•  

    Image001.jpg

     

    Image002.jpg

     

    En souvenir de Lady Marianne à qui nous pensons bien fort et désormais sous l'égide de Fardoise et de Lilou.

     

    https://lilousol.wordpress.com/category/tableau-du-samedi

     

    Voici ce que propose Fardoise pour les 9 et 16 mai 2020... : Le Thème du Rêve... Suite...

     

    http://entretoilesetpapiers.eklablog.com/

     

    « Alors quels sont vos rêves ? En avez vous réalisé ? Comment rêvez vous la vie d'après le confinement ? Quand rêvez vous ? etc...

    Les accroches sont multiples pour : Je rêve – Tu rêves – Nous rêvons... Il ne suffira peut-être pas de deux semaines...

     

     

    Image003.jpg

     

    Retour en territoire de rêve, à travers les visions d'un peintre victorien que j'aime énormément : John Anster Christian Fitzgerald (1819-1906) qui était surnommé « Fairy Fitzgerald » (Fitzgerald le féerique). Ses peintures ouvrent les portes d'univers étranges, surréalistes où le regard est cristallisé par des couleurs somptueuses et les fantaisies du monde végétal (feuilles, fruits, branchages...).

     

    L’œuvre que j'ai choisie ne se situe pas dans la Nature. Elle se nomme « La substance dont les rêves sont faits... » et sa mise en scène est associée à la Magie de Mai, au temps secret et sacré de Beltane, le temps des Fées qui se poursuit en Midsummer... Ainsi, autour d'une jolie dormeuse papillonnent des êtres féeriques, des lutins et une myriade de créatures qui traversent le voile de la réalité.

     

    Merci à Christophe pour les découpages au sein de ce tableau luxuriant, ce n'est pas évident vu les effets de brume et de flou mais j'adore présenter des détails et je sais que vous êtes nombreux à les apprécier aussi...

     

    Image004.jpg

     

    Émanations d'une énergie mystérieuse, les Rêves sont les enfants privilégiés de la lignée des divinités de la Nuit (Nyx).

     

    Image005.jpg

     

    Morphée, dieu des Rêves et fils d'Hypnos/Somnus, le dieu du Sommeil, envoie dans le creux de la Nuit, les Oneiros : les Songes fascinants et initiatiques... Ainsi, Rêves et Songes forment un carrousel fantastique de visions riches d'enseignements. Dotés du pouvoir de métamorphose, les Oneiros sont les gardiens des secrets et des vérités mystérieuses.

     

     

    Image006.jpg

     

    Artiste victorien autodidacte, John Anster Fitzgerald, doté d'une personnalité particulièrement sensible, était le fils du poète irlandais William Thomas Fitzgerald (1759-1829).

     

    Il n'aima guère la vie sociale de son temps où il était à la mode de fréquenter différents clubs, clubs d'artistes et clubs de gentlemen. Profondément épris de solitude, il se rendit parfois à Londres, au Savage Club, mais il préféra vivre loin de toute agitation, en compagnie des livres et dans les paysages enchantés du Surrey où il naquit.

     

    Il fut un grand amoureux du thème des fées et il représenta également le rêve sous différentes formes : anthropomorphes, animales et notamment félines, spectrales...

     

    A travers de fréquentes rêveries d'opium, de chloral et de laudanum (drogues en vogue à l'époque victorienne), il laissait son imagination dériver au pays des fées et dès qu'il en « revenait », sur les ailes du rêve, il créait de superbes compositions aux couleurs précieuses, chamarrées, chatoyantes...

     

    Image007.jpg

     John Anster Fitzgerald, Un chat parmi les fées...

     

    En Angleterre, la vogue des fées coïncida avec la révolution industrielle, dans la deuxième moitié du XIXe siècle. Cette révolution s'opéra avec une rapidité telle que les esprits de l'époque redécouvrirent, en réaction au « règne des machines », les univers de féerie.

     

    Cette redécouverte, dans les arts et la littérature, s'associa à un engouement profond pour les œuvres de William Shakespeare (1564-1616).

     

    En 1600, lors de la publication du premier in-quarto du Songe d'une nuit d'été, (A Midsummer Night's Dream), l’œuvre préférée de John Anster Fitzgerald avec La Tempête et Alice au pays des merveilles... Shakespeare apparut comme le fondateur de la mythologie féerique britannique.

     

    Shakespeare miniaturisa les fées, modifia leur aspect physique et gomma le caractère démoniaque que l'Église leur avait attribué. Elles ressuscitèrent, sous sa plume, en créatures espiègles et fascinantes, associées au rythme des saisons et aux rêves de la nuit...

     

    Image008.jpg

     

    Il établit un lien étroit entre la botanique et la féerie. Les fées devinrent des créatures hybrides, mi-femmes, mi-fleurs. Mais il ne recréa pas seulement le corps de la fée, il lui attribua de nouvelles couleurs, rompant ainsi avec la croyance populaire qui associait le noir aux êtres féeriques.

     

    La vogue des êtres magiques connut aussi un regain d'intensité avec l'affaire des Fées de Cottingley. Vous pouvez, si vous le souhaitez, lire ou relire l'article que je leur ai consacré sur La Chimère écarlate.

     

    http://chimereecarlate.over-blog.com/2017/04/les-fees-de-cottingley.html

     

    Dans les mondes féeriques de John Anster Fitzgerald évoluent des êtres ambivalents, des petits personnages facétieux, créatifs, truculents, burlesques et parfois inquiétants que les historiens d'art rapprochent des visions hallucinées de maîtres comme Jérôme (Hiéronymus) Bosch (1459-1516) et Pieter Brueghel (1525-1569). On songe aussi au Cauchemar de Füssli (1741-1825).

     

    Image009.jpg

     

    « Fairy Fitzgerald » fut également l'auteur d'une magnifique série de Fées de Noël imaginées en 1858 pour le magazine « Nouvelles Illustrées de Londres » mais ceci est une autre histoire... Je ne m'éloigne pas du tableau du samedi, sourires...

     

    A propos, sur La Chimère écarlate, voici mon choix pour ce samedi 16 mars :

     

    http://chimereecarlate.over-blog.com/2020/05/le-tableau-du-samedi-ferdinand-knab-le-portail-du-chateau-1881.html

     

    Image010.jpg

     Ferdinand Knab (1834-1902), Le Portail du Château, 1881

     

    Merci de votre fidélité et belles pensées pour vous...

     

     

     

    Plume

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    18 commentaires
  •  

    Image001.jpg

     

    Avant de plonger dans les beautés du Tableau du Samedi, je veux vous adresser un grand MERCI, chers Aminautes, pour vos messages de réconfort et répondre aux questions que plusieurs d'entre vous m'ont posées.

     

    J'ai rendez-vous chez mes praticiens dans une dizaine de jours, en cabinet privé et à l'hôpital.

     

    Je souffre beaucoup, j'ai des vertèbres déboîtées et mon omoplate droite qui n'est plus calée par les ligaments. Mon omoplate bouge et se déboîte aussi plusieurs fois par jour. Mes cervicales ne sont plus en place non plus. Mes névralgies chroniques sont encore plus intenses... Les crises d'épilepsie répétées du début du Printemps ont rouvert mes anciennes blessures.

     

    J'habite, comme plusieurs d'entre vous le savent, à Sarcelles dans le Val d'Oise. Le Val d'Oise, département le plus touché par le coronavirus Covid-19 avec Mayotte. Pour aller à mes rendez-vous médicaux, je n'ai pas d'autre possibilité que de prendre les transports en commun.

     

    J'ai rendez-vous à l'hôpital en dehors des heures de pointe, c'est déjà un peu « rassurant » mais emprunter le tramway T5, le RER D et les métros ne va pas être évident dans ces nouvelles conditions.

     

    60 stations RATP vont rester fermées après le 11 mai et en ce qui concerne mon RER D, j'ai reçu un message de Transilien SNCF disant que seuls 600 passagers seraient acceptés au lieu de 2600 par train.

    http://www.leparisien.fr/info-paris-ile-de-france-oise/transports/deconfinement-voici-les-stations-de-metro-qui-ne-rouvriront-pas-le-11-mai-08-05-2020-8313465.php

     

    Même quand on a l'habitude des transports en commun, il va falloir se réadapter et surtout plonger dans l'inconnu. Je viens de constater que pour aller à mon hôpital qui est sur la ligne 12, de nombreuses stations de métro ne seront pas ouvertes. En conséquence, la marche va être longue entre l'aller et le retour... Bref, Je vous raconterai mon périple avec des notes d'humour... en tous cas je ferai de mon mieux pour l'humour... J'essaierai de faire un petit reportage dans la partie accessible des transports parisiens, surtout le RER, histoire de garder des « souvenirs » de cette période inédite dans nos vies...

     

    Extrait du courrier reçu : « L’obligation de respecter une distance de 1 mètre entre chaque voyageur diminue fortement la capacité d’accueil à bord des trains circulant sur l’ensemble des lignes Transilien SNCF.

    À partir du 11 mai, date du déconfinement progressif, sur les 3,4 millions de voyageurs transportés par Transilien SNCF chaque jour, seuls 410 000 pourront voyager.

    À titre d’exemples, cela représente pour un RER D, 600 personnes au lieu de 2600 et pour un train des lignes J et L, 300 personnes sur les 1500 habituellement. »

     

    Bon courage à nous tous, où que nous habitions !

     

    Retour au Tableau du Samedi...

     

    Image002.jpg

     

    En souvenir de Lady Marianne à qui nous pensons bien fort et désormais sous l'égide de Fardoise et de Lilou.

     

    https://lilousol.wordpress.com/category/tableau-du-samedi

     

    Voici ce que propose Fardoise pour les 9 et 16 mai 2020... : Le Thème du Rêve...

     

    http://entretoilesetpapiers.eklablog.com/

     

    « Alors quels sont vos rêves ? En avez vous réalisé ? Comment rêvez vous la vie d'après le confinement ? Quand rêvez vous ? etc...

    Les accroches sont multiples pour : Je rêve – Tu rêves – Nous rêvons... Il ne suffira peut-être pas de deux semaines...

     

     

    Image003.jpg

     

    J'ai choisi ce tableau de l'artiste Symboliste Catalan Joan Brull Y Vinyoles qui m'inspire les mots suivants...

     

    Entrer en territoire magique, regarder l'entre-deux s'épanouir dans la brume et sentir que fondent, au fil de l'instant, les limites de la réalité.

    Le rêve est là, à portée de regard. C'est un paysage subtil qui s'incarne à travers une myriade de frissons et de reflets.

     

    Je rêve beaucoup, mon esprit est comme un cheval au galop. Il ne reste jamais au même endroit bien longtemps. Même quand il se « pose », il se projette toujours vers un « ailleurs » brodé de couleurs changeantes, vers un paysage en métamorphose où s'entrelacent et filent des sentiers de fées...

     

    Pour illustrer ce thème onirique, j'ai pensé, de manière instinctive, à cette œuvre de Joan Brull Y Vinyoles que j'ai « rencontrée » il y a bien des années. Une œuvre que j'aime énormément...

     

    Souvenirs... C'était un soir d'hiver, à la bibliothèque d'Art et d'Histoire de l'Université Michel de Montaigne, à Bordeaux III. Les étudiants commençaient à déserter l'immense salle sur laquelle s'ouvraient des allées conduisant à des pièces intimistes et ma table était encore couverte de feuilles bruissantes. Il restait environ une heure avant la fermeture des lieux mais l'obscurité avait déployé ses ailes sur la ville et le froid ne nous épargnait pas.

    Dès que j'avais fini de travailler « directement » pour les Unités de Valeur composant mon Cursus d'Historienne de l'Art, je parcourais la bibliothèque pour m'imprégner de tout ce qu'elle avait à offrir, au gré de l'instant présent. Je prenais des livres sur les étagères en faisant davantage appel à mon ressenti qu'à mon intellect.

     

    J'ai donc ouvert ce soir-là un livre à la couverture bleue et dorée, une sorte de grimoire qui évoquait le Symbolisme dans l'Art et je suis partie en balade à travers les chapitres proposés. C'est alors que je l'ai vue, l’œuvre appelée « Le Rêve » (dont il existe plusieurs versions). Elle m'a enveloppée dans sa trame fine...

     

     

    Image004.jpg

     

    J'ai toujours aimé les personnages saisis, de côté, dans une attitude qui accroît le mystère ou vus de dos (je suis « amoureuse » des représentations féminines d'Antoine Watteau... délicieuses héroïnes mélancoliques...)

     

    Concernant l'auteur, Joan Brull Y Vinyoles, on sait qu'il fut un élève particulièrement doué à l'École des Beaux-Arts de Barcelone. Initié tout d'abord au Réalisme en Peinture, il fit vivre sous son pinceau des scènes d'histoire et des scènes de genre.

     

    Artiste et critique d'art, Joan Brull a obtenu de nombreux prix et récompenses au fil de sa carrière à Madrid et à Barcelone. En 1900, à l'Exposition Universelle de Paris, il fut gratifié de la Médaille de Troisième Classe et en 1904, il fut nommé Commandeur de l'Ordre du Roi Alphonse XII.

     

    Le Rêve met en scène une jeune fille dans un espace que l'on peut assimiler au Sidh/Sidhe, l'Autre Monde Celtique. Enchanteresse perçue dans une intimité douce et élégante, entre le monde réel et un ailleurs onirique qui se dessine au-delà d'une étendue d'eau. L'eau, matière onirique par excellence...

     

    Image005.jpg

     

    Image006.jpg

     

    Il existe plusieurs versions, les nuances colorées sont variées mais toujours brodées à partir d'une impression de brume et de magie...

     

    Le Rêve qui attire la jeune fille est féerique. On aperçoit une ronde enchantée sur l'autre rive du plan d'eau. Une danse des esprits de l'eau... Il émane de ce paysage une touche de mélancolie voire quelque chose qui semble tenir du Spleen Baudelairien et qui invite, irrépressiblement, à la contemplation.

     

    La fleur tutélaire de l’œuvre est l'Iris, associé dans les herbiers anciens à la puissance magique des dieux.

     

     

    Image007.jpg

     

    Fleur d'Iris, la messagère des divinités de l'Olympe, « l'élue », la gardienne des bonnes nouvelles et la porteuse de chance qui déroulait entre ciel et terre le pont de l'arc-en-ciel.

     

    Iris est liée à Cupidon, le dieu du Désir, fils d'Aphrodite/Vénus et à Morphée, le dieu du sommeil et des rêves...

     

    Image008.jpg

     

    Les livres d'histoire rapportent que l'iris des marais protégea le roi franc Clovis pendant une attaque de guerriers Goths. Clovis, dissimulé, choisit l'iris pour emblème.

    Cultivé par les égyptiens, les babyloniens, les grecs, les hébreux..., l'iris qui trouva, au fil des siècles, des applications médicales et cosmétiques variées, fut aussi associé au roi Louis VII qui gagna une bataille dans un marécage constellé d'iris. L'iris, devenu « fleur de Louis », finit par se confondre phonétiquement avec la « fleur de lys ».

     

    D'après les légendes celtiques, des trésors se lovent sous les rhizomes des iris des marais, les lieux marécageux étant associés aux mondes magiques et aux initiations druidiques. L'iris est l'une des fleurs consacrées aux esprits aquatiques.

     

    Image009.jpg

     

    L'iris évoque si bien les subtilités et les fantasmagories du Symbolisme... Courant artistique envoûtant, le Symbolisme naquit le 18 Septembre 1886, en réaction contre l'Impressionnisme et le Naturalisme, sous la plume du poète Jean Moréas qui publia dans Le Figaro un manifeste associé aux Arts Visuels, à la Musique et à la Littérature. Nourri d'un substrat poétique, onirique et mythologique, le Symbolisme s'inspirait du Préraphaélisme et des œuvres hermétiques et envoûtantes de l'ogre esthétique William Blake (1757-1827). Il s'agit d'un mouvement européen.

     

    Mouvement qui cristallise ses forces autour de sensations liées au rêve, à l'imaginaire et à la spiritualité. Les artistes symbolistes aiment frayer dans l'entre-deux, en quête d'un Âge d'Or disparu, d'une Antiquité lointaine, à l'instar de Puvis de Chavannes (1824-1898), de territoires de rêve (Dante Gabriel Rossetti, Ferdinand Khnopff), de légendes médiévales (Henri Fantin-Latour, Edward Burne-Jones...), de mondes mystérieux (Gustave Moreau, Gustav Klimt...).

     

    Image010.jpg

     

    Amoureux des effets d'atmosphère, Joan Brull Y Vinyoles a su s'éloigner de la « rigueur académique ». Ses œuvres se sont parées d'effets nacrés, d'impressions brumeuses et de notes de Romantisme très personnelles. On peut les admirer dans des musées prestigieux comme le Musée du Prado ou le Musée National d'Art de Catalogne... ainsi que dans des galeries privées.

     

    Sur La Chimère écarlate, j'ai choisi un autre tableau pour illustrer le thème du Rêve...

     

    Image011.jpg

     Maxfield Parrish (1870-1966), Le Château d'Air...

     

    http://chimereecarlate.over-blog.com/2020/05/le-tableau-du-samedi-maxfield-parrish-le-chateau-d-air-1904.html

     

    Belles pensées pour vous, merci de votre fidélité !

    Plume

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    23 commentaires
  •  

    Image001.jpg

     

    Image002.jpg

    En souvenir de Lady Marianne à qui nous pensons bien fort et désormais sous l'égide de Fardoise et de Lilou.

     

    https://lilousol.wordpress.com/category/tableau-du-samedi

     

    Voici le thème proposé pour le samedi 18 mars, par Fardoise : « Par la fenêtre ouverte... »

     

    http://entretoilesetpapiers.eklablog.com/

     

    Image003.jpg

     Un joli moment d'intimité, une rêverie à la fenêtre alors que palpite la lumière...

    J'ai choisi cette œuvre de Steve Hanks (1949-2015), prestigieux aquarelliste américain, pour illustrer le thème de cette semaine et « respirer » en imagination.

     

    Image004.jpg

     

    Passionné par ce qu'il a appelé « le réalisme émotionnel d'essence photographique », Steve Hanks est né en Californie, à San Diego. Il aimait profondément l'océan, la nature en fleurs et les paysages du Nouveau-Mexique où ses parents s'installèrent quand il était adolescent.

    Il s'est intéressé très tôt aux disciplines artistiques, crayonnant au bord de l'eau et après le lycée, il s'est inscrit, à San Francisco, à l'Académie des Beaux-Arts. Il a été admis quelques temps plus tard à la prestigieuse École des Arts et Métiers de Californie où il a validé un diplôme de Licence.

     

    Image005.jpg

     

    Tout au long de sa vie, il a réalisé des expériences picturales, étudiant les techniques variées de la peinture à l'huile, de l'aquarelle, de l'acrylique et les différentes manières de dessiner au crayon. Il a eu coutume de dire : « Si je n'avais pas passé tant de temps à perfectionner ma technique du dessin, je ne serais jamais devenu le peintre que je suis aujourd'hui. »

     

    Amoureux des effets de lumière (la lumière a été, pendant toute sa carrière, l'un de ses sujets favoris), il a peint les ors subtils du soleil.

     

    « Je suis fasciné par la manière dont (la lumière) filtre à travers les objets, par la manière dont elle inonde toute une pièce de couleur. Bien souvent, mes peintures sont davantage de la lumière qu'autre chose. »

     

    Steve Hanks est considéré comme un maître en l'art de l'aquarelle. Ses œuvres, plusieurs fois récompensées, sont présentées dans les meilleures galeries aux États-Unis.

     

     

    Image006.jpg

    Fenêtres ouvertes sur le ciel où papillonnent les couleurs des saisons... Yeux de l'habitation.

     

    Les fenêtres, tout comme les portes, exercent des fonctions essentielles à la vie. Dotées d'une fonction à la fois « réelle » et profondément symbolique, elles sont un passage entre l'intimité de la pièce où l'on se trouve et le territoire social. Elles représentent la relation subtile qui s'établit entre l'espace du foyer et le monde extérieur.

     

    En permettant de « voir au travers », les fenêtres sont des emblèmes réels et philosophiques de « perspicacité », d'après le latin « perspicere » qui signifie « voir » et « percevoir » avec un surcroît de subtilité.

     

    Image007.jpg

    Autre tableau qui m'a beaucoup plu...

    ©Alex Russell Flint, artiste né en 1974, A la fenêtre...

     

    https://www.facebook.com/ArfAlexRussellFlint/

     

    Image008.jpg

     

     

    Les fenêtres, en permettant de faire se refléter des êtres vivants, en trois dimensions et des objets tridimensionnels sur une surface bidimensionnelle, donnent un côté fascinant et magique à l'espace qu'elles chargent de lumière et attirent le regard et l'esprit des habitants d'un lieu et des spectateurs d'un tableau dans un monde où règnent une envoûtante illusion de profondeur. Les fenêtres ont inspiré nombre d'artistes à l'instar de maîtres comme Albrecht Dürer (1471-1528), Harmen Steenwijck ou Steenwyck (1612-1656), Johannes Vermeer (1632-1675), Caspar David Friedrich (1774-1840), Wilhelm Hammershøi (1864-1916), Henri Matisse (1869-1954).

     

    C'est un très beau thème que l'on pourrait explorer de manière encyclopédique...

     

    En attendant que des jours meilleurs soient possibles, rêvons de liberté à travers nos fenêtres et les fenêtres composées par les artistes... Et dès que nous le pourrons, soyons prêts à retrouver le chemin filant vers l'extérieur et les douceurs des balades saisonnières...

    Image009.jpg

     

    Image010.jpg

    ©Steve Hanks

     

    Pour voir d'autres tableaux sur le thème de la fenêtre, si vous le souhaitez, rendez-vous sur la Chimère écarlate...

     

    http://chimereecarlate.over-blog.com/2020/04/le-tableau-du-samedi-william-ladd-taylor-attendre-son-retour.html

     

    Image011.jpg

     

    Prenez bien soin de vous chers Aminautes, je vous adresse mes pensées d'amitié sans oublier vos proches...

    Plume

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    23 commentaires
  •  

    Image001.jpg

     

    Image002.jpg

     

    En souvenir de Lady Marianne à qui nous pensons bien fort et désormais sous l'égide de Fardoise et de Lilou.

     

    https://lilousol.wordpress.com/category/tableau-du-samedi

     

    Voici le thème proposé pour le samedi 11 mars, dans la continuité du samedi 4 avril, par Fardoise : fêter le printemps, l'ode à la vie, comme dans « Le Printemps » de Michel Fugain : « Vive la vie et vive le vent, et vive le printemps »...

     

    http://entretoilesetpapiers.eklablog.com

     

    Le 4 avril, je n'ai pas publié. Me voici de retour mais en mode semi-pause en raison de mes douleurs au bras et des crises d'épilepsie qui ne prennent pas de vacances pendant la pandémie de coronavirus. Je fais avec et je garde le moral... Je veux vous dire merci pour vos gentils petits mots, vous êtes toujours dans mes pensées, vous le savez. Prenez bien soin de vous...

     

    Image003.jpg

     

    Pour célébrer le Printemps, donc, et sa giboulée de fleurs, je voulais mettre à l'honneur sur mon blog ce tableau qui me séduit profondément. Son auteur, un peintre russe né à Varsovie, Josef Evstafievitch Krachkovsky (1854-1915), s'est illustré en France, en Italie et en Espagne entre 1880 et 1903.

     

    Image004.jpg

     

    Cet artiste spécialisé dans l'art du paysage a fait ses études à l'Académie Impériale des Arts, sous l'égide du maître Mikhaïl Konstantinovitch Klodt, Baron von Jürgensburg (1832-1902) puis à l'École Supérieure des Arts Appliqués de Saint-Pétersbourg. En 1878, il a reçu une médaille d'or pour une peinture intitulée « Le Matin » et au fil de sa carrière, il a collecté plusieurs récompenses.

     

    Image005.jpg

     

    Il s'est passionné pour les scènes bucoliques et les peintures dites d'atmosphère. Il a peint des effets de Nuit, de Crépuscule, des impressions de Tempête...

     

    Sa biographie demeure énigmatique à bien des égards. On sait peu de choses de lui que ce soit sur le plan artistique ou sur le plan personnel. Les Annales de la Société des Artistes de Saint-Pétersbourg relatent qu'il en fut membre entre 1890 et 1903.

     

     

    Image006.jpg

     

    Pour accompagner ce billet aux charmes fleuris, voici un bouquet de photos butinées du côté de notre cuisine. Je suis dans un tout petit logement sans balcon ni jardin mais nous avons la chance d'avoir dans la rue, contre notre immeuble, de ravissants cerisiers alors grâce à eux, j'ai pu « saisir » des impressions de Printemps...

     

    La tête dans le ciel, un voyage à domicile...

     

    Image007.jpg

     

    Image008.jpg

     

    Image009.jpg

     

    Image010.jpg

     

     

    Image011.jpg

     

    Happée dans le ciel par cette broderie de rose si généreux...

     

    Image012.jpg

     

    Tout contre l'immeuble, cette floraison nous ravit ! On a la sensation d'être moins « enfermés »... Les logements sont bien petits et encore, Christophe et moi sommes à deux dans 30 mètres carrés, je ne me plains pas. Dans la plupart des logements environnants, les personnes sont entre quatre et six voire plus dans la même superficie.

     

    Ce serait bien triste sans ce rose ambiant... Merci Dame Nature !

     

    Image013.jpg

     

    Image014.jpg

     

    Près de la porte d'entrée de l'immeuble, quelques jolies couleurs... Ma photo est un peu floue mais je l'aime bien quand même...

     

     

    Image015.jpg

     

     

    Sur La Chimère écarlate, je n'ai pu résister au plaisir de montrer les joies amoureuses du Printemps à travers un de mes tableaux préférés :

     

    http://chimereecarlate.over-blog.com/2020/04/le-tableau-du-samedi-pierre-auguste-cot-le-printemps-1873.html

     

    Image016.jpg

     

     

    Tableau que j'avais présenté sur Ma Plume Fée dans Paris il y a un certain temps mais voilà, on a toujours quelque chose à dire au sujet d'une œuvre qu'on aime !

     

    Prenez bien soin de vous surtout, mes pensées volent vers vous comme autant de pétales d'amitié...

     

    Image017.jpg

    Plume

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    20 commentaires
  •  

    Image001.jpg

     

     

    Image002.jpg

     

    En souvenir de Lady Marianne à qui nous pensons bien fort et désormais sous l'égide de Fardoise et de Lilou.

     

    https://lilousol.wordpress.com/category/tableau-du-samedi

     

    Voici le thème proposé pour le samedi 21 mars et pour le samedi 28 mars par Fardoise « C'était mieux avant... » L'occasion d'évoquer le passé ou une certaine forme de passé et de porter un regard, personnel, sur « autrefois »...

     

    http://entretoilesetpapiers.eklablog.com/

     

    J'ai choisi, pour ce 21 mars, un tableau d'une artiste que j'aime beaucoup. Je vous avais présenté ses œuvres dans un article intitulé :

    Eleanor Fortescue-Brickdale, entre Préraphaélisme et « Fantasy »

    http://maplumefeedansparis.eklablog.com/eleanor-fortescue-brickdale-entre-preraphaelisme-et-fantasy-a159352656

     

    L’œuvre nous conte une « rencontre », celle d'une toute jeune fille, lovée dans une belle et douce lumière, avec de charmants petits êtres de la forêt. Cette scène nous transporte dans la magie du moment, la sylve chimérique où lutins, fées et farfadets caracolent, nous insufflant le bonheur de percevoir ce qui demeure invisible la plupart du temps. En ouvrant son cœur et son esprit, en dépassant les « perturbations » de la modernité, on peut voyager vers d'autres territoires et chuchoter dans le vent... Dire, peut-être ou sûrement « c'était bien mieux avant »...

     

    Bien mieux quand il n'y avait pas de folle surenchère pour se constituer une « image sociale », pour être perçu comme « bankable » et se sentir puissant, ultra performant en toutes circonstances...

     

    Juste être soi-même, avec ses imperfections délicieuses et écouter battre son cœur au rythme des chemins...

     

    Image003.jpg

    Voir « autre chose » en filigrane sur la toile de la réalité...

     

    Image004.jpg

     

    A propos de l'artiste :

     

    Image005.jpg

     

    Illustratrice, aquarelliste et peintre britannique de sensibilité Préraphaélite, Eleanor (Mary) Fortescue-Brickdale (1872-1945) aimait les mondes féeriques de l'ancienne Angleterre, la poésie du maître Alfred Tennyson (1809-1892), les œuvres de William Shakespeare (1564-1616), la littérature néo-gothique et les héroïnes qui ont nourri l'esprit des contes et des ballades populaires.

     

    Son inspiration, liée à un univers subtilement enchanté, est associée au Préraphaélisme dit de la seconde génération ou Néo-Préraphaélisme, en vogue à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle, qui s'est étendu, au-delà de la peinture, à des supports comme la tapisserie, le mobilier, la photographie... Artiste reconnue en son temps, passionnée par l'Esthétisme, elle rendit hommage, tout au long de sa vie, aux maîtres fondateurs du Cercle Préraphaélite, en l'occurrence Dante Gabriel Rossetti (1828-1882), John Everett Millais (1829-1896) et William Holman Hunt (1827-1910).

     

    Elle naquit à Upper Norwood, dans le Surrey, un comté du sud-est de l'Angleterre, le 25 janvier 1872. Ses parents se nommaient Matthew et Sarah. Son père était avocat.

     

    A l'âge de 17 ans, elle fut élève à la Crystal Palace School of Art, Science and Litterature, établissement prestigieux ouvert en 1854 et elle étudia, entre 1896 et 1900, à la Royal Academy où elle se lia d'amitié avec le peintre et professeur Byam Shaw (1872-1919).

     

    En 1897, elle reçut un prix pour une composition intitulée Spring et en 1899, elle se fit connaître par une œuvre ambitieuse intitulée The Pale Complexion of True Love (Le pâle caractère du véritable amour). Le sujet du tableau étant associé à la pièce Comme il vous plaira, de William Shakespeare (1564-1616).

     

    Image006.jpg

     

    Sur un grand nombre de thèmes shakespeariens mais pas seulement, Eleanor réalisa, tout au long de sa vie, des aquarelles qui connurent un grand succès (elle appréciait particulièrement La Tempête) et des huiles sur toile, imprégnées de puissance narrative, qui furent présentées à la Royal Academy.

     

    Dans les années 1900, elle exposa des œuvres à la Galerie Préraphaélite Dowdeswell, un lieu artistique de renom ouvert en 1880 par le collectionneur Charles William Dowdeswell (1832-1915) et en 1902, elle fut la première femme à devenir membre de l'Institut des Peintres à l'Huile.

     

    Son exposition d'aquarelles se nommait « Such Stuff as Dreams Are Made of ! » soit « Les choses dont les rêves sont faits », un thème issu de La Tempête de William Shakespeare.

     

    Dans la deuxième décennie du XXe siècle, elle dispensa des cours à la Byam Shaw School of Art qui avait été fondée par Byam Shaw en mai 1910 et en 1919, elle devint membre de la Royal Watercolor Society.

     

    Image007.jpg

     

    Elle travailla dans le domaine de la littérature enfantine, réalisa des illustrations pour des ouvrages comme « A Cotswold Village » de Joseph Arthur Gibbs (1867-1899) et composa, en 1905, de ravissantes saynètes pour les poèmes d'Alfred Tennyson (1905) et de Robert Browning (1812-1889). Elle illustra aussi le Golden Treasury, une anthologie populaire de la poésie anglaise écrite par l'auteur et historien anglais Francis Palgrave (1788-1861).

     

    A l'initiative des éditeurs londoniens Hodder et Stoughton, elle conçut, en 1915, des saynètes colorées pour Le Livre des Chansons et Ballades anciennes d'Angleterre et en 1919, pour les mêmes éditeurs, elle illustra Le Livre d'Or des Femmes Célèbres (Golden Book of Famous Women). Un recueil qui présente des portraits d'héroïnes de la mythologie, du folklore, de la littérature et de la poésie.

     

    Pendant la Première Guerre Mondiale, elle élabora des affiches pour plusieurs administrations de Grande-Bretagne et quand la guerre fut terminée, elle créa une série de vitraux commémoratifs. Elle eut d'autant plus de mérite qu'elle était épuisée et confrontée à la cécité...

     

    Cette grande dame des arts repose à Londres, au cimetière de West Brompton.

     

    Si vous désirez voir d'autres œuvres, activez le lien qui suit :

    http://maplumefeedansparis.eklablog.com/eleanor-fortescue-brickdale-entre-preraphaelisme-et-fantasy-a159352656

     

    Et si vous souhaitez voir l'autre tableau que j'ai publié, ce samedi, sur La Chimère écarlate, il vous suffit de cliquer sur le lien ci-dessous, j'ai choisi La Guirlande de Papier de l'artiste allemand Carl Von Bergen (1853-1933).

    http://chimereecarlate.over-blog.com/2020/03/le-tableau-du-samedi-carl-von-bergen-la-guirlande-de-papier.html

     

    Image008.jpg

     

     

    Image009.jpg

     

    Le Printemps est là, chers Aminautes... Préservons l'Espérance en ces temps si difficiles... Prenons soin de ceux que nous aimons et prenons soin de nous. Vive la Vie ! Merci à nos soignants, infirmières, médecins, personnel des Epadh, ils ne ménagent pas leurs efforts... Pensées pour eux, pensées pour ceux qui travaillent pour notre quotidien, je songe aux caissières, aux employés des supermarchés, aux facteurs, à bien des corps de métiers qui œuvrent courageusement...

     

    Pensées pour vous et vos proches, pensées pour nous tous...

     

    Joyeux Printemps autant que faire se peut et pour mes ami(e)s qui se reconnaîtront, Joyeux Ostara !

     

     

     

    Devant la fenêtre, de la lumière d'or...

     

    Plume

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    19 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique