• Les exèdres des Tuileries

     


    Image01

     

    De part et d'autre de la Grande Allée, deux bassins s'étendent sous les arbres, dans une atmosphère apaisante et romantique. Couronnés par un banc semi-circulaire appelé exèdre, ils sont parés de sculptures et bordés par une végétation luxuriante.

     

    Image02

     

    Ils furent réalisés après la Révolution, quand le jardin devint « bien national ». La Convention décida la restauration des parties dégradées et la mise en oeuvre d'un programme d'embellissements.

     

    Image03

     

    Dans ce contexte, le projet de restructuration du domaine des Tuileries fut confié, en 1794, au peintre Jacques Louis David (1748-1825), également député et grand ordonnateur des fêtes de la Révolution.

     

    Image04

    Autoportrait de l'artiste, 1794.

     

    Assisté par son beau-frère, l'architecte Auguste Cheval de Saint-Hubert, Louis David devait élaborer un ensemble monumental composé de galeries, de propylées, d'une palestre et des deux exèdres mais le projet fut désavoué après la chute de Robespierre.

     

    Demeurent les fameuses exèdres, insérées dans la végétation et décorées de statues qui proviennent du Château de Marly, dans les Yvelines. Aujourd'hui, ce sont des moulages que nous contemplons, les originaux étant conservés au Musée du Louvre.

     

    Image05

     

    Une exèdre est un édicule de pierre semi-circulaire ou rectangulaire qui dessine un banc, parfois décoré de niches et de statues. Dans la Grèce antique, cette structure architecturale était un élément privilégié des lieux publics, des sanctuaires, des agorae et des voies sacrées.

     

    L'exèdre est associée à la conversation et à la philosophie. Espace de réunion où se réunissaient autrefois les poètes et les philosophes, elle offrait des banquettes de pierre décorées de dauphins, de rinceaux et de grandes feuilles d'acanthe. Parfois, on y représentait les donateurs qui les avaient fait ériger.

     

    Dans la Rome antique, elle s'inséra, agrémentée de niches et de statues, dans les façades des monuments publics.

     

    Les exèdres des Tuileries sont l'émanation d'une volonté patriotique se référant aux grandeurs helléniques.

     

    Image06

    La séduisante Vénus Callipyge  de François Barois (1656-1726) règne sur l'exèdre Sud.

     

     

     

    Image07

    On peut admirer au Louvre le marbre originel des années 1683-1686.

     

    Image08

    Vénus Callipyge soulève son péplos et contemple ses courbes avenantes par dessus son épaule.

     

    Les mots kallos: « beauté » et  pygos: « fesse » sont à l'origine du terme « Callipyge » et le mot « kalligloutos » se traduit par « aux jolies fesses ».

     

    D'après l'érudit grec Athénée (IIe-IIIe siècle après J.-C.), il existait un temple dédié à Aphrodite des belles fesses, à Syracuse, en Sicile.

     

    Image09

    Vénus Callipyge au musée archéologique national de Naples.

     

    Les deux filles d'un fermier demandèrent à un jeune homme qui passait de désigner celle qui avait le plus joli postérieur. Après une observation assidue, il choisit l'aînée et s'éprit de sa beauté. Il retrouva ensuite son jeune frère à la ville et l'encouragea à aller contempler les charmes de la campagne. Le cadet suivit son conseil et fut séduit par la plus jeune soeur. Malgré les réticences de leur père, riche et âgé, les garçons épousèrent leurs sensuelles dulcinées. Elles fondèrent alors, en guise de remerciement, un temple dédié à la déesse aux jolies fesses.

     

    Image10

    Les rotondités de la Vénus des Tuileries ont été voilées par le sculpteur Jean Thierry (1669-1739) afin de ne pas outrager la pudeur des dames!

     

    D'après le théoricien chrétien Clément d’Alexandrie (vers 150 après J.-C.-vers 220), un culte érotique était dédié à la déesse aux courbes avenantes. Elle traversa les époques et inspira, au XVIIe siècle, un conte en vers au fabuliste Jean de La Fontaine (1621-1695).

     

    Image11

    Les Contes sont aux adultes ce que les Fables sont aux enfants.

     

    Les Contes et Nouvelles en vers furent écrits entre 1660 et 1693. Bien que frappés par la censure officielle, ils connurent un succès immense et s'imposèrent comme une oeuvre majeure de la culture galante. Les amateurs de littérature libertine apprécieront ces truculentes saynètes et les charmantes illustrations de Jean-Honoré Fragonard (1732-1806).

     

    Image12

     

    Conte tiré d'Athénée

     

    « Du temps des Grecs, deux sœurs disaient avoir

    Aussi beau cul que fille de leur sorte;

    La question ne fut que de savoir

    Quelle des deux dessus l’autre l’emporte:

    Pour en juger un expert étant pris,

    À la moins jeune il accorde le prix,

    Puis l’épousant, lui fait don de son âme;

    À son exemple, un sien frère est épris

    De la cadette, et la prend pour sa femme;

    Tant fut entre eux, à la fin, procédé,

    Que par les sœurs un temple fut fondé,

    Dessous le nom de Vénus belle-fesse;

    Je ne sais pas à quelle intention;

    Mais c’eût été le temple de la Grèce

    Pour qui j’eusse eu plus de dévotion. »

     

    Quelques siècles plus tard, la Vénus Callipyge refleurit sous la plume de notre Georges Brassens national.

     

     

    Image13

     

    « Que jamais l'art abstrait, qui sévit maintenant

    N'enlève à vos attraits ce volume étonnant

    Au temps où les faux culs sont la majorité

    Gloire à celui qui dit toute la vérité

     

    Votre dos perd son nom avec si bonne grâce

    Qu'on ne peut s'empêcher de lui donner raison

    Que ne suis-je, madame, un poète de race

    Pour dire à sa louange un immortel blason

     

    En le voyant passer, j'en eus la chair de poule

    Enfin, je vins au monde et, depuis, je lui voue

    Un culte véritable et, quand je perds aux boules

    En embrassant Fanny, je ne pense qu'à vous

     

    Pour obtenir, madame, un galbe de cet ordre

    Vous devez torturer les gens de votre entour

    Donner aux couturiers bien du fil à retordre

    Et vous devez crever votre dame d'atours

     

    C'est le duc de Bordeaux qui s'en va, tête basse

    Car il ressemble au mien comme deux gouttes d'eau

    S'il ressemblait au vôtre, on dirait, quand il passe

    " C'est un joli garçon que le duc de Bordeaux ! "

     

    Ne faites aucun cas des jaloux qui professent

    Que vous avez placé votre orgueil un peu bas

    Que vous présumez trop, en somme de vos fesses

    Et surtout, par faveur, ne vous asseyez pas

     

    Laissez-les raconter qu'en sortant de calèche

    La brise a fait voler votre robe et qu'on vit

    Écrite dans un cœur transpercé d'une flèche

    Cette expression triviale : " A Julot pour la vie "

     

    Laissez-les dire encor qu'à la cour d'Angleterre

    Faisant la révérence aux souverains anglois

    Vous êtes, patatras ! tombée assise à terre

    La loi d'la pesanteur est dur', mais c'est la loi.

     

    Nul ne peut aujourd'hui trépasser sans voir Naples

    A l'assaut des chefs-d'œuvre ils veulent tous courir

    Mes ambitions à moi sont bien plus raisonnables:

    Voir votre académie, madame, et puis mourir.

     

    Que jamais l'art abstrait, qui sévit maintenant

    N'enlève à vos attraits ce volume étonnant

    Au temps où les faux culs sont la majorité

    Gloire à celui qui dit toute la vérité. »

     

     

    Image14

    Vénus Callipyge

     

    Ces illustrations sont d'Alain Bonnefoit, maître en lithographie. Pour les contempler, vous pouvez visiter le beau site de la Galerie-jpm.com.

     

    Image15

     

    Image16

    A l'extrémité opposée du bassin, ces deux statues semblent prendre leur élan. Il s'agit de Daphné poursuivie par Apollon et d'Apollon poursuivant Daphné.

     

    Ce groupe illustre un passage des Métamorphoses d'Ovide. Le dieu du soleil, sculpté par Nicolas Coustou (1658-1733), et la nymphe des bois, réalisée par Guillaume Coustou (1677-1746), ornèrent, vers 1713–1714, un des bassins des Carpes du Parc de Marly. En 1798, on les plaça dans l'exèdre Sud des Tuileries où ils demeurèrent jusqu'en 1940.

     

    Image17

    Daphné est une nymphe, fille du dieu fleuve Pénée et de la déesse Terre.

     

    Image18

     

    Après avoir vaincu le monstrueux serpent Python, Apollon rencontra Cupidon sur le bord du chemin. Il se vanta de sa réussite en raillant les sortilèges du chérubin. Piqué au vif, Cupidon décocha deux flèches, l'une, en or, sur Apollon qui s'éprit de la ravissante Daphné, et l'autre, en plomb, dans le coeur de la nymphe. Elle en éprouva de la répulsion pour les plaisirs charnels mais Apollon la poursuivit de ses assiduités. Épuisée, Daphné sollicita l'aide de son père et le dieu fleuve la métamorphosa en un bosquet de laurier rose (rhododaphné). Apollon la désigna alors comme son arbre sacré.

     

    Image19

    « (...) Une lourde torpeur envahit ses membres, une mince écorce ceint sa délicate poitrine, ses cheveux poussent en feuillage, ses bras s'allongent en rameaux ; ses pieds, il y a un instant, si rapides sont fixés au sol par de solides racines, la cime d'un arbre occupe sa tête ; de sa beauté, ne demeure que l'éclat.

     

    Image20

    Phébus, cependant, brûle de la même passion, la main droite posée sur le tronc, il sent encore, sous la nouvelle écorce, battre le cœur ; entourant de ses bras les rameaux - qui étaient les membres de Daphné - il étouffe le bois de baisers ; mais les baisers du dieu, le bois les refuse. Alors le dieu lui dit : " Puisque tu ne peux être ma femme, tu seras, du moins, mon arbre " ; laurier, tu pareras toujours ma chevelure, ma cithare, mon carquois ; (...) Péan avait fini de parler; alors le laurier inclina ses jeunes rameaux et on le vit agiter sa cime comme une tête. » (Péan est une épiclèse, c'est à dire une épithète associée à Apollon. )

     

    Image21

    Apollon au Louvre.

     

    Au fil des siècles, le mythe d'Apollon et Daphné a profondément inspiré les artistes.

     

    Image22

    Un manuscrit du XVe siècle...

     

    Image23

    Apollon et Daphné, 1470-1480, par Antonio del Pollaiuolo (1429/33-1498). Ce tableau est conservé à la National Gallery de Londres.

     

    Image24

    Daphné en argent ciselé, surmontée par une ramure de corail. Cet ornement de table fut réalisé, vers 1550, par Wenzel Jamnitzer (1507/08-1585), un célèbre orfèvre de Nuremberg.

     

    Il décrit le moment où s'opère la métamorphose de Daphné. L'oeuvre élégante et influencée par la statuaire antique révèle aussi le goût des artistes de la Renaissance pour l’exotisme et les univers marins.

     

    Daphné repose sur un socle décoré de têtes d’anges et de mufles de lion d'où émergent des fragments de roches métamorphiques. Un certain mystère entoure cette pièce d'argenterie. Était-elle un luxueux centre de table associé aux armoiries d'un prince germanique, un ustensile médiéval appelé « languier » où l’on suspendait des « langues de serpent », dents de requin fossilisées utilisées pour détecter le poison, ou une « merveille », (mirabilia) recherchée par des collectionneurs?

     

    Pêché en grande profondeur en Méditerranée, le corail rouge était réputé pour ses vertus prophylactiques. On le considérait comme une espèce étrange qui oscillait entre végétal et minéral. Très apprécié pour sa beauté, il était fréquemment utilisé dans les arts à la Renaissance.

     

     

    Image25

    On retrouve Apollon et Daphné sur cette vignette de François Chauveau (1613-1676), extraite de la traduction des Métamorphoses d'Ovide (43 avant J.-C.-17) par Isaac de Benserade (1613-1691). L'ouvrage intitulé « Métamorphoses d'Ovide en rondeaux, imprimés et enrichis de figures » parut en 1676 à Paris, sous les presses de l'Imprimerie Royale.

     

    Image26

    A Versailles, Apollon et Daphné, d'Antoine Coypel (1661-1722) se laissent admirer parmi les joyaux du Salon de Mercure.

     

    Image27

    Apollon et Daphné, 1622-1625, par Gian Lorenzo Bernini, dit Le Bernin(1598-1680).

     

    Cette oeuvre baroque fut commandée par le Cardinal Borghèse en 1622. Le mouvement suscité par les lignes foisonnantes et les corps en déséquilibre aspire le regard.

     

    Apollon rattrape Daphné au moment où débute la métamorphose. La nymphe lève les bras. L'écorce l'enveloppe jusqu'aux hanches et son corps dessine une arabesque souple et passionnée. Son sang devient sève et sa peau, ses doigts, sa chevelure se changent en feuilles ondoyantes. Simultanément, une expression d'effroi se lit sur son visage. Apollon saisit sa taille d'une main mais il ne peut la faire revenir à son humanité.

     

    Image28

    Cet éventail du XVIIIe siècle, conservé au Musée des Arts Décoratifs de Bordeaux, nous offre, par ses couleurs précieuses et son dessin raffiné, sa vision plus apaisée du mythe d'Apollon et Daphné.

     

    Image29

    Le Département des Arts Graphiques au Louvre conserve cette jolie miniature signée Jean-Honoré Fragonard (1732-1806).

     

    Image30

    Au musée Calvet à Avignon, on peut admirer ce tableau de l'école romaine du XVIIIe siècle, attribué à Pietro Bianchi (1694-1740) et très apprécié des historiens d'art pour la qualité de ses couleurs.

     

    Image31

    Ce bas-relief provient de l'ancienne Folie de la Bouëxière, autrefois située dans le 18e arrondissement de Paris. Réalisé par Sébastien-Nicolas Adam (1705-1778), il est aujourd'hui conservé au Musée Carnavalet.

     

    Image32

    Apollon et Daphné, vers 1844, par Théodore Chassériau(1819-1856).

     

    La transformation de Daphné est sublimée par les couleurs voluptueuses, la pureté des lignes, la grâce et le romantisme qui émanent de la composition. Le corps lunaire, chrysalide sensuelle sur fond de sylve, et l'attitude suppliante d'Apollon nous offrent un spectacle d'une troublante beauté.

     

    Image33

    Apollon poursuivant Daphné, 1908, par John William Waterhouse (1849-1917).

     

    Le peintre nous livre une vision intime du mythe, centrée sur les jeux de regards et l'élégance des attitudes. La métamorphose s'opère dans un monde luxuriant où la femme devient prêtresse, échappant aux lois de la réalité et aux désirs de l'homme pour épouser les forces de la Nature. Le tableau de Waterhouse révèle aussi une complexe attirance entre les personnages...

     

    Quittons Vénus Callipyge, Apollon et Daphné pour rejoindre l'exèdre Nord.

     

    Image34

    Elle est conçue de la même manière que l'exèdre Sud mais le programme iconographique est différent.

     

    Image35

    Le faune au chevreau, oeuvre de Pierre Le Pautre (1659-1744), réinterprète une statue antique, exhumée en 1675.

     

     

     

    Image36

    Le marbre originel, datant de 1685, fut placé à Marly, dans une « salle verte », aux alentours de 1695 puis déplacé, en 1707, au bosquet du Couchant. Il fut transporté aux Tuileries en 1797.

     

     

    Image37

    On aperçoit une flûte de Pan, aérophone attribué au dieu Pan, maître de la fertilité des bois et des troupeaux. Dans les réceptacles où circule le son, circulent aussi la magie et les forces de fécondité.

     

    Pan tomba éperdument amoureux de la nymphe Syrinx mais celle-ci, effrayée par la puissance érotique du dieu, se jeta dans le fleuve Ladon pour lui échapper. Là où elle disparut, jaillirent des roseaux qui bruissèrent, comme une voix, dans le vent. Pan les coupa et en assembla quelques-uns pour fabriquer une flûte qu'il baptisa Syrinx. Ainsi, par la magie du souffle, l'union de Pan et de Syrinx put s'accomplir.

     

    Image38

    Pan et Syrinx, 1657, par Michel Dorigny (1617-1665).

     

    Image39

    A l'extrémité du bassin, se dressent deux statues formant un groupe appelé « les coureurs ». Il s'agit d'Hippomène et d'Atalante.

     

    Hippomène fut commandé à Guillaume Coustou pour faire pendant à Atalante, copie d'antique par Pierre Le Pautre. Le groupe illustre un passage des Métamorphoses d'Ovide relatant l'histoire d'une farouche chasseresse qui défiait ses prétendants à la course.

     

    Image40

     

    Fille d'un roi qui désirait un fils, Atalante fut abandonnée dans la forêt mais une ourse l'allaita. Elle fut recueillie ensuite par des chasseurs et se révéla dotée de qualités physiques hors du commun. A la fois athlète accomplie, lutteuse redoutable et pouvant courir à une vitesse exceptionnelle, elle participa à l'expédition des Argonautes, conduite par le héros Jason.

     

    Voulant rester vierge, elle résolut de défier à la course les hommes qui souhaitaient l'épouser. Elle gagnait à chaque fois et ses prétendants étaient exécutés mais le jeune Hippomène choisit de relever le défi.

     

    Image41

     

    Il sollicita la déesse de l'amour qui lui offrit trois pommes d'or du Jardin des Hespérides, merveilleux jardin où, parmi des sources d'ambroisie, se dressait un arbre enchanté... Pendant la course qui l'opposait à Atalante, Hippomène fit rouler les précieux fruits sur le sol et la chasseresse s'arrêta pour les ramasser. Elle perdit pour la première fois.

     

    Image42

    La course d'Hippomène et d'Atalante, 1765, par Noël Hallé (1711-1781).

     

    Image43

    Atalante et Hippomène, 1618-1619, par Guido Reni (1575-1642).

     

    Image44

    La très sensuelle Toilette d'Atalante, 1850, par James Pradier (1790-1852) dans l'aile Richelieu au Louvre.

     

    Observons un moment les sculptures qui décorent les côtés des deux exèdres. Au bord des bassins qui semblent endormis, se dévoilent des sphinges, les femelles des sphinx, créatures fabuleuses au corps mi-léonin mi-humain.

     

    Image45

    Ces êtres mystérieux sont les gardiens des métamorphoses et des secrets mais chut, je prépare un article sur les sphinx et les sphinges de Paris...

     

    Excedres-283.jpg

     

    Image46

    L'exèdre Nord par Pierre-Antoine Mongin (1761-1827).

     

    Image47

    Ces bassins historiés sont des réceptacles de vie. Une végétation luxuriante s'y épanouit, attirant les insectes et les oiseaux qui viennent s'y reproduire en toute tranquillité.

     

    Image48

     

    Image49

     

    Image50

     

    Image51

     

    Image52

    Les iris en robes satinées se gorgent de soleil.

     

    Image53

     

    Image54

     

    Image55

     

    Image56

    Les jardiniers ont installé une petite planche pour que demoiselles et damoiseaux à plumes puissent goûter les joies de l'eau.

     

    Image57

     

    Image58

     

    Image59

     

    Image60

     

    Image61

     

    Image62

     

    Par leur conception, les exèdres des Tuileries sont des lieux à part dans l'évolution complexe du jardin. Elles exaltent l'amour, le désir et la beauté et célèbrent, de manière intemporelle, les vertus des philosophies antiques. Elles nous attirent au bord de l'eau, à fleur de rêve, où la lumière tisse ses enchantements...

     

    Image63

     

    Bibliographie

     

    Louis-Eustache AUDOT: Traité de la composition et de l'ornement des jardins, avec cent soixante et une planches représentant, en plus de six cents figures, des plans de jardins, des fabriques propres à leur décoration et des machines pour élever les eaux. Paris: Audot, éditeur du Bon Jardinier, 1839.

     

    Yves GIRAUD: La Fable de Daphné: essai sur un type de métamorphose végétale dans la littérature et les arts jusqu'à la fin du XVIIe siècle. Droz, 1968.

     

    Aubin Louis MILLIN: Description des statues des Tuileries. Paris: Fuchs, 1798.

     

    Claude-Henri WATELET: Dictionnaire de peinture, sculpture et gravure. Paris: Prault, 1792.

     

    La chanson de Brassens : Venus callipyge

     

    Image64

    Plume4

    « Le Jardin des Grands ExplorateursParis sous l'orage »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    88
    Marco
    Lundi 11 Juillet 2016 à 00:21

    bonjour ou bonsoir,

    je reviens du jardin des tuileries où suis allé voir l'expo consacrée à Guillaume Apollinaire à l'Orangerie.

    petite pause à la buvette près de l'éxèdre sud - la halte de Pomone- 

    revenu chez moi je cherche en vain des explications précises sur ces petits bassins facilement ignorés, et pourtant jolis havres de quiétude.

    ouf, je trouve votre site.

    félicitation pour toutes ces infos et photos.

     

    sûr...j'y reviendrai

     

     

    cordialement 

     

    marco

      • Mardi 2 Mai à 00:26

        Merci beaucoup, votre message me touche...

        Ces bassins sont des lieux propices à la rêverie, des espaces où s'estompe la "fureur" de la ville.

        Je vous souhaite un joli mois de mai

        Cendrine

    87
    Mercredi 19 Mars 2014 à 07:36

    Bonjour ma douce Cendrine, je passe très vite mais avec la même amitié que chaque jour.

    Nous sommes mercredi, ce n'est pas un scoop je sais
    lol !
    Mais comme c'est le bon jour pour s'évader, alors je te
    propose de voyager dans un univers ou le soleil brille et
    ou l'on mange Tajine et Couscous.
    Notre Hôtesse sera mon adorable Sourour. Elle te
    fais des petits plats en un rien de temps et sa maison
    prends un air épicé, sucré et doux en un tour de main.
    Je t'invite à prendre l'avion avec moi aujourd'hui pour la rejoindre.
    Attache ta ceinture, départ pour le Maroc.
    http://oumhichamessabil.eklablog.com/tajine-d-agneau-aux-pdt-et-petits-pois-a107097920

    Je te souhaite de passer une bonne journée, puis soirée et nuit en
    ce troisième jour de cette semaine hi hi !
    Merci pour ta présence dans mon petit monde.

    Prends bien soin de toi et si tu fais parti de mes petits malades,
    je te souhaite une douce convalescence.

    Lolli   (Pas de café je suis trop pressée lol)

    86
    Rose Huan
    Mardi 7 Mai 2013 à 12:34

    Bonjour Cendrine, je relis avec grand plaisir tes articles et particulièrement celui-là. J'aime beaucoup les Tuileries et ce lieu des exèdres, peu connu, prend vie sous ta plume de fée. Gros bisous, Tina va passer te faire coucou. Rose

    85
    Promeneur75
    Dimanche 3 Mars 2013 à 03:10

    Grâce à vous me voilà encore une fois peuplant ma nuit de magnifiques rêves...

    84
    delfy
    Dimanche 3 Mars 2013 à 03:10
    delfy

    Les exédres, un mot inconnu pour moi, mais effectivement je me suis déjà assis sur des bancs de cette forme dans les chateaux. Un article trés complet qui néssécite beaucoup de travail. J éprouve beaucoup d admiration pour tous ces artistes qui ont su redonner la vie à des ancétres disparus grace à leur savoir dans la sculpture. Jaime bien l évantail, une vraie oeuvre d art.

    Bonne soirée Cendrine

    Latil

    83
    Samedi 7 Juillet 2012 à 00:35
    Cendrine

    Bonsoir chère Rose,

    Je suis tout à fait d'accord avec toi: mais pourquoi n'y a -t-il donc pas de temple dédié aux rondeurs avenantes aujourd'hui?!

    Je te remercie pour ton si délicieux message. J'espère que tu as bien eu ma réponse.

    Je te souhaite un excellent week-end et je t'embrasse bien affectueusement.

    Cendrine

    82
    Samedi 7 Juillet 2012 à 00:25
    Cendrine

    Bonsoir Henri,

    Ton enthousiasme me procure une grande joie!

    Ce lieu m'a beaucoup inspirée, par sa situation exceptionnelle, comme préservée des affres du temps, par sa végétation luxuriante et les jolis oiseaux qui y nichent.

    Merci beaucoup de ta visite. Gros bisous et excellent week-end!

    Cendrine

    81
    Vendredi 6 Juillet 2012 à 00:38
    Cendrine

    Bonsoir Latil,

    J'aime aussi beaucoup l'éventail. Il est d'une telle délicatesse.

    Quant au travail des artistes et des maîtres artisans, il ne cesse de nous émerveiller. Heureusement qu'il a traversé le temps!

    Merci beaucoup pour ta visite et pour ton message rempli d'amitié.

    Très belle nuit

    Amicalement

    Cendrine

    80
    Vendredi 6 Juillet 2012 à 00:23
    Cendrine

    Bonsoir Véronique,

    C'est gentil de penser à moi. Difficile période, je dois faire preuve de patience...

    Je te souhaite une belle nuit, amitiés

    Cendrine

    79
    Vendredi 6 Juillet 2012 à 00:16
    Cendrine

    Merci Amel, c'est très gentil, ta visite me fait toujours plaisir!

    Gros bisous et bonne soirée 

    Cendrine

    78
    Mercredi 4 Juillet 2012 à 19:08
    leblogdhenri.over-bl

    Bonjour Cendrine,

    Qiel bonheur la réceptin de tes envois. Des illutrations extraordinaires des textes magnifiques que l'on ne se lasse pas de voir et de lire. Cette chanson de Brassens, "La Vénus Caliphage" est un exemple d'Alexandrins chantant. Un trés grand merci encore. A bientôt, Bises trés amicales.

    Henri.

    77
    Mercredi 4 Juillet 2012 à 16:31
    blog de oum Mohamed

    de belle photos mérciii ma belle bizou etbonne jorunée

    76
    Mercredi 4 Juillet 2012 à 14:49
    TititeParisienne

    Bonjour Cendrine,

    Comment vas-tu ? Tu a vu ce beau temps ? pourvu que ça dure !!

    Passe une très bonne journée, amitiés, Véronique.

    75
    Mercredi 4 Juillet 2012 à 13:55
    janine

    bonjour cendrine

    un de mes tableau préféré est appolon et daphnée,ilest génial
    bonne fin de journée
    bisous

    74
    Mercredi 4 Juillet 2012 à 13:37
    jean marie

    je te souhaite un bon mercredi,belle journée,bises

    73
    Mercredi 4 Juillet 2012 à 11:18
    Cendrine

    Bonjour Carole,

    Tu me fais un très beau compliment auquel je suis particulièrement sensible. Les exèdres sont lovées dans la végétation. En hiver, on les aperçoit mieux mais dès que les feuilles des grands marronniers surgissent, on ne les voit plus depuis la Grande Allée.

    Merci beaucoup pour ton message et ta visite. Je te souhaite une très agréable journée.

    Cendrine

    72
    Mercredi 4 Juillet 2012 à 11:12
    Cendrine

    Bonjour Françoise,

    C'est vraiment très gentil! Je t'en remercie. Il y a tant de belles choses à savourer dans Paris, de lieux magiques à découvrir et à redécouvrir...

    Je t'envoie de gros bisous, belle journée!

    Cendrine

    71
    Mercredi 4 Juillet 2012 à 11:10
    Cendrine

    Bonjour Mansfield,

    Je suis enchantée que mes promenades parisiennes te plaisent autant et je te remercie profondément.

    Belle journée, bisous

    Cendrine

    70
    Mercredi 4 Juillet 2012 à 11:07
    Cendrine

    Coucou Gut,

    Si la promenade t'a plu, j'en suis ravie... J'adore l'ensemble du jardin mais j'ai un coup de coeur pour les exèdres.

    Un doux merci et de gros bisous avec quelques éclats de soleil, souhaitons que ça dure!

    Cendrine

    69
    Mercredi 4 Juillet 2012 à 11:05
    Cendrine

    Merci Framboise,

    Moi aussi je partage à chaque fois...

    Bisous avec un joli rayon de soleil!

    Cendrine

    68
    Mercredi 4 Juillet 2012 à 11:04
    Cendrine

    Coucou Chris,

    Oh oui, je sais ce que c'est! Pareil pour Christophe et moi, nous finissons par dormir d'épuisement pour "rattraper" le sommeil en retard mais après on est complètement assommés...

    Gros bisous et excellente journée, si le soleil veut bien rester présent!

    Cendrine  

    67
    Mercredi 4 Juillet 2012 à 11:01
    Cendrine

    Coucou Martine,

    Ces sculptures sont très belles. La différence entre sphinx et sphinge je l'ai déjà expliquée dans mon article. La sphinge est la femelle du sphinx.

    Bisous

    Cendrine

    66
    Mercredi 4 Juillet 2012 à 10:16
    Chris

    Je dors, je dors pas ... Tu sais ce que c'est ! Et quand je dors c'est pour rattraper les nuits où je n'ai pas dormi et je suis assommée. Mais il fait beau !

    Prends-bien soin de toi !

    Bises et belle journée !

    65
    Mercredi 4 Juillet 2012 à 09:59
    Framboise44

    c'est captivant raconté  de cette façon ... on regarde mille fois mieux et on comprend mieux tous ces tableaux ou statues ..

    j'ai pris un grand plaisir à lire toute cette jolie mythologie

    je partage ...

    64
    Gut
    Mercredi 4 Juillet 2012 à 09:30
    Gut

    Une très jolie promenade encore aujourd'hui dans ce magnifique jardin où l'on peut qu'admirer ces magnifiques statues. Merci Cendrine pour cette jolie promenade pleine de grâce. Bisous

     

    63
    Mercredi 4 Juillet 2012 à 08:35
    el lobo

    coucou , ici déja chaud ce matin 23° mais gris de gris pas un rayon de soleil pffff

    passe une belle journée ...bisous d'été ....

     

    Gif Animé

    Sensation

     

    Par les soirs bleus d'été, j'irai dans les sentiers
    Picoté par les blés, fouler l'herbe menue:
    Rêveur, j'en sentirai la fraîcheur à mes pieds.
    Je laisserai le vent baigner ma tête nue.

    Je ne parlerai pas, je ne penserai à rien:
    Mais l'amour infini me montera dans l'âme,
    Et j'irai loin, bien loin, comme un bohémien,
    Par la nature, - heureux comme avec une femme

    Arthur Rimbaud

     

    62
    Mercredi 4 Juillet 2012 à 06:55
    Martine Eglantine

    J'aime beaucoup la femmes au corps de félin à la queue de cou de cygne et à la tête de sphynx. Quelle différence entre sphynx et sphinge. J'attends ton article pour le savoir. Bises

    61
    Mardi 3 Juillet 2012 à 23:32
    prici

    Magnifiques ces bassins!

    60
    Mardi 3 Juillet 2012 à 22:41
    Rose

    Coucou Cendrinette :-)

    Quelles sculptures fabuleuses! Faut avouer aussi qu'il y a de belles fesses (Rires!!!). Bon, mais l'oeil du maître doit rester professionnel LOL Par contre, je ne comprends pas pourquoi il n'y a pas de temple dédié aux belle fesses de nos jours :-)))

    Trêve de plaisanteries, c'est un très bel article comme toujours!

    Comment vas-tu ces derniers temps?

    Gros bisous tout doux pour toi et douce nuit chère Cendrine

    Amitiés,

    Rose

    59
    Mardi 3 Juillet 2012 à 21:02
    Cendrine

    Je te remercie Isa-Marie, gros bisous et belles vacances!

    Cendrine

    58
    Mardi 3 Juillet 2012 à 20:56
    Cendrine

    Chère May,

    Je suis particulièrement touchée!

    Ce sont des lieux enchanteurs où l'imagination s'affole pour notre plus grand bonheur!

    Merci pour très beau commentaire!

    Gros bisous et excellente soirée

    Cendrine

    57
    Mardi 3 Juillet 2012 à 20:43
    Cendrine

    Coucou les amis,

    Les déesses et les fleurs font bon ménage et les oiseaux se réjouissent de ce bel environnement niché au coeur de la ville. Ils y sont bien et on peut ainsi saisir de jolies saynètes.

    Comme le Jardin des Tuileries est immense, je le décris en une série d'articles. J'ai commencé par les exèdres car j'ai eu un coup de coeur pour ces endroits cachés, enveloppés par des marronniers géants.

    Un profond merci pour votre visite très sympathique et enthousiasmée. Je vous envoie de gros bisous. Que votre soirée soit douce...

    Cendrine

    56
    Mardi 3 Juillet 2012 à 20:37
    Cendrine

    Cher Claude,

    Et bien je ne résiste pas non plus au plaisir de lire tes mots poétiques et gorgés d'amitié.

    Merci beaucoup!

    Gros bisous et très belle soirée

    Cendrine

    55
    Mardi 3 Juillet 2012 à 20:30
    Cendrine

    Bonsoir Corinne,

    A chaque fois que je contemple où que je place dans un article un tableau de Waterhouse ou une sculpture mythologique, je pense à toi... La passion nous unit! C'est ainsi et c'est délicieux...

    Je te remercie pour ces doux et flamboyants messages que tu m'envoies, des pépites de beauté et d'amitié.

    Je suis désolée pour ces tempêtes successives qui modifient profondément la vie des gens et le paysage. L'Homme a tellement d'incidence sur son milieu... Toutes ces haies arrachées, ces chemins de terre ou de pierre couverts d'asphalte, ces grands arbres dévastés par l'humain avant de l'être par la colère des cieux... ont précipité ces catastrophes! J'espère que certaines choses sont réversibles...

    Toi aussi, chère Corinne, prends-bien soin de toi! Avec mon amitié, je t'embrasse bien fort!

    Cendrine

    54
    Mardi 3 Juillet 2012 à 20:23
    Cendrine

    Merci beaucoup pour ta venue si sympathique.

    Gros bisous et très belle soirée

    Cendrine

    53
    Mardi 3 Juillet 2012 à 20:20
    Cendrine

    Bonsoir Henri,

    Sais-tu que je suis très touchée de découvrir ton si gentil message...

    La passion pour l'art coule dans mes veines. C'est une joie immense de la partager et un grand secours pour supporter mes soucis!

    Un profond merci pour ta visite fort sympathique.

    Je te souhaite une excellente soirée.

    Avec mon amitié

    Cendrine

    52
    Mardi 3 Juillet 2012 à 20:17
    Cendrine

    Merci beaucoup Plume, c'est une joie de savoir que tu apprécies mes articles.

    Je te souhaite une excellente soirée

    Bisous

    Cendrine

    51
    Mardi 3 Juillet 2012 à 20:15
    Cendrine

    Merci Amel, c'est très gentil, gros bisous.

    Cendrine

    50
    Mardi 3 Juillet 2012 à 20:00
    cronin

    Bonsoir Cendrine,

    Merci pour tes venues, et tes commentaires, qui m'ont touché, et oui... on en apprends beaucoup sur l'origine de nos prénoms mon amie ! Je suis heureuse de te connaître aussi, chère poétesse, mais surtout chère artiste de l'Art ! j'aime beaucoup ton travail. Je connais bien l'ésotérisme, et je me passionne pour tout mystère et leur signification, perpétuel quête... que je sonde... (dans tous les sens du terme... rires) j'y côtoie ce diable... (rires) mais qui est pour nous, source de plaisirs divins et exquis (rires) en nos formes voluptueuses, sensuelles, telle ses sublimes sculptures divines, dont cette mythologie, nous présente, sous leurs formes afriolantes...(rires) Je crois que le soleil a chauffé aujourd'hui ! (rires) je pense à toi, car je mange un carré de chocolat ! Comment ? oui tu as raison, bientôt la tablette ! (rires) Ah... le pouvoir du chocolat ! Il y a eu plus de dégâts, parmi les forêts, nos arbres ont été déracinés, dans cette région, chère à mon coeur... tout est rentré dans l'ordre, mais le problème actuel, sur ma région de Nancy, c'est que les bassins, censés stockés l'eau qui tombe, n'arrive plus à absorber, cette eau de pluie.... problème qui risque de s'aggraver, encore plus, aux prochaines tempêtes, et pluies qui tomberont, de plus l'homme force de construire, de couper les arbres, de changer notre paysages urbains sans arrêt, et bien, détruit en même temps, ce qui peut retenir ses eaux... il faudrait plusieurs bassins de rétention, autours de agglomération, trouver des solutions, qui permettrait d'enrayer, ce problème sérieux... des équipes d'architectes y travaillent, mais comme partout, il faut des moyens ! On en peut, retenir, les intempéries, du ciel... les colères de la terre mon amie... et cela va s'amplifier de plus en plus... Reposes toi, prends soin de toi, ne t'inquiète pas, si tu ne réponds pas aux commentaires, l'important, est ta santé, ta petite famille....je te remercie d'être quand même venue, malgré ta fièvre, et tes névralgies... mais promets moi, d'être prudente, je pense bien à toi, te fais des gros bisous. A bientôt Cendrine, je suis allée voir Plume... et lui ai transmis ton bonjour... belle et douce soirée. Corinne (Cronin) ma rose.

    49
    Mardi 3 Juillet 2012 à 17:52
    Carole

    Un très très bel article. Je n'avais jamais remarqué ces exèdres dans les Jardins des Tuileries où je suis pourtant déjà allée.

    Ce que j'aime beaucoup, dans tes articles, ce sont les "tiroirs" profonds et chargés de précieux aperçus sur la mythologie et sur l'histoire de l'art. Cela permet de donner tout son sens à chaque oeuvre, replacée dans un vaste contexte.

     

    48
    Mardi 3 Juillet 2012 à 16:01
    el lobo

    bisous ici temps variable , je voulais refaire des photos mais sans soleil c'est nulle :p

    Bon mardi
    47
    Mardi 3 Juillet 2012 à 13:20

    je ne résiste pas au bonheur de revoir tes images formidables....le bonheur de contempler ces fleurs et ces statues dans une ambiance pleine de fraîcheur...c'est une balade enchanté....dans le jardin de ma fée...celle de paris ...qui me porte au paradis..........bisesssssssssssssssss
    claude

    46
    Mardi 3 Juillet 2012 à 09:54
    bellane

    bonjour articles très interressant,mais je vais revenir,car il y en a long***

    45
    Mardi 3 Juillet 2012 à 09:53
    Fethi

    Je relis le texte de Brassens avec plaisir
    Bonne journée

    44
    Mardi 3 Juillet 2012 à 09:53
    mansfield

    Encore un fabuleux article Cendrine, ton Paris, très riche devient plus que jamais le mien! Bise à toi et merci encore. 

    43
    Mardi 3 Juillet 2012 à 08:27
    blog de oum Mohamed

    cet avec un trés graned plaisir que je te retrouve  bravo ma belle

    bizou etbonn ejournée

    42
    Mardi 3 Juillet 2012 à 08:16
    mademoiselle may

    Encore un magnifique article foisonnant de découvertes, de poésie et de beautés. Un lieu propice à la contemplation, aux confidences et à la réflexion, alliant philosophie et romantisme, et on croirait voir surgir Chateaubriand au détour d'un chemin. Je trouve cet endroit empreint d'une délicatesse tout féminine. Je voyage dans le temps et j'imagine le frôlement des satins et étoffes, les sourires et chuchotements. Merci pour ce merveilleux moment de paix et de découverte, et le choix de tes illustrations est parfait! Gros bisous Cendrine!

    41
    Mardi 3 Juillet 2012 à 07:51
    Valérie ( Franche-Co


    Bon mardi.
    Valérie.

    40
    Lundi 2 Juillet 2012 à 23:06

    hello Cendrine ,  merci pour cet article, j'ai lu bien plus ce soir, car j'ai eu un peu de temps ! 

    bisous  et tres belle fin de soirée

    39
    Lundi 2 Juillet 2012 à 22:10
    Messire Merlin

    Coucou Cendrine Douce Fée.... Oh, que vois-je, de magnifiques statues pour commencer cet article. Que de beauté, que de belles et gracieuses formes....Statues magiques où on voit l'argent associé au corail... Puis, un festivale de fleurs : iris, ancolies... et nos amis à 'plumes' que les jardiniers bichonnent!. Je vais humblement avouer que le mot : exèdre est une découverte... Honte à moi.. mais que veux-tu! C'est un peu le 'portique' des philosophes! Ces espaces sont des lieux d'échanges, de détente, de calme... qui me conviennent à merveille. Je suis contente de découvrir les Tuileries  à travers tes mots! je sens que là, encore, nous allons vadrouiller à la rencontre de la culture! Merci Douce Cendrine, de mettre l'art à notre portée! On t'embrasse très très fort.... passe une douce et belle nuit.

    38
    Lundi 2 Juillet 2012 à 21:41
    Plume

    Beauté du parc, sensualité des Vénus, un peu de l'ami Georges et de La Fontaine... et toujours ce talent au service de l'histoire, de la poésie et du romantisme et de leur partage .

    Je suis tellement heureuse de puiser des connaissances dans tes articles, merci Cendrine .

    Bisous, Plume .

    37
    Lundi 2 Juillet 2012 à 20:31
    Henri Desterbecq

    Suivons la guide sur le chemin de tant de beautés.  Je ne sais ce qui m'épate le plus, ton érudition ou ta puissance de travail. On sent ton amour infini pour l'art et sa  symbolique. Merci pour ton com qui me permet de mieux te connaître. Question Q.I., c'est tellement évident. Ta passion doit être un puissant dérivatif pour oublier tes problèmes de santé.  Bien chaleureusement.  dinosaure80.

    36
    Lundi 2 Juillet 2012 à 20:15
    fee dela foret

    coucou cendrine 

    trop mimi les oiseaux  qui monte sur la planche 

     tu nous fait rever a chaque fois 

     tu vis a paris même  ou au alentour

    je suis contente que ton cou vas mieux

     je connait c'est douloureux la j'ai une grosseur  

    du a une contracture depuis un mois et c'est genant 

    je vois mon toubib le 11 on verra bien

    je te souhaite une bonne soirée de gros bisous mon amie

    et pour les vacances je dois juste rever depuis 30ans 

    et oui bisous ♥

    35
    Lundi 2 Juillet 2012 à 17:58
    cronin

    Bonsoir Cendrine,

    Je suis émmerveillée par tant de beauté, de ce jardin si splendide à contempler, de la magnificence de cette sculpture Vénus aux formes callipyges...et de la sensuelle toilette d'Atalante... je connais bien la légende mythique de Daphnée et Apollon...ton article est une oeuvre d'art, et j'aime la beauté de ses décors enchanteurs ! J'y resterais des heures dans ton jardin Cendrine.... car j'ai du mal à y en repartir... la beauté des Iris ! Plein de lumière poétique, sur tes jolies photographies, moi qui aime tant Waterhouse, tu me combles de bonheur, avec son magnifique tableau exposé ! Il y a des lieux ainsi, dont on ne voudrait point quitter... Merci pour ton travail, ciselé avec des doigts de fée, sensuelles et féminines, sont ces sculptures divines... J'espère que tu vas bien Cendrine, ici, sur ma terre de Lorraine, une tempête près de ma région, a sévèrement touché sa population, et sa flore, des grêlons, de la taille du poing de la main, sont tombés, avec des pluies abondante, ma terre de Lorraine, est sévèrement touché, en cette année 2012 ! Et je crois, que cela n'est point fini... car l'eau n'est point absorbée comme elle devrait être... l'homme détruit la nature, alors comment arrêter l'eau qui s'écoule à flots ? Prends soin de toi, mon amie. Gros bisous, à bientôt. Corinne (Cronin). Ma rose d'amitié.

    34
    Lundi 2 Juillet 2012 à 17:50
    Miamana

    Tu m'éblouis encore une fois ma bele, je te remercie mile fois pour cette balade cultrelle.... Gros bisous et bonne soirée....

    33
    Lundi 2 Juillet 2012 à 17:37
    afaurore

    plein de belles statues

    32
    Lundi 2 Juillet 2012 à 17:36
    lebon pequery franço

    Magnifique ton article! Je viens de télèphoner à maman qui habite Paris et comment n'y ai je pas pensé plus tôt! je viens de lui donner le lien de ton blog ,elle va se régaler!!! merci à toi! j'ai beaucoup apprécié ta ballade !!toujours très interresssant et complet!! vraiment c est superbe! que de bons moments grâce à toi!

    31
    Lundi 2 Juillet 2012 à 17:12
    jean marie

    j'adore les photos d'iris bleues,belle après midi,bises

    30
    Lundi 2 Juillet 2012 à 17:11
    Isa-Marie

    Je me suis régalée à te lire !

    Toujours de belles découvertes chez toi chère Cendrine !

    Amitiés d'Isa-Marie

    29
    Lundi 2 Juillet 2012 à 16:26
    Cendrine

    Bonjour Gérard,

    C'est moi qui vous remercie! Je suis ravie que mon article vous ait fait plaisir. Nous retrouvons toujours l'ami Georges avec bonheur!

    Amitiés

    Cendrine

    28
    Lundi 2 Juillet 2012 à 16:13
    Cendrine

    Bonjour Véronique,

    C'est une joie de lire ton message! Tu as dû te régaler samedi!

    J'adore les Tuileries et j'ai commencé une série d'articles sur le sujet. Il y a tant de sculptures magnifiques et de points de vue romantiques...

    Merci pour tes mots qui me touchent profondément.

    Excellente journée, amitiés.

    Cendrine

    27
    Lundi 2 Juillet 2012 à 16:09
    Cendrine

    Bonjour Aimée,

    Je te remercie pour ton si gentil message, c'est du bonheur à lire!

    Les petites poules avaient peur de moi quand je les photographiais alors j'ai été la plus discrète possible. J'ai adoré les canards sur leur ilôt verdoyant au milieu du bassin: un emplacement stratégique!

    C'est un endroit magique en plein coeur de la ville, on y rêve avec plaisir!

    Merci et gros bisous. Excellente journée.

    Cendrine

    26
    Lundi 2 Juillet 2012 à 15:39
    Cendrine

    Coucou Linda,

    Merci de ta visite. Le soleil est là depuis ce matin mais il paraît que ça ne va pas durer... La semaine dernière a été si grise et pluvieuse...

    Gros bisous et bon lundi!

    Cendrine

    25
    Lundi 2 Juillet 2012 à 15:21
    Cendrine

    Cher Claude,

    Je suis très touchée par ton commentaire et je t'avoue que j'ai pensé à toi en photographiant ces fleurs bleues. Les beautés de marbre sont les personnages d'un univers romantique à souhait. J'ai pris plaisir à conter ces histoires sensuelles et à contempler ces jolies courbes offertes au regard.

    Merci de ta visite si charmante et gros bisous! Que ta journée soit douce...

    Cendrine 

    24
    Lundi 2 Juillet 2012 à 15:05
    janine

    que c'est beau!!!vela me fait rêver et en prime des petits canards!!!!encore de la pluie
    bonne fin de journée
    bisous

    23
    Lundi 2 Juillet 2012 à 14:57
    Cendrine

    Bonjour Jill,

    En effet, tous ces corps à corps m'ont étourdie!

    Vénus belle-fesse m'a bien fait sourire et réécouter le grand Georges est un bonheur!

    Merci beaucoup pour ta délicieuse visite.

    Gros bisous et excellente semaine, ensoleillée j'espère!

    Cendrine

    22
    Lundi 2 Juillet 2012 à 14:48
    Cendrine

    Merci Jean-Marie

    Excellent lundi, bisous

    Cendrine

    21
    Lundi 2 Juillet 2012 à 14:26
    TititeParisienne

    Bonjour Cendrine,

    J'y étais samedi aux Tuileries, les grands esprits se rencontrent ! 

    Tu a une manière de parler de ces sculptures qui m'enchantent, tes articles sont superbes, comme d'habitude !

    Passe une bonne journée, amitiés, Véronique.

    20
    Lundi 2 Juillet 2012 à 13:50
    el lobo

    héhé un coin de paradis pour les volatiles!

    et très belles les iris !

     ici avec une météo grise mais sans pluie ...j'aurais pas vu longtemps le soleil :(

    du coup pas terrible les fleurs :(

    passe une belle semaine

    19
    Lundi 2 Juillet 2012 à 13:40

    voilà une visite que l'on a pas envie de terminer.....je suis sous le charme des rêves que tes photos ont provoquées...comment ne pas l'être...frissonner de tout son être...en admirant daphné ..atalante..nipoméde....dans toutes leurs beautés et leurs sensualités érotiques...mais aussi que de romantisme...dans ce parc d'exédres dans la verdurre et les fleurs (bleues) c'est divin....j'avais bien envie de remonter le temps..;ah ! si il y avait la machine dans ton jardin....elle aurait un franc succés....ptdr.....merci pour cette balade de rêves......il y manquait que la fée de paris...pour s'envoler au paradis....bisesssssssssssssssssssssssss
    claude

    18
    Lundi 2 Juillet 2012 à 12:40
    Cendrine

    Merci Canelle,

    Bisous et bonne journée!

    Cendrine

    17
    Lundi 2 Juillet 2012 à 12:10
    Cendrine

    Chère Annick,

    Je reçois ton message avec un grand plaisir. J'aime beaucoup ces exèdres et contempler l'eau et les canards qui se promènent. J'ai eu l'idée d'écrire au sujet de ces statues que je contemple depuis des années.

    Un immense merci pour ta visite pleine de charme et d'enthousiasme!

    Je t'envoie de gros bisous.

    Cendrine 

    16
    Lundi 2 Juillet 2012 à 11:59
    Cendrine

    Un doux merci, cher et fidèle Promeneur75...

    15
    Lundi 2 Juillet 2012 à 11:58
    Cendrine

    Coucou Chris

    En effet, nos modes de vie se sont modifiés et nous nous approprions l'espace autrement. C'est ce qui m'a inspirée dans ces exèdres, elles étaient très modernes à l'époque même si elles se référaient à l'antique. Il y a avait une nouvelle écriture de l'espace urbain après l'époque des rois.

    Et le thème de la poursuite amoureuse est alléchant aussi!

    Merci pour ta charmante visite.

    Bisous et excellente journée!

    Cendrine

    14
    Lundi 2 Juillet 2012 à 11:48
    lamée

    Bonjour Cendrine

    Un très bel article où j'ai appris plein de choses.J'aime beaucoup ces statues de Vénus sensuelles a souhaits et j'apprécie aussi toute la documentation.Les ancolies,les iris,les poules d'eau,les canards et même les sansonnets font de ce lieu un endroit propice a la rêverie.Merci beaucoup.Bonne journée.Bisous.Aimée

    13
    Lundi 2 Juillet 2012 à 11:41
    Cendrine

    Cher Papy,

    Il y a de bien belles choses à savourer aux Tuileries, n'est-ce-pas?!

    En écrivant cet article, j'ai pensé à certaines personnes qui se reconnaîtront sûrement...

    Pourquoi ne pas créer la confrérie des admirateurs de Vénus Callipyge, à moins qu'elle existe déjà!

    Papy en carrosse, la classe! Merci beaucoup pour ce très gentil message!

    Bisous ensoleillés et pensées affectueuses.

    Cendrine

    12
    Lundi 2 Juillet 2012 à 11:37
    Cendrine

    Bonjour Albiréo,

    La plume fée en rougit!!! Merci...

    Je te souhaite une délicieuse journée.

    Gros bisous

    Cendrine

    11
    Lundi 2 Juillet 2012 à 11:24
    Chris

    Encore un beau billet. Les exèdres, un mot, une construction et une façon de discuter qui n'existe plus guère. On préfère maintenant, s'asseoir dans l'herbe ou même sur un trottoir, s'allonger même.

    Les "meubles" changent d'aspect selon nos us. 

    Cette belle présentation des charmes des Tuileries m'a, encore une fois, remplie d'aise.

    Bises et belle journée !

    10
    Lundi 2 Juillet 2012 à 10:45
    papyanar

    Chere Cendrine

     

    Quelle merveille,les Tuileries vues ainsi,les descriptions sensuello-historico-cendrino m'incite a prendre le premier carosse pour monter a la capitale!Fouette cocher

    Bises ravies plein de soleil de papy aux anges

    9
    Lundi 2 Juillet 2012 à 10:39
    Mamychachat

    Que de sensualité et de beauté féminine dans ton article ! bon oui, les Apollons aussi sont très beaux ! et comme tes commentaires sont intéressants à lire. Tout est parfaitement expliqué et je quitte ton blog avec beaucoup plus de connaissances ... (oui, au pluriel !)

    On admire la beauté des corps mais j'ai aussi apprécié la beauté de tes fleurs, cette famille canard sur sa p'tite île d'herbes !

    Superbes photos pour un très très bon article comme toi seule sait en faire ...

    Merci Cendrine et belle journée du lundi

    Bisous

    8
    Lundi 2 Juillet 2012 à 09:42
    ALBIREO

    Bonjour Cendrine,

    Merci infiniment pour cette merveilleuse promenade. Découvrir Paris à travers ta plume de fée est un véritable bonheur !!

    Gros bisous, belle journée à toi

    Albiréo

    7
    Lundi 2 Juillet 2012 à 09:12
    canelle56

    Bonjour Cendrine , magnifique article ...j'adore !!!!

    Bises

    6
    Lundi 2 Juillet 2012 à 08:41
    Gérard

    Bonjour Cendrine,

    comme toujours votre nouvel article est d'une richesse foisonnante mais également très poétique. J'ai grand plaisir à y retrouver l'oncle Georges car je suis depuis toujours un aficionados de son oeuvre.

    merci beaucoup

    gérard

    5
    Lundi 2 Juillet 2012 à 08:20
    jill bill

    Bonjour Cendrine !  Ah que de corps que de corps qui ne laissent pas de marbre, merci pour les deux poésies.... La une je découvre... Venus belle-fesse et merci pour Georges que j'adore !  Merci à toi bon guide ! Belle semaine de la part de jill, bizzzzzzzzzz 

    4
    Lundi 2 Juillet 2012 à 07:31
    Fourchette

    une ballade aux tuileries pour moi sous la pluie!!!

    3
    Lundi 2 Juillet 2012 à 07:26
    jean marie

    bonjour que de belles photos,très bon lundi à toi,bises

    2
    Lundi 2 Juillet 2012 à 06:56
    Martine Eglantine

    J'ai appris l'existence de l'exèdre. Je crois bien qu'il y en a au château d'Amblainville, j'irai voir sur mes photos. Bisous

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :