•  

     

    Image001.jpg

     

    Image002.jpg

     

    Pendant les fêtes, j'ai pris plaisir à revenir photographier l'un de mes passages préférés. Un lieu prisé des promeneurs et des rêveurs où règne une atmosphère bien à part... Il traverse l'un des plus anciens quartiers de Paris: le Quartier Montorgueil-Saint-Denis.

     

    Image003.jpg

     

    Je vous l'avais montré en novembre 2013, (le temps file, c'est fou!) alors je vous invite à découvrir ou à redécouvrir cet endroit qui m'est familier.

     

    Image004.jpg

     

    Son charme est bien réel et chaque fois que je l'emprunte, je suis séduite par la beauté des verrières, la qualité de la lumière, les ornements néoclassiques, les enseignes variées et les magasins de thé, d'art et de design qui rythment la promenade.

     

    Image005.jpg

     

    Retour sur son histoire...

     

    Le passage du Grand Cerf fut érigé dans la cour de la « maison du roulage du Grand Cerf », une ancienne hôtellerie, terminus des Messageries Royales, qui reliait, il y a plusieurs siècles, les rues Dussoubs et Saint-Denis.

     

    L'hôtellerie fut vendue en 1812 par l'administration des Hospices et démolie en 1825 par son nouveau propriétaire: la banque Devaux-Moisson. La banque initia la construction d'un passage probablement terminé en 1835 mais la date d'ouverture au public, comme le nom de l'architecte, ne sont pas établis.

     

    Image006.jpg

     

    La famille Monier fit l'acquisition des lieux en 1826. Mais, en 1862, suite à une affaire d'héritage, le passage fut légué à l'Assistance Publique. Il s'ensuivit une désaffection progressive à l'égard de cette voie commerciale pourtant fort appréciée quelques décennies auparavant. Il fallut attendre les années 1990 pour que l'endroit soit réhabilité.

     

    Aujourd'hui, le passage du Grand Cerf possède la plus importante hauteur de verrières de tous les passages parisiens, soit 11,80 mètres et trois étages de façades.

     

    Image007.jpg

     

    Originellement destiné à la production et à l'artisanat, le passage, long de 113 mètres, abritait une galerie marchande populaire, peuplée d'ateliers, d'échoppes et de fabriques. Seul le troisième étage était consacré à l'habitation.

     

    Image008.jpg

     

    Image009.jpg

     

    Lors des restaurations des années 1990, le troisième étage et les combles ont été réaménagés pour accueillir des petites maisons fleuries. Les habitants des lieux appellent cet espace privilégié « la dalle ».

     

    Image010.jpg

     

    Plus récente que le reste du passage, la verrière est particulièrement intéressante par sa hauteur et la qualité de sa structure. L'emploi de grandes poutrelles en fer forgé et de tirants métalliques conçus comme des arcs-boutants a favorisé la création de larges espaces vitrés sur les façades intérieures.

     

    Image011.jpg

     

    Image012.jpg

     

    Du côté de la rue Saint-Denis, Les armoiries de Paris dominent l'entrée du passage, nous rappelant la toute puissance économique de Paris, initiée par la Hanse ou Guilde des marchands de l'eau d'où l'emblème « fluctuat nec mergitur »: « il est battu par les flots mais ne sombre pas ».

     

    Image013.jpg

     

    Image014.jpg

     

    Le 5 novembre 1827, sous le règne de Charles X (1757-1836), le passage du Grand Cerf fut le témoin de violentes émeutes qui se déroulèrent dans la rue Saint-Denis. Suite à la révolte des Canuts à Lyon, suscitées par une misère grandissante, les fileuses et les ouvriers du quartier Montorgueil formèrent des barricades. Un peloton d'infanterie chargea la foule à la baïonnette et le passage fut jonché de cadavres.

     

    Après ces tristes événements, les petits ateliers se multiplièrent dans cette rue couverte dont la hauteur et l'élancement, plutôt inhabituels, ne doivent pas nous faire oublier les discrets ornements néoclassiques qui décorent, à l'instar de gracieuses feuilles d'acanthe, une partie de la structure.

     

    Image015.jpg

     

    Comme dans la plupart des passages parisiens, on peut admirer des allégories de l'Abondance et du Commerce.

     

    Image016.jpg

     

    Image017.jpg

     

    L'Abondance brandit un bâton solaire ailé, emblème de fertilité et soutient une corbeille de fruits qui représente le pouvoir de la Terre, source inépuisable de richesse, de nourriture et de bienfaits.

     

    Image018.jpg

     

    La renommée des lieux est associée au Commerce, allégorie qui arbore un caducée et l'aiguière à ses pieds rappelle l'importance des transactions commerciales liées au monde fluvial. (Rappelons-nous que le caducée ne représente pas toujours la médecine.) Symbole de force, d'abondance et de prospérité, le bâton aux serpents est surmonté du pétase, le chapeau rond du dieu Mercure, messager des dieux et patron du négoce, protecteur des voyageurs, des bergers et des commerçants. Dieu ambivalent qui gouverne aussi les escrocs et les brigands...

     

    Image019.jpg

     

    Une photo du célèbre Eugène Atget (1857-1927) immortalise ce bel endroit.

     

    Image020.jpg

     

    D'après le site de l'Histoire Européenne des Arts Photographiques, « Un jour de juin 1907, Eugène Atget, cinquante ans, installe son matériel photographique dans le passage du Grand-Cerf, galerie marchande située dans le 2e arrondissement de Paris. Sa lourde chambre noire en bois, reposant sur un trépied, contient une plaque de verre de format 24 x 18 cm. C’est sur cette plaque, recouverte d’une substance photosensible – le gélatino-bromure d’argent –, que va se former l’image du sujet qui se trouve face à l’objectif. Atget s’est placé à une extrémité du passage afin qu’une longue perspective se déroule devant lui. Il a également choisi de ne pas se positionner au centre de l’allée, mais de se décaler sur le côté. Ainsi, englobe-t-il aussi bien, sur son dépoli, l’enfilade des enseignes suspendues, qui proposent aux flâneurs « journaux », « timbres » ou « décorations pour noces », que les vitrines des boutiques qui leur font face.

    Toutes les personnes présentes observent le photographe, avec surprise, étonnement ou suspicion. Si certaines restent postées là un certain temps (l’employée en train de nettoyer une vitrine et dont le corps, légèrement en mouvement, est en partie flou), d’autres ne font que s’arrêter brièvement avant de reprendre leur chemin ; elles ne sont alors présentes sur la photographie que sous la forme de « fantômes » : n’étant pas restées immobiles durant assez longtemps, elles figurent sur l’image mais sont floues ou transparentes (l’homme au premier plan à droite). Toutes ces personnes n’ont que partiellement laissé leur empreinte sur la surface sensible – la plaque de verre qu’Atget a placé dans sa chambre noire – qui a cependant enregistré tous les événements qui se sont produits devant elle durant un temps donné (celui de la prise de vue). »

     

    Image BNF, Estampes Eo 109b boîte 5, microfilm : H025820, T039636.

     

    Image021.jpg

     

    De nos jours, le passage est apprécié pour son atmosphère chic et sereine qui permet de s'extraire en douceur de la course folle des voitures et du stress ambiant.

     

     

    Les promeneurs apprécient les pimpantes enseignes au-dessus des boutiques, une touche de fantaisie et d'originalité comme en témoigne la présence de cette libellule...

     

    Image022.jpg

     

    Image023.jpg

     

    Image024.jpg

     

    Et les enseignes amusantes de la boutique d'Optique « Pour vos beaux yeux » qui propose des montures de lunettes anciennes, jamais portées, des stocks oubliés qui font la joie des amateurs de lunettes vintage.

     

    Image025.jpg

     

    Je rappelle, une nouvelle fois, que je ne suis pas sponsorisée pour écrire au sujet des marques que je cite. Je montre ce qui me plaît au fil de mes pérégrinations.

     

    Image026.jpg

     

    Les nostalgiques se souviendront du crabe et de l'éléphant...

     

    Image027.jpg

     

    Image028.jpg

     

    Ils ont disparu mais le passage abrite toujours la boutique Lil Weasel, plébiscitée par nos amies brodeuses et couturières...

     

    Image029.jpg

     

    Image030.jpg

     

    Image031.jpg

     

    Ainsi que deux boutiques Rickshaw, à la fois cavernes d'Ali-Baba et cabinets de curiosités où l'on chine des lanternes anciennes, des plaques émaillées, des bibelots d'inspiration coloniale, en bois ou en laiton patiné par le temps, des meubles et des coffrets précieux, des miroirs et des petits flacons, des poignées peintes en céramique ou en bois et toutes sortes d'ornements insolites. De nombreux objets vendus chez Rickshaw sont réalisés à partir de matériaux recyclés.

     

    Image032.jpg

     

    Image033.jpg

     

    Image034.jpg

     

    Image035.jpg

     

    Il y en a pour tous les goûts. J'ai beaucoup aimé cette clef qui mesurait trois fois la taille de ma main !

     

    Image036.jpg

     

    Et ces lettres en bois...

     

    Image037.jpg

     

    Il y a des choses étonnantes chez Rickshaw !

     

    Image038.jpg

     

    Image039.jpg

     

    Image040.jpg

     

    Merci pour vos messages et vos voeux, chers aminautes. Ils ont été réitérés, avec tendresse, dans mon article Le Chant des Arbres. Gros bisous et amicales pensées...

     

    Image041.jpg

     

    Renseignements pratiques pour le Passage du Grand Cerf

     

    145, rue Saint-Denis/10, rue Saint-Denis.

    Ouvert du lundi au samedi de 8h30 à 20h30.

    Métro Étienne Marcel, ligne 4.

    Plume

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    38 commentaires
  •  

     

    Image001.jpg

     

    Dans le ciel, contorsionnés, les arbres mystérieux incantent les secrets de l'hiver....

     

    Image002.jpg

     

    Des arbres amoureux qui portent si haut les vœux... Géants qui s'enracinent dans les mondes anciens, imprégnés d'ombre et de lumière, réceptacles de liesse et de sang vert.

     

    Image003.jpg

    Des corps mêlés, des émotions qui s'entrelacent...

     

    Image004.jpg

     

    Pour commencer l'année, je voulais rendre hommage à ces « vivants piliers »...

     

    Image005.jpg

     

    Je prends tant de plaisir à les photographier au fil des saisons, le long des chemins !

     

    Image006.jpg

     

    Image007.jpg

     

    Voici mon ami des quatre saisons... De tous les arbres que j'aime, c'est avec celui-ci que j'ai le plus d'affinités. Il vit près de chez moi, dans ma chère forêt d'Écouen, dans le Val d'Oise...

     

    Image008.jpg

     

    Image009.jpg

     

    Image010.jpg

     

    Image011.jpg

    Qu'il soit nu ou vêtu de feuilles, il me fascine et je l'aime profondément !

     

    Mais j'aime aussi tant d'autres arbres avec leurs silhouettes oniriques, la puissance de leurs ramures et leur capacité de métamorphose... Des êtres précieux qui embrassent une myriade d'effets de ciels !

     

    Image012.jpg

     

    Déambuler dans la forêt et sentir l'écorce, les pierres, les mousses, les feuilles, les mues étranges de la sylve crépiter autour de moi... Présences qui résonnent, éperdument... Visualiser, à travers mon sang, les mouvements de la sève dans les veines des chênes et des hêtres. Sentir le flux et le reflux de cet océan vert. L'intensité farouche de mille battements de cœur. Laisser la rage d'être exulter sous ma peau. Être dans le grand tout, chevelure ébouriffée, sauvage... Ici et maintenant, avec des yeux de louve et de dryade quand les grands arbres tremblent... Réceptive et fidèle à ma philosophie : Carpe Diem !

     

    Image013.jpg

     

    Image014.jpg

    Forêt du soir qui tombe, magnifiée de sortilèges...

     

    Image015.jpg

    Les arbres ont ce langage auquel je ne résiste pas...

     

    Image016.jpg

     

    Image017.jpg

     

    Image018.jpg

     

    Image019.jpg

     

    Image020.jpg

     

    Image021.jpg

    Couleurs du soir qui se diluent dans l'énergie bleue de la nuit...

     

    Image022.jpg

     

    Image023.jpg

     

    Image024.jpg

     

    Image025.jpg

     

    Image026.jpg

     

    C'est le retour à la « civilisation »...

     

    Image027.jpg

     

    Image028.jpg

     

    En vous souhaitant de nouveau, via ce voyage poétique sous les arbres, une très belle année 2018 et en vous remerciant de vos vœux qui m'ont beaucoup touchée !

     

    Merci à tous, gros bisous

    Plume

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    38 commentaires
  •  

     

    Image001.jpg

     

    Chers Amis, voici l'année nouvelle, parée de mille feux, d'espoirs et de rêves qui étincellent... Comme une étoile qui s'embrase dans le ciel d'hiver. Au creux de sa lumière, je vous souhaite beaucoup de bonheur et la réalisation de vos vœux !

     

    Que votre santé soit la meilleure possible et que vos proches soient épargnés par la maladie !

    Que l'Amour et l'Amitié vous enveloppent, au fil des jours, de leurs brûlantes énergies !

    Que les petits lutins, gardiens de mystérieuses escarcelles, vous apportent le nécessaire au quotidien et que la Créativité rayonne sans faiblir sur nos blogs et pas seulement...

     

    Un grand merci pour les liens que nous avons tissés et que notre fidélité honore !

    Je vous embrasse bien fort !

    Cendrine

     

    Image002.jpg

     

    Entrons dans un palais enchanté où brillent de fines faïences, des sculptures de verre, des cristaux poudrés d'or, et profitons, avec les yeux, du charme chimérique et précieux de ces tables de fête...

     

    Image003.jpg

     

    Image004.jpg

     

    Image005.jpg

     

    Image006.jpg

     

    Image007.jpg

     

    Image008.jpg

     

    Image009.jpg

     

    Image010.jpg

     

    Image011.jpg

     

    Prenez bien soin de vous, je vous présente encore mes meilleurs vœux !

     

    Image012.jpg

    Plume

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    23 commentaires
  •  

    Image001.jpg

     

    Bienvenue au temps des fêtes ! Que rayonne cette magie de lumière au creux de l'obscurité hivernale et que cette énergie dorée nous apporte, chers Amis, créativité, douceur, réconfort ainsi qu'une myriade d'instants de joie ! Je vous remercie de vos gentilles présences et vous souhaite une infinité de belles choses, de même qu'à vos proches...

     

    Et sans oublier ceux qui sont seuls, souffrants, démunis... je vous propose, afin de célébrer les charmes de la saison et en attendant l'éclosion de la nouvelle année, de regarder une série de photos prises au gré de mes déambulations de décembre... Joyeuses fêtes à toutes et à tous !

     

    Image002.jpg

     

    Allons nous promener sous la prestigieuse coupole Art Nouveau des Galeries Lafayette, alchimie de vitraux conçue par le maître de l'École de Nancy Jacques Grüber (1870-1936) afin d'y contempler un sapin haut en couleurs !

     

    Image003.jpg

     

    Dans un décor de théâtre, se dresse cet arbre de fantaisie !

     

    Image004.jpg

     

    Une « Créature », qui se dévoile dans une explosion de couleurs, un festival de tons sucrés et saturés et le moins qu'on puisse dire, c'est qu'elle incarne à la perfection le thème choisi cette année : « Spectacular Spectacular ! »

     

    Image005.jpg

     

    Elle est composée d’une multitude de ballons et de friandises géantes en aluminium mylar (un aluminium très résistant et fortement malléable) et entourée de mobiles qui s'éparpillent sous les transparences et les jeux d'ombre de la Coupole.

     

    Image006.jpg

     

    Image007.jpg

     

    Image008.jpg

    Image009.jpg

     

    Petits et grands entrent dans le décor d’une fête foraine imprégnée de « folie » surréaliste... Sur le boulevard Haussmann, les vitrines composent un panorama joliment déjanté où s'ébattent le pigeon Pierre et sa colombe, Coco, des oiseaux amoureux !

     

    Image010.jpg

     Une romance de Noël à tire-d'ailes !

     

    Image011.jpg

     

    Image012.jpg

     

    Image013.jpg

     

    Image014.jpg

     

    Image015.jpg

     

    Au Printemps, à quelques encablures, on découvre des poupées facétieuses, des lapins qui partent en vacances, des petits ours survitaminés et même une fusée lunaire !

     

    Image016.jpg

     

    Image017.jpg

     

    Image018.jpg

     

    Image019.jpg

     

    Image020.jpg

     

    Image021.jpg

     

    Image022.jpg

     

    Image023.jpg

     

    Image024.jpg

     

    Image025.jpg

     

    Image026.jpg

    Image027.jpg

     

    Image028.jpg

     

    Épopée dans l'espace...

     

    Image029.jpg

     

    Image030.jpg

     

    Image031.jpg

     

    Je termine avec ces gourmandises...

     

    Image032.jpg

     

    Image033.jpg

     

    Image034.jpg

     

    Image035.jpg

     

    Prenez bien soin de vous et de ceux que vous aimez, bonnes vacances et à très bientôt pour des vœux gorgés d'Amitié !

     

    Joyeuses Fêtes !

    Plume

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    50 commentaires
  •  

    Image001.jpg

     

    Au cœur des Grands Boulevards, dans une atmosphère précieuse et surannée, s'ouvre une succession de passages (Panoramas, Jouffroy, Verdeau etc... ) où le temps ralentit sa course.

     

    Image002.jpg

     

    Image003.jpg

     

    Je vous invite à suivre un Lutin de Lutèce à travers l'histoire du passage Jouffroy où de jolies vitrines, destinées à enchanter petits et grands, nous sont présentées.

     

    Image004.jpg

     

     

    Premier passage de la capitale entièrement conçu en métal et en verre, (le bois est essentiellement plaqué sur la structure moderne), il fut créé, à proximité de l'Opéra Garnier, sur trois parcelles de terrain, entre 1845 et la fin de l'année 1846. Son inauguration se déroula le 17 février 1847.

     

    Image005.jpg

     

    L'entrée principale, au numéro 10 du boulevard Montmartre.

     

    Image006.jpg

     

    Ses maîtres d'oeuvre, les architectes François-Hippolyte Destailleurs (1787-1852) et Romain de Bourges (avec ou sans le « s », cela dépend des endroits où son nom est évoqué), gendre du précédent, l'ont établi à partir d'un plan audacieux. Son tracé forme un double coude à angle droit.

     

    Image007.jpg

     

    Estampe issue de L'Ancien Paris d'Adolphe Martial Potémont (1828-1883), graveur spécialiste du paysage urbain.

     

    Image008.jpg

     

    Spacieux (il mesure 140 mètres de long pour une largeur de quatre mètres), moderne (il fut le premier passage à avoir un chauffage par le sol) et couvert d'une ample verrière, soutenue pour la première fois par une charpente métallique, il traverse un immeuble dressé à l'emplacement « d'une grande maison de cinq étages, construite au début du XIXe siècle, [qui ] avait abrité successivement l'ambassade de Turquie, puis un prince russe original, richissime du nom de Tuffiakin, et dans les années 1820, quantité de gens de théâtre et de musiciens, ce qui lui avait valu le surnom de Boîte aux Artistes. » Georges Cain « Le Passage Jouffroy » in Le Figaro, 10 décembre 1909.

     

    J'ai fait ce que j'ai pu pour certaines photos, avec la lumière ambiante et mes appareils qui n'aiment pas le froid, ce n'était pas facile du tout...

     

    Image009.jpg

     

    Inscrit au titre des Monuments Historiques par arrêté du 7 juillet 1974, il n'offre pas de décor foisonnant. Il est empreint de sobriété. Au fil de la marche, on y aperçoit deux horloges, enserrées par des branches d’olivier, sur un fond de treillage à motifs floraux.

     

    Image010.jpg

     

    Image011.jpg

     

    Robert Doisneau (1912-1994), Sous l'horloge du passage Jouffroy, 1976.

     

    Il abritait jadis « quelques lieux propres à attirer la foule des flâneurs parisiens. Sur le boulevard même s'étalait l'imposante façade d'un hôtel de luxe, l'hôtel Terrasse Jouffroy datant de 1836, aujourd'hui hôtel Ronceray. L'entrée du passage était flanquée de deux cafés « assez populaires et grouillants de vie » (Cf. Les passages Choiseul, Jouffroy et des Panoramas », dans l'Écho de Paris, 11 nov. 1891.).

     

    Image012.jpg

     

     

    Image013.jpg

     

     

    Le public s'y régalait d'un grand nombre d'attractions, composées d'un « Bazar Européen » dont le sous-sol accueillait une salle de danse, le bal Montmartre. « Ce bal fut remplacé par un petit théâtre spécialisé dans les marionnettes et la prestidigitation, puis, à partir de 1860, par le théâtre des Ombres chinoises ou théâtre Séraphin, établi depuis 1784 au Palais-Royal. Il devint en 1865 théâtre de Marionnettes sous le nom de Passe-Temps, puis en 1873 s'appela Théâtre Miniature. » L'Écho de Paris.

     

    Image014.jpg

     

    En 1895, le Théâtre Miniature céda sa place au Petit Casino, un café-concert, transformé en cinéma dans les années 1950.

     

    Image015.jpg

     

    Les visiteurs appréciaient également l'estaminet lyrique ouvert par Joseph Darcier (1819-1883), célèbre chanteur, acteur, compositeur et chansonnier parisien et venaient tenter leur chance, auprès des dieux de l'argent, dans une loterie burlesque, « La loterie des Lingots d'Or »...

     

    Image016.jpg

     

    Cette histoire de loterie fut une gigantesque arnaque, un récit picaresque dont vous pouvez lire les détails en dessous...

     

    http://autourduperetanguy.blogspirit.com/archive/2011/12/29/a-l-origine-de-la-ruee-vers-l-or.html

     

    Image017.jpg

     

     

    Dans le même esprit « Gribouille », un ouvrage anglais paru en 1878 faisait état, au gré du passage, de « plusieurs restaurants à prix fixes et modérés, comme le Dîner du Rocher et le Dîner de Paris où l'on servait des menus cocasses : Potage de requin aux concombres, filet de baleine aux vieux parapluies, tête de gorille à la Croquemitaine... Au Dîner quelque chose et au Restaurant Autre-chose, on savourait le Potage Mamamouchi mais aussi du dragon rôti, des queues de lézard en papillotes ou du civet de chats de Perse ! » Georges Augustus Sala : Paris herself again, pages 51/52.

     

    Image018.jpg

    L'impressionnant décor du Dîner de Paris, un restaurant comme un théâtre...

     

    Image019.jpg

    Les messieurs élégants venaient acquérir une malle de voyage ou un chapeau haut de forme à la Chapellerie Delion, chez les renommés Delion et Caron qui travaillaient admirablement le « chapeau de soie ». Ce lieu n'existe plus...

     

    Image020.jpg

     

     

    Image021.jpg

     

    Le Passage Jouffroy accueille le célébrissime musée Grévin, inauguré le 20 janvier 1882, dont je vous conterai l'histoire dans un article qui lui sera spécialement consacré, début 2018 et l'élégance de ses boutiques, riches de tant d'objets, en fait toujours le paradis des chineurs et des collectionneurs. Florilège...

     

    Image022.jpg

     

     

    Image023.jpg

     

    Les amateurs de beaux livres se régalent à la Librairie du Passage, institution parisienne, ancienne librairie Paul Vulin. On y découvre des milliers d'ouvrages consacrés aux arts décoratifs et à l'histoire de l'art ainsi que des dessins et de jolies estampes, sans plus de précision...

     

    Image024.jpg

     

    Image025.jpg

     

    Image026.jpg

     

     

    Image027.jpg

     

    Image028.jpg

     

    Image029.jpg

     

    Image030.jpg

     

     

    D'autres boutiques sont également très appréciées, comme « Brésilophile », ouverte en 1997 aux numéros 38-40... Temple des amateurs de minéraux et de pierres semi-précieuses.

     

    Image031.jpg

     

    Image032.jpg

     

    Image033.jpg

     

    Image034.jpg

     

     

    Au numéro 34, on admire la boutique de cannes anciennes de collection, de parapluies et d'objets de curiosité de M&G Segas, installée dans le passage depuis 1983...

     

    Image035.jpg

     

    où décorateurs de théâtre et de cinéma viennent faire des emplettes...

     

    Image036.jpg

     

    Le passage Jouffroy est une véritable caverne d'Ali-Baba !

     

    Image037.jpg

     

    Les ravissants ornements de la Maison du Roy, antiquaire spécialiste du XVIIIe siècle et de l'esprit boudoir, au numéro 24...

     

    Image038.jpg

     

    Image039.jpg

     

    Ambiance cabinet de curiosités...

     

    Image040.jpg

     

    Image041.jpg

     

    Le passage Jouffroy risqua, pendant un temps, d'être détruit et remplacé par « une large rue flanquée de beaux immeubles afin de mettre en communication la rue du faubourg Montmartre avec le boulevard du même nom » mais, après une importante enquête administrative, il fut préservé de la démolition et modernisé en 1932 avec l'installation de rampes électriques. Il a été restauré et rénové en 1987 et demeure aujourd'hui très aimé des parisiens et des visiteurs de la capitale.

     

    Je vous donne rendez-vous, début 2018, dans cet espace plein de charme pour vous conter l'histoire du musée Grévin, de l'hôtel attenant : l'Hôtel Chopin et d'autres anecdotes concernant le boulevard Montmartre... En attendant, mon blog se love dans les harmonies de fête avec des billets aux couleurs de la saison. Juste pour le plaisir !

     

    Image042.jpg

     

    Très amicales pensées et gros bisous !

    Plume

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    43 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires