•  

    Image001.jpg

     

    Image002.jpg

     En souvenir de Lady Marianne qui demeure, tendrement, dans nos pensées et maintenant, régi par Fardoise et Lilou.

     

     

    Pour le 19 septembre, le thème est « Hommage aux Chevaux ». Les participations sont sur le blog de Lilou Soleil.

     

    https://lilousol.wordpress.com/category/tableau-du-samedi

     

     Promenade à travers une ballade romantique anglaise, La Belle Dame sans Merci de Frank Bernard Dicksee (1853-1928), qui nous conte une histoire d'amour et de féerie. Pour célébrer nos amis chevaux, symboles de beauté, de liberté, d'inspiration créatrice...

     

    Image003.jpg

     

    Un chevalier rencontra dans les prés fleuris une « dame mystérieuse », ravissante jeune femme aux longs cheveux roux qui se présenta comme la fille d'une fée. Le chevalier était mélancolique, il songeait aux spectres des valeureux guerriers tombés au combat et la séduisante inconnue lui murmura des mots enchanteurs. Il tomba amoureux d'elle et lui tressa une une guirlande de fleurs des champs puis il la plaça sur sa monture et ils parcoururent la campagne où se dressaient, près de très vieux arbres, des tertres féeriques. La Belle Dame sans Merci entraîna le chevalier dans des territoires magiques, lui fit déguster du miel gardé par le Petit Peuple et des racines de fleurs sauvages imprégnées de rosée puis, elle l'emmena dans une grotte et le plongea dans un sommeil ensorcelé.

     

    Le chevalier traversa des contrées oniriques dans lesquelles il vit évoluer des formes pâles, des fantômes de princes, de rois et de guerriers qui le mirent en garde contre le charme vampirique de son hôtesse. Il finit par se réveiller et réalisa qu'il marchait dans une semi-obscurité, sur une colline éloignée du monde des hommes. Il cherchait son amour magique et fut condamné à chercher jusqu'à la fin des temps à moins qu'un sort ne puisse le délivrer de cette emprise...

     

    Des variantes de cette ballade décrivent une issue bien plus favorable au chevalier. Il serait devenu l'amant de la fée et le couple sillonnerait les champs, juché sur un magnifique cheval afin de répandre la fécondité. Lors de fêtes associées au monde agraire, ce couple issu d'un très ancien folklore est honoré avec des bouquets de fleurs placés au pied des arbres, des rubans colorés accrochés dans les branches, des sachets de tissus remplis de graines déposés près des cercles de pierres ou des pierres dressées. Leur cheval est également célébré, considéré comme une émanation des pouvoirs conjugués de l'Aurore et du Soleil.

     

    Image004.jpg

     Pour réaliser son tableau, Frank Bernard Dicksee (1853-1928) s'inspira de la ballade composée en 1819 par le poète romantique anglais John Keats (1795-1821). Une œuvre complexe, fondée sur un mélange d'influences littéraires et esthétiques issues du monde médiéval, de la poésie dite amoureuse, des légendes et des récits celtiques. Les écrits de John Keats ont passionné et fortement inspiré les peintres préraphaélites que j'évoque souvent sur mes blogs.

     

    Image005.jpg

     La fée qui palpite sous la plume de Keats et qui apparaît dans le tableau de Dicksee évoque la « femme fatale » en tant que « topos littéraire ». Elle est « l'Enchanteresse », celle qui suscite l'amour fou et dissipe le libre arbitre par l'intensité de ses sorts. Elle évoque un aspect de la féminité qui effrayait et fascinait les hommes, parfois jusqu'à la folie, dans les mondes victoriens. Émanation de personnages ardents comme la magicienne Circé, les Sirènes des abysses, la Loreleï : sirène nymphe dont la voix déroule ses accords au-dessus du fleuve Rhin..., elle est à la fois Fée, Sorcière, Vampire... Magnifiquement sensuelle !

     

    Dans l’œuvre de Keats, elle déploie son charme érotique et mortifère, elle « naufrage » les hommes qu'elle rencontre et dans le tableau de Dicksee, elle évoque la beauté envoûtante de la Nature, le pouvoir magique et mystérieux, démiurge de la Femme. Elle est plutôt perçue comme une Gardienne, une amante au souffle mélodieux, une protectrice des forces naturelles.

     

    Le cheval inscrit en cette œuvre sa riche symbolique : Animal chamanique, symbole de clairvoyance. Monture des déesses et des dieux, des esprits et des âmes, des chasseurs célestes. Monture des sorcières qui se rendent au sabbat et incarnation du Diable tentateur qui apporte la séduction, dans sa robe d'ébène...

     

    Certains chevaux frappent une roche avec leur sabot et font jaillir de la terre une source de fécondité, à l'instar de Pégase, le cheval ailé de la mythologie gréco-romaine.

     

    Lutins et Gnomes, Sylphes et Farfadets tressent ou emmêlent les crinières des chevaux. Fées et Sorcières font de même, elles chevauchent sur le col d'un cheval aux yeux de rubis dont les crins servent d'étriers.

     

    Comme les cheveux des sorcières, dans de nombreuses traditions, les crins des chevaux se transforment en serpents quand ils tombent dans une mare au lever du jour.

     

    Il existe des chevaux fantastiques et des chevaux lutins qui peuvent se transformer en chats, en lapins et même en éléphants quand ils sont conduits par la bride dans une écurie. Dans le Morbihan, en Saintonge et ailleurs... on peut croiser des chevaux mystérieux qui ont le don de métamorphose. Ils détiennent aussi des pouvoirs oraculaires.

     

    L'Hippomancie est notamment une forme de divination qui consiste à étudier les hennissements d'un cheval et à en extraire des présages.

     

    Image006.jpg

     

    Dans plusieurs mythes amérindiens, le cheval est assimilé à une « boussole chromatique ». On dit qu'il est associé, selon la couleur de sa robe, aux directions de l'espace symbolisées chacune par une couleur. De nombreux mythes et rituels sont associés aux chevaux chez les Zuni, les Pueblos, les Navajos et les Apaches etc... où, parmi les figures mythiques traditionnelles dont la Lune et le Soleil, les héros civilisateurs, les Chamans, les Medicine Men, les guerriers accostés de chevaux exercent une fonction médiatrice entre l'Humanité et les Dieux.

     

    Dans la mythologie nordique, un magnifique cheval nommé Skinfaxi, « crinière brillante » annonce et incarne l'aurore. Son parèdre, le cheval Hrimfaxi, « crinière de givre » apporte le crépuscule.

     

    Les Celtes honoraient des chevaux blancs sacrés et vouaient un culte à la déesse Ostara (Aurore) qui apparaissait parfois sur les anciens chemins sous la forme d'un cheval de rosée. Les chevaux sont traditionnellement liés à la naissance de l'aube et à l'évolution des heures au fil de la journée. Au Danemark, un rite très ancien consistait à verser du sang de cheval (le fils de la Déesse-Jument) à l'Est, pour célébrer l'aurore rose et à l'Ouest, pour honorer le crépuscule de bronze. A cet égard, le cheval n'était pas tué, le sang était prélevé de manière à respecter l'animal sans lui nuire.

     

    Il existe une infinité de mythes et de légendes associés aux chevaux qui nous accompagnent depuis la nuit des temps. L'Humanité a un lien spécial avec eux et dans les anciennes traditions, les chevaux conduisent les humains parmi le Petit Peuple alors n'oublions pas de rêver...

     

    Image007.jpg

     

    Frank Bernard Dicksee (1853-1928), peintre et illustrateur anglais, fut très apprécié en son temps pour ses portraits pleins d'élégance, ses compositions historiques et ses tableaux qui s'inspiraient de légendes celtiques. Il ne fut pas considéré comme membre à part entière de la Confrérie Préraphaélite mais l'esthétique de ses œuvres fut souvent associée à la manière et au style des Préraphaélites.

     

    Il apprit, dès son plus jeune âge, en compagnie de son frère Herbert et de sa sœur Margaret, la peinture auprès de son père, peintre de talent. Son cousin était également peintre.

     

    Sa carrière fut prestigieuse. Il fut remarqué dès son inscription à la Royal Academy en 1870 et en 1891, il en fut élu membre. Il obtint le titre de Président de la Royal Academy en 1924. Il fut nommé Chevalier en 1925 et membre du Royal Victorian Order par le roi George V (1865-1936), en 1927.

    Sur La Chimère écarlate, j'ai choisi des Chevaux réalisés par Kirk Reinert, un illustrateur de fantasy dont j'apprécie beaucoup le style et la sensibilité.

    http://chimereecarlate.over-blog.com/2020/09/le-tableau-du-samedi-kirk-reinert-chevaux.html

     

    Image008.jpg

     

    Avec des pensées pour nos amis chevaux et pour que leurs agresseurs soient mis hors d'état de nuire, je vous souhaite de belles journées annonciatrices de l'Automne. Amicales pensées pour vous et merci pour vos mots de réconfort !

     

    Merci, chers Aminautes !

    Plume

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    29 commentaires
  •  

     

     

    Image002.jpg

     

    En souvenir de Lady Marianne qui demeure, tendrement, dans nos pensées et maintenant, régi par Fardoise et LilouSoleil.

     

    https://lilousol.wordpress.com/category/tableau-du-samedi

     

    http://entretoilesetpapiers.eklablog.com

     

    Pour les samedis 5 et 12 septembre, le thème vient de Fardoise et de moi, sourires d'amitié.

     

    Les mots de Fardoise...

    L'été est, à la fois un souvenir, mais encore présent et il est encore temps de partir en promenade pour profiter des jours encore beaux, et surtout libérés de la canicule.

    Avec Cendrine, je vous propose de...

     

    « Musarder dans la Nature ou se promener en bord de mer, en quête des coquillages, marcher sur le sable... »

     

    Fardoise a bien rappelé que les thèmes sont une proposition, pas une obligation.

     

    Sur le blog de LilouSoleil, cette semaine, pour les liens vers les publications.

     

    https://lilousol.wordpress.com

     

     

    Image003.jpg

    « Jeunes filles grecques ramassant galets et coquillages sur la plage », 1871. Mexico, Collection Pérez Simón.

     

    Septembre est arrivé, soufflant sur les ors de l'été mais les envies de promenades sont toujours là et de belles journées attendent les butineurs des chemins. Dans la Nature qui verdit encore ou le long des rivages qui palpitent... Pour exprimer le thème de ce samedi, j'ai songé à un tableau réalisé par Lord Frederick Leighton (1830-1896), peintre et sculpteur britannique de l'époque victorienne.

     

    Au bord de la mer, quatre jeunes filles vêtues d'élégantes draperies agitées par le vent font une récolte de petits trésors. Absorbées par leurs activités, elles ne contemplent pas le paysage. On aperçoit dans leur dos le ciel marin, aux couleurs quasi chimériques et les vagues en doux mouvement, ourlées d'écume...

     

    Lord Frederick Leighton a choisi de ne pas représenter un lieu « reconnaissable » et ses « héroïnes » n'incarnent aucun personnage précis. Elles sont l'émanation d'une beauté antique, d'une grâce qui se suffit à elle-même et surtout, on peut projeter, à travers elles, ce que l'on veut. En les regardant, les spectateurs sont susceptibles de leur consacrer une histoire, de les inclure dans un récit personnel et de s'approprier les gestes qu'elles accomplissent.

     

    La Liberté est de mise !

     

    Image004.jpg

    Détail 1

     

    Sans être des incarnations littéraires ou historiques, ces jeunes filles grecques nourrissent fort agréablement l'imagination. A travers elles, Lord Leighton rend hommage à un tableau qu'il aimait beaucoup : Hippomène et Atalante du maître italien Guido Reni (1575-1642). Il fait aussi allusion aux Nymphes qui évoluent joliment dans plusieurs œuvres de Botticelli (1445-1510).

     

    Je vous parlerai très bientôt d'Hippomène et d'Atalante, j'ai un billet en préparation sur le sujet aussi je ne développe pas et je reviens aux jeunes filles.

     

    Image005.jpg

    Détail 2

     

    Lord Frederic ou Frederick Leighton, peintre et sculpteur britannique, était considéré comme un maître en son temps. Il naquit le 3 décembre 1830 à Scarborough dans le comté du Yorkshire, au Royaume-Uni et mourut en 1896 à Kensington.

     

    Issu d'une famille de médecins par son père et son grand-père qui avait soigné les membres de la famille royale russe, il eut l'occasion de voyager et cela nourrit sa créativité.

     

    Il bénéficia d'une solide formation artistique, étudiant à Berlin puis à l'University College School, à Londres, approfondissant ses connaissances à Florence, à l'Accademia di Belle Arti et découvrant les charmes de Paris où il fit la rencontre de Delacroix, Corot, Ingres et Millet.

     

    Après plusieurs années passées en France (de 1855 à 1859), il retourna en Angleterre (1860) où il s'établit et fréquenta les milieux Préraphaélites.

     

    Image006a.jpg

    Détail 3

     

    Profondément considéré dans les milieux artistiques de son temps, Lord Frederick Leighton fut élu Président de la Royal Academy en 1878.

     

    Il fut professeur et mentor pour des artistes qui jouirent d'une belle notoriété comme le dessinateur, sculpteur et orfèvre Alfred Gilbert (1854-1934), et les peintres Frank Dicksee (1853-1928) et Charles Edward Perugini (1839-1918).

     

    En 1900, à l'Exposition Universelle de Paris, ses oeuvres furent choisies pour représenter la Grande-Bretagne. Émanations idéalisées du charme victorien et de la quête d'un Âge d'Or inhérent à la nostalgie de la Grèce et de la Rome antiques, elles furent plébiscitées.

     

    Image007.jpg

    Détail 4

     

    Artiste accompli, Lord Frederic Leighton entretint un certain mystère autour de sa vie privée même si les rumeurs concernant son homosexualité allaient bon train. Célibataire, il était entouré de jeunes hommes qui se passionnaient pour ses mises en scènes picturales glorifiant un passé mythologique.

     

    Une relation épistolaire intense et sûrement amoureuse, aux dires des historiens d'art anglais, l'unit au poète Henry William Greville (1801-1872) qu’il avait rencontré à Florence en 1856. On lui attribua également la paternité d'un enfant qu'il aurait conçu avec l'un de ses modèles.

     

    Très apprécié de ses contemporains, il fut fait chevalier en 1878, baronnet en 1886 et devint le premier peintre britannique à être nommé pair du Royaume-Uni en 1896, à la veille de sa mort.

     

    On peut admirer à Londres, dans Melbury Road, sa maison de Holland Park qui a été transformée en musée, un écrin pour des réalisations pleines de charme.

     

    Image008.jpg

    Détail 5

     

    Prenons plaisir à butiner les petits riens précieux qui se dévoilent autour de nous, réjouissons-nous de savourer, autant que possible, les joies subtiles de l'instant, voilà ce que je ressens quand mon regard caresse les formes et les couleurs à la fois douces et intenses de ce Tableau du Samedi.

     

    Image009.jpg

    Détail 6

     

    Sur La Chimère écarlate, j'ai choisi une œuvre imaginée par le peintre et illustrateur de l'époque victorienne William Henry Margetson (1861-1940).

     

    Image010.jpg

     

    http://chimereecarlate.over-blog.com/2020/09/le-tableau-du-samedi-william-henry-margetson-au-bord-de-la-mer-1900.html

     

    Je pense bien à vous, chers Aminautes ! Gros bisous !

    Plume

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    21 commentaires
  • Image001.jpg

     

    Image002.jpg

     

    En souvenir de Lady Marianne qui demeure, tendrement, dans nos pensées et maintenant, régi par Fardoise et Lilou.

     

    https://lilousol.wordpress.com/category/tableau-du-samedi

     

    http://entretoilesetpapiers.eklablog.com

     

    Le thème proposé pour le samedi 29 août par Lilou est « Bruegel dans tous ses états »... Exploration d’œuvres de membres de la lignée des Bruegel. Sur le blog de Fardoise, cette semaine, pour les liens vers les publications.

     

    Merci à vous, Lilou et Fardoise...

     

    Image003.jpg

    Allégorie de la Terre, détail 1

     

    J'ai choisi cette semaine une Allégorie aux nuances précieuses, riche d'une infinité de détails. Une œuvre réalisée de concert par Jan Brueghel l’Ancien, Jan I dit Brueghel de Velours (1568-1625) et par un peintre et décorateur de mobilier anversois nommé Hendrick Von Balen (1575-1632).

     

    Avant de présenter l’œuvre, je veux mettre en lumière la lignée des Bruegel ou Brueghel, une des plus célèbres dynasties d'artistes que l'histoire de l'art ait connu.

     

    Pieter Brueghel, dit l'Ancien, l'un des maîtres de la Renaissance Flamande, né aux alentours de 1525/1530 et décédé en 1569, épousa, « après » une relation amoureuse tumultueuse avec une servante, une jeune femme nommée Mayken Coecke qu'il connaissait depuis l'enfance.

    Mayken Coecke était la fille du peintre et architecte-scénographe Pieter Coecke Van Aelst (1502-1550), maître anversois et initiateur de Pieter dans le monde des arts, et de l'aquarelliste, miniaturiste et graveuse Mayken Verhulst (1518-1596 ou 1599).

    Avec Mayken Coecke, Pieter Brueghel eut deux fils dont le talent n'est plus à démontrer : Pieter Brueghel le Jeune (1564-1638), dit Brueghel d’Enfer, et Jan Brueghel l’Ancien (1568-1625), Jan I dit Brueghel de Velours, l'artiste qui m'a inspiré l'article publié ce samedi.

     

    Pieter Brueghel le Jeune et Jan Brueghel l'Ancien apprirent différentes techniques picturales auprès de leur grand-mère Mayken Verhulst, connue aussi sous le nom de Marie Bessemers et considérée comme l'une des plus importantes artistes féminines aux Pays-Bas.

     

    La lignée des Brueghel se poursuivit avec Jan Brueghel l'Ancien qui eut deux fils peintres : Jan II dit le Jeune (1601-1678) et Ambrosius (1617-1675). Jan II eut à son tour deux fils artistes : Abraham (1631-1697) et Jan-Baptist (1647-1719).

     

    Le nom « Brueghel », qui s'écrit de plusieurs façons (Breugel, Breughel, Brueghel, Bruegel) est vraisemblablement lié à un village situé près de Bréda, dans le sud des Pays-Bas.

     

    Allégorie de la Terre

     

    Image004.jpg

     

    Dans une sylve luxuriante ornée de fleurs, de fruits, de graines dont les couleurs semblent palpiter tant leur énergie de vie est intense, apparaît Cérès, la déesse latine de l'agriculture et des moissons.

     

    Fille des Titans Chronos (Saturne) et Rhéa (Cybèle), Cérès est couronnée de blé mûr et de fleurs des champs et associée à la croissance des végétaux. Son nom dérive du mot latin « crescere » qui signifie « grandir, pousser ». Assimilée à la grande déesse mère Déméter, honorée dans l'ancienne Grèce, elle apprit aux hommes à cultiver les céréales et fut pendant très longtemps invoquée pour protéger les récoltes, faire croître la végétation et attirer la fécondité sur les foyers.

     

    On l'honorait sur l'Aventin, la plus méridionale des sept collines de Rome et sa fleur symbolique était le pavot.

     

    Image005.jpg

    Allégorie de la Terre, détail 2

     

    http://maplumefeedansparis.eklablog.com/ceres-la-suzeraine-de-l-ete-a147095268

     

    Le tableau de Brueghel de Velours célèbre le pouvoir de la Terre Féconde et l'esthétique des lieux se pare d'une référence au Jardin d'Éden. Il s'agit d'un « paysage-monde », éclairé par de subtils dégradés de teintes vives à douces. La végétation, prolifique et précieuse, est un écrin pour la déesse Cérès, entourée de deux faunes et de deux putti, qui tient une grande corne d'abondance.

     

    L’œuvre, à vocation didactique, est le fruit d'une commande destinée à glorifier le Savoir et la Connaissance. Elle est conçue comme un Cabinet de Curiosités qui se situerait en plein air. Brueghel de Velours et Hendrick Von Balen ont représenté chaque élément, soit La Terre, L'Eau, L'Air et Le Feu.

     

     

    Image006.jpg

    Allégorie de la Terre, détail 3

     

    Jan I Brueghel l'Ancien (1568-1625), fils de Pieter Brueghel l’Ancien, fut surnommé Brueghel de Velours grâce à la finesse de sa touche colorée. Il fut un grand artiste de paysages et pratiqua avec brio l'art de la la nature morte. Il réalisa des bouquets superbes, imprégnés de lumière douce, de détails naturalistes et semblant être vus, pour certains, à travers un voile de soie. Sa maîtrise des masses colorées, des fondus, des dégradés, la délicatesse et la fluidité de sa « manière » sont indissociables du lien tissé avec sa grand-mère, l'artiste Mayken Verhulst, connue aussi sous le nom de Marie Bessemers, que j'évoquais plus haut.

    Spécialisée dans l'art de la miniature dite à la détrempe, Mayken concevait des petits portraits sur le mode fin de l'aquarelle. Brueghel de Velours apprit beaucoup à ses côtés ainsi que dans des ateliers anversois où il fut initié aux secrets de la peinture à l'huile.

     

    Image007.jpg

    Allégorie de la Terre, détail 4

     

    Brueghel de Velours fut très apprécié pour ses paysages, ses natures mortes, pour les allégories (Allégorie des Cinq Sens), les scènes mythologiques, folkloriques et religieuses qu'il réalisa. Esprit brillant et minutieux à l'extrême, metteur en scène d'une vision baroque et surréelle du monde qui l'entourait, il donna au « thème des bouquets de fleurs » de véritables lettres de noblesse, jouant sur une étourdissante profusion de détails et une fantastique variété d'ornements floraux. Sa peinture fut qualifiée d'encyclopédique tant on pouvait y acquérir de connaissances en l'observant.

     

    Image008.jpg

    Bouquet de fleurs avec bijoux, pièces et coquilles, 1606, huile sur cuivre. Deuxième tableau choisi pour ce samedi.

     

    La composition des bouquets de Brueghel de Velours, le savoir s'y imprégnant et le charme en émanant inspirèrent, parmi bien d’autres, des artistes comme son fils Jan II Brueghel (1601-1678) dit le Jeune mais aussi Clara Peeters (1589-1639), artiste spécialisée dans la création de natures mortes pour de riches commanditaires, et Daniel Seghers (1590-1661), considéré comme l'un des plus grands peintres de fleurs issu du monde flamand.

     

    L'inspiration de Jan I Brueghel s'enracina dans son amour pour l'étude et l'apprentissage, pour les livres et l'atmosphère des bibliothèques de collectionneurs. Il aima le style d'artistes comme Joachim Patinir (1480-1524), maître de l'art du paysage à la Haute Renaissance. Il collectionna les dessins de paysages et, à l'instar de son père, il voyagea en Italie, notamment à Rome, en 1593, et à Milan où il se lia d'amitié avec le cardinal archevêque Federico Borromeo (1564-1631), un autre amoureux des livres qui fonda, sous l'obédience de Saint Ambroise, l’une des premières bibliothèques publiques : la bibliothèque Ambrosienne de Milan.

     

    Image009.jpg

     Bouquet de fleurs, détail 1.

    L’œuvre fut commandée par le cardinal Federico Borromeo. Vous apprécierez les petits objets épars, « signature » de Brueghel de Velours, laissés au pied du vase...

     

    Image010.jpg

    Bouquet de fleurs, détail 2.

    Des coquillages bijoux...

     

    Les tableaux de Brueghel de Velours conservent un charme poétique résultant de son attirance pour les variations de couleurs, la subtilité des nuances (notamment au niveau des ciels et des feuillages vaporeux...), les effets de clair-obscur, l'observation approfondie de la Nature. Son impressionnante maîtrise de la technique n'altère pas cette poésie...

     

    Je m'arrête là mais c'est difficile, sourires... Vous l'aurez compris, j'adore les Brueghel qui m'ont inspirée plusieurs travaux universitaires. Avec tant de plaisir...

     

    Sur La Chimère écarlate, j'ai choisi La Fenaison, réalisée par Pieter Brueghel dit l'Ancien, père de Brueghel de Velours...

     

    Image011.jpg

     

    http://chimereecarlate.over-blog.com/2020/08/le-tableau-du-samedi-pieter-brueghel-dit-l-ancien-la-fenaison.html

     

    Je vous souhaite une belle rentrée chers Aminautes, bon courage à ceux qui « reprennent » études et travail dans des conditions sanitaires peu évidentes... Douces pensées...

     

    Image012.jpg

    Plume

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    26 commentaires
  •  

    Image001.jpg

     

    Je veux vous parler, chers Aminautes, d'un livre que j'aime énormément !

     

    En feuilleter les pages, c'est s'installer pour partir en voyage dans un train rempli d'émotions, c'est filer, fenêtre ouverte, à travers un univers de tableaux fascinants...

     

    Entendre vibrer, tout près de soi, la voix du conteur, celui qui souffle les histoires et fait chanter la vie au rythme de son stylo.

     

    Image002.jpg

     

    Conter la Peinture... Voilà ce que m'inspire ce livre signé Alain Yvars, l'auteur du délicieusement littéraire et intense « Que les blés sont beaux », au rythme duquel nous entrions dans l'intimité de Van Gogh.

     

    Image003.jpg

     http://www.httpsilartetaitconte.com/archive/2019/04/01/cendrine-a-lu-que-les-bles-sont-beaux-6140645.html

     

    https://www.babelio.com/auteur/Alain-Yvars/506341

     

    Image004.jpg

     

    http://www.httpsilartetaitconte.com/archive/2020/01/08/conter-la-peinture-6203783.html

     

    Conter la Peinture... Alain fait cela avec beaucoup de talent et d'amour pour les œuvres d'art et leurs auteurs ! Il fait vivre les artistes, les personnages des toiles comme des êtres de chair et ceux qui en leur temps contemplaient ces merveilles. En lisant son livre, on semble surprendre des cœurs qui frémissent à travers le papier, on perçoit, telle une friandise, la conscience des couleurs.

     

    On remonte le temps, on imagine ce qui a été, on savoure les mots, les impressions, on butine au fil des formes révélées... Il y a Vermeer, Georges de La Tour, Monet, Whitsler, Winslow Homer... Il y a Degas, Seurat, Toulouse-Lautrec et Modigliani... Il y a les pleins et les déliés de la créativité généreuse !

     

    Pour ceux qui ne connaissent pas encore Alain, sachez que son érudition est également très « abordable ». Alain écrit avec beaucoup de force évocatoire et de douceur passionnée, il cultive à la fois l'élégance et la simplicité.

     

    Image005.jpg

     

    Je vous conseille ses livres, de tout cœur !

     

    A noter que les bénéfices des écrits d'Alain sont reversés à l'association Rêves qui œuvre pour apporter du bonheur aux enfants malades.

     

    Merci Alain de m'avoir envoyé « Conter la Peinture » et merci d'avoir patienté pour cette publication que j'aurais aimé faire « plus tôt »...

     

    Bien affectueusement,

     

    Cendrine

    Plume

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    17 commentaires
  •  

    Image001.jpg

     

    Image002.jpg

     

    En souvenir de Lady Marianne qui demeure, tendrement, dans nos pensées et maintenant, régi par Fardoise et Lilou.

     

    https://lilousol.wordpress.com/category/tableau-du-samedi

     

    http://entretoilesetpapiers.eklablog.com/

     

    Le thème proposé pour le samedi 15 août et le samedi 22 août par Lilou est « Bouquet Champêtre ». Sur le blog de Fardoise, cette semaine, pour les liens vers les publications.

     

    http://entretoilesetpapiers.eklablog.com/le-tableau-du-samedi-pour-les-15-et-22-aout-2020-lilou-propose-bouquet-a199322138

     

    Image003.jpg

     

    Plaisir de caresser la peau des fleurs, de se lover dans la lumière pour jouir de l'énergie florale et imaginer un monde à soi, enivré par des murmures de Nature. Sentir frémir sous ses doigts des pétales aux tons clairs. Cette œuvre signée Francis Coates Jones (1857-1932) me charme profondément. J'aime la « rencontre » entre la jeune femme, simple et élégante dans sa tenue à l'antique, et la puissance de vie qui jaillit du bouquet. L'instant semble crépiter comme autant d'ailes de papillons...

     

    Francis Coates Jones appréciait l'esthétique des fleurs, perçues comme une quintessence de féminité. Il fut élève, comme tant de peintres à la célébrissime Académie Julian, s'imprégnant du talent des maîtres William-Adolphe Bouguereau (1825–1905) et Jules Joseph Lefebvre (1836–1911). Il voyagea beaucoup. Il sillonna l'Europe et le Maroc, en compagnie de son frère, dans les années 1870-1890 et il travailla à Paris et en Bretagne, parmi les artistes de l'École de Pont-Aven, où il rencontra Paul Gauguin (1848-1903).

     

    Image004.jpg

     

    Il retrouva ensuite les États-Unis mais il ne put oublier la France, Paris et Pont-Aven. Il fut un peintre apprécié de ses contemporains, représentant, avec subtilité dans le mouvement, des saynètes de vie qui se plaçaient dans la Nature ou qui nourrissaient un lien ardent avec elle.

     

    Il garda de son séjour à Pont-Aven une vision « libre » de ce qui l'entourait, un goût pour la simplicité et les charmants bonheurs ressentis. Il salua dans plusieurs de ses œuvres le style et l'esprit de ce groupe d'artistes qui se réunissaient dans une séduisante localité bretonne autour de la personnalité de Paul Gauguin.

    Il honora une dimension, à bien des égards, « spirituelle » de l'art qui refusait désormais de composer avec la manière des Impressionnistes. Il ne peignit pas pour autant complètement dans le style de Pont-Aven. Il s'en imprégna et créa sa propre voie picturale.

     

    Il peignit beaucoup de fleurs, de bouquets, de jeunes femmes, en résonance avec une vision de la vie intimiste, profonde, tissée de forces spirituelles... A ressentir au creux de soi...

     

     

    Image005.jpg

    Deuxième tableau de Francis Coates Jones pour ce samedi, « Des fleurs à la fenêtre », collection privée.

     

     

     

    Sur La Chimère écarlate, j'ai choisi des Bouquets réalisés par un artiste méconnu : Emanuele Bocchieri (1910-1998), qui fut peintre de l'École de Tunis.

     

    Image007.jpg

     

    http://chimereecarlate.over-blog.com/2020/08/le-tableau-du-samedi-emanuele-bocchieri-vases-de-fleurs.html

     

     

    Merci de votre fidélité et pour les charmants petits mots reçus...

     

    Belles pensées pour vous

    Plume

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    20 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique