•  

    BLOG EN PAUSE FORCÉE...

     

    Image001.jpg

     

    Des Fleurs et des Émotions en Bouquets pour nos Mamans, toujours vivantes ou envolées et demeurant à jamais dans nos Cœurs...

     

    TRÈS BONNE FÊTE AUX MAMANS !

     

    Un grand MERCI pour vos messages, chers Aminautes... Je continue à ne pas vous oublier mais je demeure confrontée aux problèmes liés aux travaux dans ma résidence et mon quartier. Je suis toujours en bas-débit, les travaux sont depuis de trop longues semaines pile dans mon bloc d'habitation et depuis SIX MOIS dans toute la résidence. Il est réellement impossible d'avoir une vie « normale » et malgré nos efforts, nous sommes de plus en plus affectés psychologiquement et physiologiquement par ces travaux.

     

    Bruits insoutenables ! Concert de perceuses et coups de masse, de marteaux, bruits d'outils dès le petit jour et ce, jusqu'au soir...

    Odeurs de produits chimiques qui durent pendant des jours après avoir été répandus sur murs et façades, vapeurs d'éther, poussières urticantes, noires, poisseuses à souhait...

     

    L'air crisse, le sol crisse, les objets sont collants, dégoûtants...

     

    J'accumule les crises de colère, de rage, j'ai voulu taper à plusieurs reprises sur tout ce qui bougeait autour de moi. Christophe m'a arrêtée avec un marteau dans les mains, j'allais m'en servir sur... je ne sais quoi mais heureusement qu'il a su m'apaiser avant que je parvienne à défoncer quelqu'un !

     

    Christophe accumule les crises de stress et multiplie les hémorragies nasales. Il télé-travaille avec les bruits insupportables au quotidien. Son hypertension artérielle est amplifiée par les contraintes des travaux.

     

    Mais allez, on croit en l'avenir ! Cela va bien finir par s'arrêter un jour... ça ne dure « que » depuis Janvier... Sourires !

     

    Je suis en train de multiplier l'écriture de courriers pour signifier l'étendue de notre préjudice car nous payons notre loyer dans son intégralité ! Et aucun dédommagement n'a été proposé par le bailleur qui se fout complètement du ressenti et de la santé des locataires... Locataires justes bons à payer et à fermer leur gueule !!!

     

    « Merci » à CDC Habitat, « Merci » à la SNI (Société Nationale Immobilière)... pour la prise en compte des personnes vivant à l'intérieur de ce chantier.

     

    « Merci » aux Entreprises Plettac, Lorillard etc... pour les concerts de bruits et les produits chimiques en quantité impressionnante qui sont répandus dans la résidence !

     

    Image002.jpg

     

    Je ne la fermerai pas, j'irai jusqu'au bout de ce combat car c'en est un. Certes, des travaux sont indispensables mais la manière dont ils sont réalisés ne tient absolument pas compte de la présence de locataires dans les lieux.

     

    Aucun respect, aucune considération, aucune marque d'empathie ! Ils n'en ont rien à faire de la vie des gens, rien à faire des problèmes de santé chroniques...

     

    Et ils foulent aux pieds le Droit Légitime à la Jouissance Paisible d'un logement : Article 6 de la loi 89-462 du 6 juillet 1989, et Article 1719 du Code Civil.

     

    Sans compter l'Article R 1334-36 du Code de la Santé Publique, déterminant que « les chantiers de travaux publics ou privés, ou les travaux intéressant les bâtiments et leurs équipements soumis à une procédure de déclaration ou d’autorisation », doivent prendre les précautions appropriées pour limiter le bruit ou réguler un comportement excessivement bruyant.

     

    L'Article précise : Même pendant les horaires autorisés, le bruit peut constituer un trouble. En effet, même si les horaires sont scrupuleusement respectés pour réaliser les travaux, le fait qu’ils soient répétés chaque jour, sur une longue période, ou qu’ils soient générateurs de bruits particulièrement désagréables ou de vibrations gênantes, peut être constitutif d’un trouble anormal du voisinage en raison des désagréments qu’ils produisent.

    Ainsi l’article R 1334-31 du Code de la santé publique précise qu’«aucun bruit particulier ne doit, par sa durée, sa répétition ou son intensité, porter atteinte à la tranquillité du voisinage ou à la santé de l'homme, dans un lieu public ou privé ».

    La sanction est alors prévue à l’article R1337-7 31du Code de la santé publique : « Est puni de la peine d'amende prévue pour les contraventions de la troisième classe le fait d'être à l'origine d'un bruit particulier, autre que ceux relevant de l'article R. 1337-6, de nature à porter atteinte à la tranquillité du voisinage ou à la santé de l'homme dans les conditions prévues à l'article R. 1334-31. »

     

    Image003.jpg

     

    Vous vous doutez que tout cela ne fait pas du bien à mon système nerveux et que mon Épilepsie connaît des phases d'explosion avec ces bruits incessants qui rythment le fil de la journée.

     

    J'ai eu aussi des vomissements avec les odeurs d'éther... et des nausées très violentes au fil de la semaine écoulée.

     

    Je reviendrai sur le net dès que je le pourrai, dès que j'aurai enfin du réseau et que mes nerfs seront plus apaisés. Un jour, cette galère cessera d'en être une. Je reste confiante et optimiste en l'avenir...

     

    Je pense bien à vous, merci de votre sollicitude, prenez bien soin de vous !

     

    Gros bisous

     

    Cendrine

     

     

    Image004.jpg

     

    L'horrible filet qui me rend enragée !!! Comme une toile d'araignée sale, écœurante qui nous étouffe... On a besoin d'air, de paix, de liberté... J'ai vraiment envie de tout défoncer...

     

    Image005.jpg

     

    Notre canapé ou ce qu'il en reste ! Je ne pensais pas que les ouvriers allaient installer ce bazar dessus !!! A toute vitesse, sans aucune considération, ils se sont appropriés les lieux !

     

    Image006.jpg

     

    Christophe avec son coton dans la narine, désemparé pendant une énième journée de travaux et fatigué par les saignements qu'il subit... Les cochonneries par terre, ce sont les ouvriers qui les ont mises... C'était pendant une « intervention »... Moi, j'ai entassé nos affaires comme je pouvais et j'ai essayé de ne pas « tuer quelqu'un ».

     

    Image007.jpg

     

    J'ai vraiment fait de gros efforts pour ne pas faire un carnage...

     

    Image008.jpg

     

    « Vue Prison » depuis des mois... Vue Prison pendant le confinement et pendant que Christophe et plusieurs locataires télé-travaillent...

     

    La solution serait de s'en aller, oui, mais tout le monde ne peut pas partir d'un logement. Ce n'est pas si simple...

     

    Image009.jpg

     

     

    Des ouvriers sur les fenêtres tous les jours !!! Ils n'en finissent pas !!!

     

    Image010.jpg

     

    Quand en terminerons-nous ? En Septembre, il paraît...

     

    Allez, on garde Espoir ! Mais je suis de plus en plus remontée...

    Plume

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    153 commentaires
  •  

    Image001.jpg

     

    MERCI pour vos gentils messages et vos vœux d'anniversaire reçus à la mi-Avril... Ils m'ont beaucoup touchée...

     

    Image002.jpg

     

    Les jours passent, l'année suit son cours avec son lot de choses bien particulières et je ne vous oublie pas... Je vous espère dans la meilleure forme possible, chers Aminautes !

     

    Les travaux sont plus envahissants que jamais dans notre quotidien et je n'arrive plus à me retrouver « active » sur Internet...

     

    On est en bas-débit ce qui n'aide pas (euphémisme...) pour se connecter et surtout, je n'arrive plus à me sentir « bien » dans le monde Internet. Quelque chose s'est altéré au fil du temps. Cela n'a rien à voir avec vous mes ami(e)s, c'est une page de vie qui a commencé à se tourner. Elle suit son chemin...

    Je ne peux plus m'impliquer dans de longs articles, dans des heures et des heures d'écriture pour mes blogs, je n'en ai plus envie...

     

    Je ne suis plus « dedans »...

     

    Je n'arrive plus à m'approcher de l'ordinateur sans éprouver une sensation d'enfermement et quand je vois s'afficher péniblement Google ou s'ouvrir à un rythme de limace ma Messagerie qui rame, qui rame..., je me sens « en saturation »... Je pense que je fais un profond et durable Burn Out Internet...

     

    En résonance aussi avec cette phase de travaux qui sont lourds et vont durer pendant des mois... Ils durent déjà depuis Janvier...

     

    Image003.jpg

     

    J'ai dit à Christophe, l'autre jour, que je n'arrivais plus à allumer l'ordinateur sans ressentir une torsion dans les entrailles, oui, comme si la « machine » aspirait ou tentait d'aspirer mon énergie... Dit comme ça, ça fait sûrement bizarre mais j'ai passé tant d'heures, de jour comme de nuit, « connectée »... je ne peux plus...

     

    Besoin de Liberté, de me retrouver ailleurs et de persévérer dans des choses qui me tiennent très intensément à cœur et dans lesquelles je m'implique depuis des mois déjà... Je vous en parlerai dans quelques temps.

     

    Besoin de réfléchir à ce que j'ai envie de publier, de prendre le temps...

     

    Besoin d'émerger de cette longue, trop longue phase de travaux...

     

    Besoin de suivre un Chemin de Vie qui a commencé à se dessiner au premier confinement et qui s'amplifie au fil du temps.

     

    Je suis heureuse dans ce Chemin de Vie qui se déploie au fil des jours et je vous en parlerai plus avant dans quelques temps.

     

    Sur Internet, je ne me sens plus moi-même pour le moment mais cela ne m'empêche pas de penser à vous bien chaleureusement ! Car avant tout, dans les relations partagées il y a de l'Humanité...

     

    Prenez bien soin de vous et de vos proches, je vous souhaite le meilleur...

     

    Et je vous offre en pensée des petites clochettes de muguet...

     

    Image004.jpg

     

    Vive les fleurs de Printemps...

     

    Et maintenant, voici notre immeuble sous la chape de plomb des travaux qui ne font que s'accentuer...

     

    Image005.jpg

     

    Pas facile d'être « empaquetés » sous ce filet... Cela dure depuis janvier...

     

    Image006.jpg

     

    On ne peut pas « aérer », on n'a presque pas de lumière, on est confinés dans une quasi obscurité quotidienne, avec un bazar pas possible de marteaux, perceuses, visseuses, coups de masses, arrachage de matières variées sur la façade, pluie de colle, de boulons rouillés, de morceaux de polystyrène sale... ça tombe, ça crisse, ça tape, ça résonne à fond dans les murs porteurs, ça flingue la tête et ça ne va pas s'arranger avant des mois !

     

    J'ai pris la photo quand les ouvriers étaient ENFIN partis pour la soirée... Histoire de ne pas avaler encore plus de poussière...

     

    Image007.jpg

     

    Vue quotidienne...

     

    Et je ne vous dis pas la quantité de ménage qu'il faut faire tous les jours. Nettoyer et nettoyer encore...

     

    Image008.jpg

     

    Image009.jpg

     

    « Autrefois », notre petit jardin où l'on aimait « respirer »...

     

    Image010.jpg

     

    Cela passera, il faut laisser le temps au temps...

     

    Je vous embrasse bien affectueusement !

     

    Image011.jpg

     

    Notre petite Sorcière se love dans ce qui demeure de la lumière du salon... L'effet est poétique, c'est déjà ça... Mais la petite Sorcière a besoin de s'envoler !

     

    Je pense à vous, gros bisous !

     

    Image012.jpg

     

    Pensées tendres pour toutes les personnes en souffrance, que ce soit ici ou dans le monde...

    Plume

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    73 commentaires
  •  

    Image001.jpg

     

    Chers Aminautes,

     

    Je ne peux pas publier pour le moment ni passer vous voir sur vos blogs mais je n'oublie pas de penser à vous.

     

    Mon quartier est dans un chantier monumental, le réseau Internet est en grosse galère, notre box nous a lâchés et nous attendons la prochaine en espérant qu'elle arrivera à se connecter vu les problèmes de réseau. On est en bas-débit, vraiment bas...

     

    Christophe, tant bien que mal, a programmé ce petit billet à son travail mais il est aussi en galère de réseau. Quant au télétravail, il ne peut pas bosser pour le moment vu qu'on attend la box...

     

    Dès que possible, je vous retrouverai pour de nouvelles aventures bloguesques mais je ne sais pas quand... En attendant, gros bisous et surtout, prenez soin de vous !

     

    Cendrine

    Plume

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    106 commentaires
  •  

    Image001.jpg

     

     

    Image002.jpg

     

     

    En souvenir de Lady Marianne qui demeure, tendrement, dans nos pensées et maintenant, régi par Fardoise et LilouSoleil.

     

    https://lilousoleil.wordpress.com

     

    http://entretoilesetpapiers.eklablog.com

     

    Pour le samedi 6 Mars, le thème est « Métiers qui ont aujourd'hui disparu, ou quasiment disparu... »

    Les participations sont sur le blog de LilouSoleilhttps://lilousoleil.wordpress.com

     

    Bon Courage à Lilou pour ses ennuis Internet, j'espère que ça va aller mieux...

     

    Je précise aussi qu'avec Christophe, nous avons de gros soucis de réseau et hier la box ne marchait plus pendant des heures. Du coup, impossible de souhaiter les vœux d'anniversaire à une Amie très chère qui se reconnaîtra, désolée, grr... Mais, j'ai réussi ensuite, youpi !

     

    Je publie et je passe chez vous comme je peux. Le réseau coupe brutalement et quand ça le fait, ça peut durer des heures, du coup, stand by... Je pense à vous mais la technique a ses caprices...

     

    Allez, je crois au fait de pouvoir publier mes articles ce samedi...

     

    J'ai choisi d'évoquer le personnage du Rémouleur, à travers un tableau de David Teniers le Jeune (1610-1690) qui fut l'un des plus grands artistes flamands de son temps.

    Le Rémouleur... Un mot plein de charme suranné qui désigne un vieux métier, une activité itinérante d'antan qui peut se pratiquer encore mais de façon très confidentielle. Autrefois, le Rémouleur ou Gagne-Petit sillonnait les rues avec une sorte de banc portatif ou une charrette agrémentée d'une meule grâce à laquelle il pouvait aiguiser une myriade d'ustensiles et d'instruments dotés de lames.

    « Rémouleur, Rémouleur ! Repasse couteaux ! Repasse ciseaux ! »

     

    Image003.jpg

     

    Le tableau de David Teniers est une huile sur bois, conservée au Louvre, qui a servi de modèle d'enseigne pour un magasin du Vieux Paris. On appelait ce commerce dont la façade se laisse admirer au numéro 23 de l'avenue de l'Opéra : « Au Gagne-Petit ». Un Monoprix y est installé depuis de longues années et, depuis le 22 mars 1983, les ornements préservés de la façade sont protégés « au titre des Monuments Historiques ».

     

    Image004.jpg

     

    « Au Gagne-Petit » fut édifié par l’architecte Auguste Tronquois (1829-1884) entre 1876 et 1877, à l'emplacement d'un magasin de toiles qui avait été fondé en 1844 par Monsieur Bouruet-Aubertot, rue des Moineaux, avant la création de l'Avenue de l'Opéra. Perçu comme un hommage au métier de Rémouleur, « Au Gagne-Petit » donna son nom à différentes boutiques dans toute la France.

     

    Image005.jpg

     

    La belle entrée se pare, dans ses hauteurs, d'un bas-relief directement inspiré du tableau Le Rémouleur de David Teniers. On reconnaît aisément le personnage et son espace de travail. Quant à l'arrière-plan de la composition sculptée, il est à la fois retravaillé et ressemblant à celui du tableau initial.

     

     

    Image006.jpg

     

     

    Image007.jpg

     

     

    Je me souviens du Rémouleur qui, lorsque j'étais petite, s'arrêtait devant la maison de ma grand-mère maternelle, en Charente-Maritime. Cela m'amusait de le voir surgir sous la fenêtre de la cuisine comme s'il émergeait d'un almanach. J'aimais bien entendre tinter sa clochette et résonner son « cri/chant » caractéristique...

    Ma grand-mère et ses voisins lui apportaient toutes sortes d'objets alors je me faufilais dans la foule et je contemplais les étincelles rouge et or qui jaillissaient de la roue/meule tournoyant grâce à une pédale sur laquelle, tel un homme orchestre, il appuyait.

    Outre les objets de cuisine, il y a fort longtemps, il aiguisait aussi les armes... donnant ainsi une seconde jeunesse aux lames des épées, des couteaux et des poignards. Il savait se rendre, particulièrement, utile !

    Évoluant sous l'égide de Sainte-Catherine d'Alexandrie (292-307), les Rémouleurs possédaient pour la plupart une petite image ou une effigie de leur sainte patronne, maîtresse de la roue...

    Le nom Gagne-Petit vient des rudes conditions de vie de ces êtres qui sillonnaient les rues et les routes et ne gagnaient, bien qu'indispensables à la vie quotidienne, que peu d'argent...

     

     

    Image008.jpg

     

     

    Image009.jpg

     

    Esprit prolifique et brillant, David Teniers le Jeune (David II) fut peintre, miniaturiste, graveur, dessinateur, copiste de renom et il s'illustra à travers la nature morte et la peinture d'histoire, le portrait, la peinture de paysage et de genre.

     

    Il naquit dans la haute société artistique d'Anvers, ville phare des arts à son époque. Il était le fils de David Teniers le Vieux, peintre émérite et de Dymphna de Wilde, une amatrice éclairée. Il devint, en 1637, le gendre de Jan Brueghel l'Ancien en épousant Anna Brueghel qui lui donna cinq enfants. Son oncle, Julian Teniers III était un célèbre peintre et un marchand de tableaux. Il fut un intime d'Adriaen Brouwer (1605-1638) et de Pierre Paul Rubens (1577-1640). Il fut aussi le père du peintre David Teniers III.

     

     

    Image010.jpg

    Autre version de son Rémouleur

     

     

    Avec un sens affirmé du détail et un audacieux mélange de truculence et d'élégance, il représenta des alchimistes, des apothicaires, des comédiens, des médecins, des buveurs (Le Joyeux Buveur...) et des joueurs de cartes et de dés dans les tavernes, des fumeurs de pipe, des paysans travaillant la terre... Il était fasciné par les effets de lumière et plusieurs de ses paysages possèdent un côté crépusculaire et fantasmagorique. Il aimait représenter les éléments, la neige, les mouvements changeants des nuages et les clairs de lune... Sa touche, au fil des années, s'allégea pour devenir de plus en plus poétique.

    Il occupa des postes prestigieux : Doyen de la Guilde de Saint-Luc, Maître de la Chapelle du Saint-Sacrement à l'église Saint-Jacques d'Anvers, responsable de Collections Royales et Princières... Il reproduisit des tableaux de maîtres vénitiens dans des catalogues (Le Theatrum Pictorium) très renommés qui enrichirent les collections de l’archiduc Léopold-Guillaume de Habsbourg mais également celles de souverains épris d'art, comme le roi Philippe IV d'Espagne, la reine Christine de Suède, le Prince Guillaume II d'Orange...

    Anobli en 1663, il fonda une Académie d'Art à Anvers.

     

     

    Sur La Chimère écarlate, j'ai choisi une œuvre de Georges Louis Picard (1857-1943), intitulée La Vendeuse de Violettes... Autre regard sur la vie, autre métier d'antan, la bouquetière itinérante...

    Image011.jpg

     

    http://chimereecarlate.over-blog.com/2021/03/le-tableau-du-samedi-georges-louis-picard-1857-1943-la-vendeuse-de-violettes.html

     

     

    Je réitère mes soucis d'Internet et de réseau... Réussir à publier quelque chose est déjà bien, vu le contexte...

     

    Gros bisous, prenez bien soin de vous, merci de votre fidélité !

     

    Image012.jpg

     

    Des couleurs pour vous ! Autour de mon immeuble...

     

     

    Image013.jpg

     

    Image014.jpg

     

    Image015.jpg

     

    Image016.jpg

    Plume

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    34 commentaires
  •  

    Image001.jpg

    Petit Ange de Printemps...

     

    Image002.jpg

    Chérubin d'Automne...

     

    Image003.jpg

     

    Je continue la tradition du Poème du Mardi, un rendez-vous que j'apprécie beaucoup, en souvenir de Lady Marianne, avec des pensées d'amitié...

     

    L'année file déjà... Les Saisons papillonnent alors j'ai choisi pour ce premier mardi de Mars un poème que j'aime beaucoup : Les Saisons de Théodore de Banville (1823-1891).

     

    « Transformant les horizons

    Où les nuages s’amassent,

    D’un pas léger les Saisons

    Passent.

     

    L’Hiver frileux et subtil,

    Parmi son pâle cortège,

    Est blanc comme un lys, quand il

    Neige.

     

    Le Printemps, dans les palais

    Sous ses fleurs cache les marbres,

    Et pose des nids dans les

    Arbres.

     

    Sous les grands cieux triomphants,

    L’Été, plein d’apothéoses,

    Dore les fronts des enfants

    Roses;

     

    Et le rouge Automne, cher

    Au vendangeur, nous enseigne

    Par son raisin dont la chair

    Saigne. »

     

    Écrit le mardi 3 août 1886, pour le recueil intitulé « Dans la Fournaise ».

     

    Surnommé par ses amis « le poète du bonheur », Théodore de Banville excella dans l'art d'explorer les ressources profondément variées de la poésie française.

     

    Éclectique dans l'âme, il écrivit une partition Romantique et Parnassienne, brodée de fièvre Symboliste et il sut convier son public à de remarquables voyages en mots... J'illustre aujourd'hui son poème avec un monument parisien qui rend hommage aux Saisons.

     

     

    Image004.jpg

     

    Dans la partie nord des Jardins des Champs-Élysées, à proximité du Palais de l'Élysée, dans un petit square bordant le Théâtre Marigny, se dresse une fontaine pleine de charme qui fut réalisée de 1839 à 1840 par l'architecte Jacques-Ignace Hittorff (1792-1867) et le sculpteur Jean-Auguste Barre (1811-1896). Le célèbre architecte urbaniste Gabriel Davioud (1824-1881) lui apporta certaines modifications en 1863.

     

    Image005.jpg

     

    Cette fontaine est en résonance artistique avec trois autres fontaines situées dans les Jardins des Champs-Élysées, soit la Fontaine de Vénus dite des Ambassadeurs, la Fontaine de Diane et la Fontaine de la Grille du Coq. Les bases des fontaines sont identiques et les parties supérieures sont travaillées différemment. Je vous ai déjà présenté la Fontaine de Vénus et j'aurais l'occasion de vous montrer les autres fontaines dans de prochains billets.

     

    http://maplumefeedansparis.eklablog.com/la-fontaine-de-venus-ou-fontaine-des-ambassadeurs-et-le-poeme-du-mardi-a187391046

     

     

    Image006.jpg

     

    La Fontaine du Cirque accueille les promeneurs dans le square Marigny, un lieu qui rend hommage au Marquis de Marigny (1727-1781), Directeur Général des Bâtiments du Roi, des Arts, Jardins et Manufactures Louis XV, de 1751 à 1773.

     

    Le square fut ouvert en 1859 mais son espace initial fut aménagé en 1616, à l'initiative de Marie de Médicis (1575-1642). La reine fit « créer une allée paysagère sur un terrain marécageux » et en 1670, cette allée paysagère devint, grâce au talent d'André Le Nôtre (1613-1700), l'avenue des Champs-Élysées.

     

    Image007.jpg

     

    Image008.jpg

     

    La Fontaine du Cirque est ornée de quatre statues d'enfants qui représentent chacun les Saisons et soutiennent une vasque parée de têtes de lions, de sangliers, de chiens et de loups. Les Chérubins dominent une vasque en pierre appuyée sur un piédestal de bronze octogonal que décorent quatre dauphins fantastiques et une élégante série de feuilles. Quand la fontaine est en activité, l'eau coule de douze mascarons en forme de têtes de lions, agrémentés d'oves, de feuillages et d'entrelacs.

     

    Image009.jpg

     

     

    Image010.jpg

     

    Image011.jpg

     

    Quatre dauphins représentent les forces aquatiques, la luxuriance et la fécondité... Des ornements que nous devons à François-Étienne Calla (1762-1836) qui fut l'un des plus importants fondeurs d'art de notre pays. Grand industriel, inventeur et mécanicien émérite, il établit à Paris d'impressionnants ateliers dédiés à la construction de machines-outils et de machines à vapeur. Il réalisa des fontes ornementales pour de prestigieux monuments de la capitale : Le Panthéon, l'Église de la Madeleine, les Fontaines de la Promenade des Champs-Élysées, la Fontaine Louvois face à la Bibliothèque Nationale Richelieu...

     

    Les ornements signés Calla sont considérés comme des trésors architecturaux.

     

    Image012.jpg

     

    J'aime beaucoup cette fontaine et le lieu dans lequel elle se trouve... C'est un endroit charmant, retiré de l'agitation de la grande ville tout en étant à quelques encablures de l'Élysée et de la Place de la Concorde, on se sent pris dans une petite bulle à soi, dans une autre temporalité et cela fait du bien...

     

    Image013.jpg

    Plaisir de contempler ces petits personnages gracieux et potelés qui évoquent les Saisons.

     

    Le Printemps avec des oiseaux amoureux,

    L'Été avec sa faucille et des épis de blé,

    L'Automne avec des grappes de raisin,

    L'Hiver emmitouflé...

     

    Image014.jpg

     

     

    Image015.jpg

     

    Pour toi LAURE, ce petit ange aux oiseaux ! Avec mon Amitié... Sourires complices...

     

    http://laurefeerie.canalblog.com

     

    Image016.jpg

    Le Printemps et l'Été...

     

    Image017.jpg

    L'Hiver, le Printemps, l'Été dont la faucille est bien visible...

     

     

    Image018.jpg

     

    Près de la fontaine, on peut admirer l'élégante silhouette du Théâtre Marigny dont le nom rend hommage au Marquis de Marigny (1727-1781) que j'évoquais tout à l'heure. Le Marquis de Marigny, de son vrai nom Abel-François Poisson de Vandières fut, de 1751 à 1773, Directeur Général des Bâtiments du Roi, des Arts, des Jardins et des Manufactures. Il était le frère de la célébrissime Marquise de Pompadour (1721-1764).

     

    Image019.jpg

     

    Dans ce lieu qui s'appelait à l'origine « Carré Marigny », un physicien-prestidigitateur donnait en 1835 des spectacles de « Physique amusante, Fantasmagorie et Curiosités... »

     

    L'endroit qui devient ensuite « Folies Marigny » connut des heures glorieuses sous la direction de Jacques Offenbach (1819-1880), à partir de 1855.

     

    Image020.jpg

    Les « Folies Marigny » devinrent à partir de 1859 le Théâtre Debureau, un théâtre qui fut démoli en 1881.

     

    Image021.jpg

     

    En 1883, Charles Garnier (1825-1898) construisit une rotonde dodécagonale précédée d'un avant-corps abritant un porche monumental. En ce temps-là, les Parisiens se pressaient au « Panorama Marigny » pour y contempler des scènes de l'histoire de la capitale.

     

    Image022.jpg

     

    En 1894, le « Panorama Marigny » redevint « Folies Marigny » mais se transforma cette fois en music-hall réaménagé, jusqu'en 1898, par l'architecte néerlandais Edouard-Jean Niermans (1859-1928). Cet architecte de la Belle-Époque fut, entre autres réalisations, le maître d’œuvre brillant de l'Hôtel Négresco à Nice...

     

    Image023.jpg

     

    Entre 1946 et 1956, le Théâtre Marigny accueillit la célèbre Compagnie de Théâtre Renaud Barrault. Elvire Popesco (1894-1993) dirigea l'endroit à partir de 1965 puis ce fut le tour de Robert Hossein (1927-2020). Pensées pour ce grand monsieur disparu... et pour tous les autres artistes qui ont développé leurs talents en cet espace...

     

    Image024.jpg

     

    Gros bisous, chers Aminautes et plein de belles pensées pour vous, avec du rose poudré qui annonce le Printemps...

    Plume

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    29 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires