, grâce au Directoire, elle eut l'autorisation de regagner la France.

     

    Elle s'établit à Louveciennes, à proximité de Paris où elle demeura plusieurs années, puis elle s'éteignit dans la capitale, rue Saint-Lazare, en 1842. Elle demeure l'une de nos plus talentueuses portraitistes, femme de caractère, séduisante et sensuelle, qui fut tout autant aimée que brocardée et honnie par des mesquins, jaloux de son talent...

     

    Sur La Chimère écarlate, j'ai choisi une jeune femme au chapeau de roses, réalisée par le peintre Albert Lynch (1860-1950).

     

    Image011.jpg

     

    http://chimereecarlate.over-blog.com/2020/07/le-tableau-du-samedi-albert-lynch-le-chapeau-de-roses.html

     

     

    Image012.jpg

     

    Belles pensées pour vous, chers Aminautes ! Que votre été soit agréable et surtout, faites bien attention à vous...

    Plume

    « Le Poème du Mardi : Maurice Oreste, Lit de RosesLe Poème du Mardi : Albert Lozeau, La Messagère »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    Tags Tags : , , , , , ,
  • Commentaires

    28
    Lundi 20 Juillet à 22:37

    Article très interessant sur la vie de cette personne.. Bonne semaine Cendrine..

    27
    Lundi 20 Juillet à 09:40

    la création du jour

    Bonjour Cendrine,

    je suis contente que tu aie aimé les peintures d'aujourd'hui..

    J'espère que tu as passé un bon Dimanche..

    Merci de tes visites qui me font bien plaisir.

    Bonne journée, bons baisers

    26
    Lundi 20 Juillet à 08:08
    Une fleur de Paris

    Bonjour Cendrine,

    Voilà le week-end est terminé. Mon fils Yoni était venu passer ces deux jours avec nous, ça faisait longtemps, il a promis de revenir bientôt. Je te souhaite une très bonne journée, n'oublie pas ton masque si tu dois sortir ... Bonne journée, grosses bises, Véronique

     

    25
    Dimanche 19 Juillet à 13:25

    Joli portrait de Madame Vigée Lebrun, j'ai failli le choisir mais j'ai pensé que d'autres le choisiraient tellement il est séduisant. LEt J'ai choisi Rubens, nos goûts se croisent...

    24
    Promeneur75
    Dimanche 19 Juillet à 12:49
    23
    Promeneur75
    Dimanche 19 Juillet à 12:30

    Merci pour votre article

     

    22
    Dimanche 19 Juillet à 11:12
    Véronique

    Cendrine , mon Amie

    J'aime cette femme , tu le sais . L'histoire de l'art a longtemps négligé cette Grande Dame considérée comme l'incarnation de l'Ancien Régime, l’emblème d'un monde et d'une peinture révolus. A travers ses portraits dont les plus célèbres auprès du public furent les représentations de Marie -Antoinette, c'est en effet tout l'Ancien Régime qui défile sous nos yeux." Madame" Vigée Le Brun peint la Cour, les puissants, les élégantes, les modes, un art de vivre...  .Eblouie par la société cultivée de son temps,elle peint le raffinement et la beauté, la légèreté insouciante d'un monde que la Révolution va engloutir mais grâce à elle , la beauté de ce monde qui n'appartenait qu'à la noblesse nous est parvenu .Le raffinement de ses portraits m'a toujours subjuguée . Belle elle l'était , un chapeau de paille , quelques fleurs des champs , une plume , un sourire discret , son autoportrait révèle son âme , son regard capte la vie. Elle fut une femme libre, indépendante financièrement, qui revendiqua son statut d'artiste. Aucun lien, aucun événement ne parvinrent à entraver sa liberté. C'est une trajectoire exceptionnelle que la sienne.

    Merci de rendre ainsi  hommage à l'éblouissante portraitiste et coloriste que fut Vigée Le Brun.

    Un beau dimanche de juillet , qu'il te soit lumineux

    Je t'embrasse

    Véronique

    Tes mots déposés sont des éclats d'étoiles , des rayons de soleil . Merci .

    I like your dots Photograph by Cindy Grundsten

    21
    Dimanche 19 Juillet à 10:19
    Une fleur de Paris

    Bonjour Cendrine,

    Un petit coucou pour te souhaiter un très bon dimanche. Prends soin de toi, grosses bises, Véronique

    20
    Dimanche 19 Juillet à 09:52
    FéeLaure

    Encore de beaux portraits, merci pour tous les détails que tu nous montres. J'aime beaucoup le chapeau de paille (mais sans la plume lol) par contre j'avoue être moins fan des visages que je trouve plus "sévères" que sur ton autre blog.

    J'aime beaucoup les chapeaux de paille l'été, j'en porte dès que je vais au soleil pour me protéger du vitiligo

    De gros bisous à vous partager et un doux dimanche. Prenez soin de vous, on pense bien à vous

    19
    Dimanche 19 Juillet à 09:46

    Bonjour Cendrine,

    le temps est orageux ce matin pas un souffle de vent..

    Bonne journée, gros bisous

    la création du jour

     

    18
    Dimanche 19 Juillet à 04:46
    colettedc

    Quel magnifique autoportrait, Cendrine !

    C'est de toute beauté ; on ne se lasse pas d'admiration !

    Bon dimanche tout entier,

    Gros bisous♥

    17
    Samedi 18 Juillet à 22:47

    Je m'étais rendue à l'exposition qui lui était consacrée, il y a quelques années à Paris. Un succès incoyable, il fallait se battre pour approcher les tableaux, très nombreux. Un talent indiscutable pour des portraits très vivants, comme animés! Merci à toi de nous la faire redécouvrir.

    16
    Samedi 18 Juillet à 21:04

    Coucou Cendrine

    Je suis ravie d'avoir pu te lire aujourd'hui !  J'adore Mme Vigée-Lebrun ;: j'ai bcp de copies de ses peintures chez moi ! Son auto-portrait est sublime ... j'aime tout particulièrement son petit air mutin, les grands yeux malicieux, le petit nez à la retroussette et cette petite bouche en coeur  sensuelle prête à être croquée... Quant au chapeau, waouuuh ! quelle splendeur de grâce et de légèreté !  Un grand grand MERCI pour les gros plans qui m'ont permis de voir tous les détails du tableau...  Trop charitable pour ma vue qui baisse terriblement. 

    Je tape sans voir ce que j'écris, tant c'est petit ... J'espère que l'orthographe  est correcte...

    Suis trop contente de récupérer mon ordi, qui vadrouillait chez HP pour réparation... J'ai du me contenter du petit portable de mon mari, mais pas facile pour les commentaires tant le clavier est minuscule.... 

    J'espère que tu vas au mieux ??? 

    Suis toujours avec piqûres oeil droit, l'autre est fichu... qui me permettent  d'éviter pour le moment la cécité... 

    Bravo pour ton travail admirable et bcp, bcp de gros bisous ainsi qu'à ton gentil mari

    15
    Samedi 18 Juillet à 18:52

    Bonsoir 

    ohhhhh  comme ces beaux ce que tu nous envoie merci pour toutes ces explications bisous raymonde

    14
    Samedi 18 Juillet à 16:25

    Cette semaine les grands esprits se rencontrent autour de ce thème et je retrouve le tableau de Rubens, je n'en dirai pas plus que ce que j'ai déjà écrit sur le blog d'Amande Douce qui l'a associé à Vermeer. Mais de l'associer à Mme Vigée Lebrun est aussi une bonne idée. Bien évidemment elle faisait référence au portrait peint par Rubens, elle en reprend les codes. J'aime beaucoup toute la subtilité qu'elle apporte à cet autoportrait vraiment magnifique. Respect à cette  femme qui a su s'imposer et vivre ses rêves.

    13
    Samedi 18 Juillet à 14:25
    Renée

    Magnifique choix ils sont tous superbe et ces femmes si élégantes avec leurs beaux chapeaux...Merci pour tes explications espère tu va bien? Bisous doux weekend

    12
    Samedi 18 Juillet à 13:46

    Un superbe auto - portrait et une artiste qui a connu bien des déboires mais qui a su à chaque fois aller de l'avant .

    Merci pour ce choix et pour les explications .

    Bon week - end 

    11
    Samedi 18 Juillet à 13:39

    J'aime beaucoup cette peintre qui était fort belle.

    C'est un excellent choix !

    Bizzz

    10
    Samedi 18 Juillet à 10:35

    C'est agréable de découvrir ou redécouvrir ces dames peintes de façon remarquable ! merci à Christophe pour les recadrages car j'aime beaucoup voir tous ces détails. Ces dames portent le chapeau à merveille. Ce qui n'a jamais été mon cas hélas, malgré tous mes essais. Avoir une "tête à chapeaux" ou pas est vrai, je confirme. Aussi j'admire vraiment ces peintures.
    Merci pour l'histoire de ces dames qui ont connu bien d'aventures.
    Gros bisous

    9
    Samedi 18 Juillet à 09:34

    Bonjour Cendrine,

    merci pour ce merveilleux article sur cette peinture et la femme qui l'a réalisée...

    J'aime beaucoup les gros plans montrant ainsi tous les détails .

    Bonne journée, chaude et nuageuse chez nous, bons baisers

    la création du jour

     

    8
    Samedi 18 Juillet à 09:28
    Une fleur de Paris

    Bonjour Cendrine,

    Et bien pauvre femme, elle n'a pas eu la vie facile. Tu as vu ce que fait la jalousie, incroyable !! Jusqu'à divorcer et se cacher à l'étranger, franchement une honte ! En tout cas elle était bien jolie et avait beaucoup de talent. 

    Merci pour cet excellent article, et merci pour toutes ces recherches. 

    Je te souhaite une bonne journée, prends soin de toi, grosses bises, Véronique

     

    7
    Samedi 18 Juillet à 08:38

    Vendredi 17 juillet 2020

    J'espère que mon message a passé 

    De beaux visages 

    Bon choix 

    Bisous et belle journée 

     

    6
    Samedi 18 Juillet à 08:38

    splendide ce tableau   , trés élégante  cette DAME 

     

      ( je n avait pas reçu de new cette semaine , étant absente  cela à du m 'échappér  et j ai aussi des ennuis sur mon pc ) 

     mais samedi prochain   je suivrai le théme 

     

     bonne journée  Cendrine 

     bises 

    5
    Samedi 18 Juillet à 07:41

    Encore un billet riche de culture... Merci 

    4
    timilo
    Samedi 18 Juillet à 07:00

    Des portraits de femme tout en finesse , j'aime la justesse des détails ...  

    Bravo pour ce choix ...

    J'espère que tout va pour le mieux CENDRINE

    Bon et doux weekend 

    Bisous

    timilo

    3
    Promeneur75
    Samedi 18 Juillet à 06:52

    Merci pour votre article et bon week end à vous

    2
    Samedi 18 Juillet à 06:51

    Bonjour Cendrine,

    Merci pour ces beaux portraits joliment chapeautés.

    Un article tout en élégance !

    Bon week-end..

    1
    Samedi 18 Juillet à 06:42

    Hello Cendrine

    Je trouve cela très élégant les chapeaux chez une femme. C'est un raffinement esthétique subtil qui va avec le visage. Je n'ai jamais réussi à convaincre  Soso d'en porter à mon grand désespoir hi hi hi

    Bon Week end

    Pat

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :