• La Pagode de Monsieur Loo

     

    Version réactualisée de Une pagode nommée désir... avec des photos prises en Octobre 2018.

     

    Image001.jpg

    Je reviens en un lieu qui me séduit... A l'angle de la rue de Courcelles et de la rue Rembrandt, dans le 8e arrondissement de Paris, où se dresse une fascinante « maison » rouge.

     

    Image002.jpg

    Je prends plaisir à la photographier dans la lumière d'automne.

     

    A quelques encablures du Parc Monceau, elle apparaît, plutôt mystérieuse parmi les immeubles haussmanniens. Est-elle décor de théâtre, temple ou rêve échoué dans la réalité? Quoi qu'il en soit, sa couleur, sa hauteur et son architecture inattendues attisent la curiosité des passants.

     

    Image003.jpg

    Singulière sous le ciel de Paris, avec ses volumes élégants et sa peau « sang de bœuf », la Pagode reflète la passion de son premier propriétaire, l'antiquaire Ching-Tsai Loo (1880-1957), pour les arts de l'Asie.

     

    Image004.jpg

    Ce chinois ambitieux, originaire de la province méridionale du Zhejiang, s'établit à Paris au début du XXe siècle et devint le plus fameux spécialiste du commerce d'antiquités orientales que connut son époque.

     

    Il acquit en 1922, rue de Courcelles, un hôtel particulier où se mêlaient styles Louis-Philippe et Napoléon III. Il voulait y installer ses collections mais comme il trouvait le bâtiment trop petit, il fit construire, entre 1926 et 1928, une maison rouge en forme de pagode par l'architecte François Bloch. L'écrivain Marcel Proust (1871-1922) a vécu dans l'immeuble situé en face de la demeure Loo.

     

    Image005.jpg

    Le nouvel édifice, d'une superficie de 800 m2, séduisit par son charme insolite les habitants des luxueuses propriétés de la Plaine Monceau. Il rayonna sur un quartier qui s'était considérablement transformé sous l’impulsion du Baron Haussmann.

     

    Parmi les richissimes demeures de mécènes et de collectionneurs, à l'instar des Camondo, des Menier, des André ou des Rothschild, la maison Loo devint un haut lieu d'échanges artistiques et commerciaux.

     

    Grâce à Ching-Tsai Loo, de prestigieux cabinets de curiosités privés se constituèrent et plusieurs musées d'art asiatiques, comme le musée Guimet à Paris, le British Museum à Londres et le Metropolitan Museum à New York, enrichirent considérablement leurs collections.

     

    Image006.jpg

    Très appréciée pour la luxuriance de son décor intérieur, la Pagode de la rue de Courcelles abrita, pendant plusieurs décennies, la galerie C.T. Loo&Cie qui se rendit célèbre en fabriquant, sur commande, des meubles vernis de laque craquelée. La galerie s’est installée, en juin 2011, dans le 7ème arrondissement de Paris.

     

    A l'époque de monsieur Loo, la Pagode constituait un écrin pour des objets d'un raffinement extrême: lits à opium, porcelaines impériales, panneaux laqués, boiseries indiennes importées du Rajâsthan au XVIIIe siècle, plafond à caissons, chaises de lettrés, jades, tête de Bouddha du Gandhâra...

     

    Une porte de lune permettait de découvrir un cabinet de curiosités, des murs lambrissés et des paravents somptueux.

     

    Image007.jpg

    Janine Loo, la quatrième fille de monsieur Loo, prit en 1947, à la demande de son père la direction de la Pagode. Pagode qui a également été tenue par Michel Cardosi, petit-fils du remarquable antiquaire.

     

    Image008.jpg

    La Maison Loo accueille aujourd'hui des expositions, des événements culturels et des ventes d’art asiatique. Elle abrite la bibliothèque privée de Ching Tsai Loo, un lieu exceptionnel doté de plus de 2000 livres, 3000 catalogues d’art, 3000 photographies et qui protège la précieuse correspondance de l'ancien maître des lieux avec des membres de prestigieuses familles comme les Rockefeller, les Morgan, les Vanderbilt...

     

    Image009.jpg

     

    Image010.jpg

     

    L'architecture de la Pagode

     

    Image011.jpg

     

    Elle domine, de ses quatre étages, la place Gérard Oury, appelée autrefois place du Pérou. Ses toits et ses auvents aux extrémités courbes, ses tuiles vernissées et son décor raffiné font voyager le regard vers des cimes de poésie. Le toit terrasse du petit pavillon qui lui est adossé est accessible par un passage dérobé.

     

    Image012.jpg

    Afin de tamiser la lumière, de fines grilles dessinent un maillage géométrique sur chacune des fenêtres.

     

    Image013.jpg

    Au-dessus de l'élégant portail en bois précieux, s'étire une frise de créatures fantastiques et de part et d'autre du linteau, marqué du nom du propriétaire, combattent des animaux fabuleux.

     

    Image014.jpg

    Dominant l'entrée et son toit aux extrémités recourbées, des créatures chimériques s'appliquent à repousser les esprits néfastes qui voudraient s'introduire dans le bâtiment.

     

    Image015.jpg

     

     

    Image016.jpg

     

    Cette fonction est aussi dévolue aux tuiles faîtières qui arborent un décor raffiné tout en assurant la cohésion des parties supérieures de l'édifice. Réputées protéger la demeure contre les incendies et contrer les êtres malveillants, elles représentent des monstres aquatiques pourvus d'une queue relevée en forme de point d'interrogation.

     

    Image017.jpg

    Ces créatures sont appelées « Chiwei » ou « queue de hibou ». D'après une très ancienne légende, un poisson mythique qui ressemblait à un gros hibou pouvait éteindre les incendies en « levant les flots ». Il fut placé, de manière stylisée, en bordure des toits et remplacé par un dragon sous la dynastie Qing (1644-1912).

     

    Image018.jpg

    Certains auteurs comparent les créatures dressées au sommet du porche d'entrée à des Mingqis, objets funéraires très répandus dans les sépultures de la Chine antique, mais il s'agit plus vraisemblablement de Kuilongzi, personnages qui avancent, en file indienne, sur le rebord des avant-toits des temples et des pagodes.

     

    L'ornementation des bords du toit est une constante dans l'architecture chinoise. Les tuiles faîtières en grès, revêtues de glaçures plombifères, et les petits personnages juchés au sommet des habitations ont des vertus magiques et protectrices. Ils jouent aussi le rôle de messagers et d'intercesseurs entre le monde humain et celui des génies, des ancêtres et des dieux.

     

    Image019.jpg

    Emblème funéraire, symbole de vigilance et de régénération, le poisson apparaît sur les poteries néolithiques. Lors des fêtes printanières, des petits poissons en céramique étaient posés près des cours d'eau pour marquer les passages entre les mondes et signifier la présence des âmes des Ancêtres.

     

    Dans la Chine ancienne, le poisson (yü) était un symbole de richesse, de bonheur et d'abondance, un protecteur et un gardien des plaisirs régnant sur « les jeux érotiques des nuages et de la pluie. »

     

    Il favorise la réussite et l'harmonie entre les époux. Il saisit le mal dans sa gueule, nous rappelant qu'il descend d'une monstrueuse créature primordiale née dans les abysses aquatiques.

     

    Image020.jpg

    Célébré le sixième jour de la première lune de l'année, le cheval incarne le mélange harmonieux du yin et du yang. Il est aussi l'Étoile, l'animal héraldique de la 25ème constellation zodiacale.

     

    Symbole de vitesse, de rapidité et de longévité, il est la monture des Immortels et celle du mythique Empereur Jaune. L'Ancêtre des Chevaux est un puissant génie protecteur.

     

    Esprit du Vent, messager des Écritures Sacrées, le cheval tisse les mots dans sa course. Il a des ancêtres communs avec le ver à soie.

     

    Avant le Nouvel An, on offrait au Dieu du Foyer un cheval en céramique ou en papier pour que les vœux voyagent en toute aisance vers le ciel.

     

    Le cheval représente aussi la réussite professionnelle.

     

    Image021.jpg

     

     

    Image022.jpg

    Le Mythique Immortel, Gardien du porche et Chasseur de Démons... Comme les bêtes écailleuses, il éloigne les êtres malfaisants et il dissipe la mauvaise fortune, à l'instar des oiseaux dont les chants mélodieux engendrent la félicité.

     

    Image023.jpg

    Ching Tsai Loo avait coutume de dire « L'art ne devrait avoir aucune frontière et devrait, au contraire, être une source de joie pour les peuples à travers le monde ». Il disait aussi : « Les objets d'art parcourent le monde tels des ambassadeurs silencieux. »Je m'éclipse sur ces citations en vous souhaitant de belles journées de Novembre.

     

    Image024.jpg

     

    Bibliographie

     

    Alfred FIERRO: Histoire et mémoire du nom des rues de Paris. Parigramme, 1999.

     

    Géraldine LENAIN : Monsieur Loo, le roman d'un marchand d'art asiatique, 2013.

     

    Maurice L TOURNIER: L'imaginaire et la symbolique dans la Chine ancienne. L'Harmattan, 1991.

     

     

    Informations pratiques

     

    Adresse de la Pagode: 48, rue de Courcelles.

     

    Il faut emprunter la ligne 2 du métro et descendre à l'arrêt « Courcelles ».

     

    Vous pouvez aussi traverser le Parc Monceau et rejoindre la rue Rembrandt. La Pagode se situe au bout de la rue, au croisement avec la rue de Courcelles.

     

    Pour connaître les prochaines expositions qui se dérouleront à la Pagode, vous pouvez vous rendre sur le site www.pagodaparis.com.

     

    Image025.jpg

     

    Les amateurs d'antiquités orientales apprécieront de découvrir le Comptoir Français de l’Orient et de la Chine ou C.F.O.C. Il se situe de l’autre côté de la rue de Courcelles, à l’angle du boulevard Haussmann.

     

    Et bien sûr, des visites au Musée Cernuschi et au Musée Guimet ne pourront que susciter l'émerveillement...

     

    Je vous montrerai ces trésors dans de prochains billets... Merci de votre fidélité et gros bisous !

    Plume

    « Il était une fois la Sorcière...
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    33
    Il y a 2 heures

    un petit coucou Cendrine,j'espère que tu vas bien,je vais allez au soleil  faire des photos car il fait pas froid,je te souhaite un très bon Vendredi,bises  

    32
    Il y a 7 heures

    La création du jour

    Bonjour Cendrine, il va faire beau et chaud aujourd'hui, déjà 16°...

    Bonne journée, gros bisous

    31
    Il y a 8 heures

    Merci pour ce partage et ces magnifiques photos.

    30
    Hier à 22:10

    Bonsoir,

    Merci pour votre commentaire. Vous savez en ce qui me concerne c'est pareil, je ne passe pas souvent sur votre blog, mais bon je ne vous oublie pas et je vous remercie d'être passé faire un petit coucou. Pour répondre à votre question à propos de l'ostéopathie, eh bien je fais très peu de vélo et je fais très attention en marchant afin de ne pas trébucher pour ne pas me bouger des vertèbres, mais bon j'ai néanmoins un peu mal au dos quand même, mais bon je présume qu'il s'agit d'arthrose et bien sur les ostéophytes plus connus sous le nom de becs de perroquets. En ce moment ce serait plutôt des soucis d'hémorroïdes internes, mais bon ce n'est que par période que j'ai mal et c'est des douleurs qui sont à peu près tolérables. Je n'ose pas trop vous demandez des nouvelles de votre santé, car je présume que ça doit toujours être à peu près pareil malheureusement. En ce qui concerne les prises en charge médicales pour répondre à votre question, eh bien j'ai une sorte de seconde mutuelle qui me coûte environ 15 euros par mois et qui me permet d'avoir 5 séances d'ostéopathies remboursées par an, j'avais pris cette assurance santé en prévision sachant que je me doutais fortement d'avoir des soucis de santé au niveau de mon dos dans l'avenir. Mais bon dans ma région une séance d'ostéopathie chez un ostéopathe qui pratique un tarif honnête coûte 45 euros, mais bon je présume qu'à Paris ça doit probablement coûter le double...! Le climat de la planète est complètement déstabilisé, si ça continue on aura l'hiver au printemps et l'été en hiver, et  à mon avis si la déforestation continue en Amazone ça risque d'être encore pire sans oublier également toute la pollution industrielle ainsi que les bagnoles, et ne parlont pas des voitures électriques qui vont polluer à cause de la fabrication des batteries ainsi que pour leur recyclage lorsqu'elles seront hors d'usage, enfin bref...! Je vous souhaite une bonne nuit, et merci pour votre sincère et fidèle amitié.

    29
    Hier à 20:14

    chere Cendrine, quelle belle découverte que cette demeure dans ta superbe ville !!! un autre monde s'offre a nos yeux plein de symboles et de croyances d'un autre continent, le dépaysement qui permet de rever, et l'amour de cette famille pour les arts ! tout cela dans cette demeure si bellle ! et cela nous aide certainement á ouvrir nos horizons et á comprendre que les gens d'ailleurs sont bien semblables á nosu lorsqu'il s'agit d'aimer la belle architecture :)

    je te laisse des bisous et toute mon amitié

    Angie

    28
    Hier à 11:10

    La création du jour

    Bonjour Cendrine,

    merci de ta fidélité et des gentils commentaires que tu déposes sur mon blog accompagnés de belles images...

    Le soleil brille ce matin, il fait 17°.. Bonne journée, gros bisous

    27
    Hier à 08:44

     Bonjour Cendrine,

    Il me semble que j'ai déjà vu cette pagode. C'est vrai qu'elle est bien jolie et j'en sais un peu plus à son sujet grâce à toi. Encore un excellent article. Passe une bonne journée Cendrine, grosses bises Véronique

    26
    Mercredi 14 Novembre à 18:09

    Bonsoir Cendrine,

    Quel bel article, très enrichissant sur l'art asiatique, leurs symboles en leurs animaux et cette pagode est vraiment très belle, ce rouge  sang de boeuf est une très belle couleur et la façade, une vrai merveille ! Se serait pour moi un immense plaisir, que de me plonger dans la bibliothèque de cette pagode :) ! 

    J'aime beaucoup les citations de Ching-Tsai Loo que tu cites.

    Toujours un bon voyage que de venir en tes rivages mon amie.

    Je voulais te remercier pour ta carte, 

    "Une jolie carte chatounette,

    Est bien arrivée dans ma maisonnette.

    Quelle belle surprise, en ce mercredi,

    Me voilà comblée et ravie !

    Un matou Chalexandrin,

    Compose des vers baudelairiens ;

    A la nuit tombée, en mon boudoir,

    Il me fixe de ses grands yeux noirs,

    Et de nos plumes, en leur métrique

    Nous composons, nos rives chimériques..."

     

    Merci mon amie Cendrine, ta carte est très belle et me plaît beaucoup, tes mots d'amitié, sont des rayons de soleil sur le coeur et l'âme. 

    Je te souhaite une très belle soirée, ici, le froid s'installe le matin, sous un soleil, un temps d'automne lumineux, de novembre...

    Gros bisous, prends bien soin de toi,

    Miaou et ma rose,

    CorpsRimes

    Résultat de recherche d'images pour "chatounette"

    25
    Mercredi 14 Novembre à 09:12

    La création du jour

    Bonjour Cendrine,

    merci de me permettre de publier un article sur Paul Chabas,

    il paraîtra le 10 décembre car j'ai déjà de côté des peintres pour le lundi.

    Le ciel est nuageux ce matin, il fait 14°...

    Bonne journée chère petite amie fidèle, gros bisous

    24
    Mercredi 14 Novembre à 03:51

    Tu as le sens du beau et du bien faire 

    Ton billet est passionnant 

    Merci 

    Bises du mercredi

    23
    Mardi 13 Novembre à 09:40

    La création du jour

    Bonjour Cendrine,

    je suis déjà passé sur ton autre blog, les peintures de Paul Chabas sont splendides, j'aime beaucoup

    Bonne journée, gros bisous

    22
    Lundi 12 Novembre à 21:02

    Que c'est beau, Paris, avec tes yeux ! j'ai vraiment aimé ton article.... Tout de même insolite, cette pagode rouge au coeur de ce quartier Haussmannien ... Une vraie trouvaille... 

    Merci pour ce partage passionnant !

    Bisous

    21
    Lundi 12 Novembre à 14:54

    Bonjour 

    vous au moins vous savez découvrir dans ce Paris «  des choses curieuses et insolites « .

    Merci du partage.

    Helene.

    20
    Lundi 12 Novembre à 14:45

    Bonjour 

    Vous au moins vous savez regarder pour dénicher dans ce Paris tant de «  choses «  belles et insolites.

    merci du partage.

    Helene.

    19
    Lundi 12 Novembre à 09:53

    La création du jour

    Bonjour Cendrine, merci encore de la remarque que tu as faite sur mon article d'aujourd'hui...

    Encore une journée pluvieuse qui s'annonce ce matin..

    Bonne journée, gros bisous

     

     

    18
    Dimanche 11 Novembre à 18:16

    Même si cela peut paraitre insolite , elle s'intégre bien je trouve. 

    c'est certain qu'on doit la remarquer de loin , tu en fais une description bien détaillée , c'est une chance de pouvoir la pénétrer je trouve. 

    bonne fin de journée 

    17
    Dimanche 11 Novembre à 09:03

    La création du jour

    Bonjour Cendrine, je n'aurais pas laisser un 11 novembre sans célébrer les poilus de cette horrible guerre

    qui a fait des milliers de morts et des blessés, mon grand grand père y avait perdu le bras droit..

    Bonne journée, gros bisous

    16
    Samedi 10 Novembre à 10:33

    La création du jour

    Bonjour Cendrine, un nouveau passage sur ton article afin d'en découvrir tous les secrets..

    Le soleil a du mal à percer les nuages ce matin..

    Bonne journée, gros bisous

    15
    Samedi 10 Novembre à 10:25

    Eh bien cette pagode très dépaysante incite au voyage et à l'enrichissement personnel. J'avoue que c'est envoûtant, un peu inquiétant et tellement exotique c'est-à-dire qu'elle nous oblige à confronter notre culture occidentale aux critères asiatiques si différents et complexes!

    14
    Vendredi 9 Novembre à 19:46
    Véronique

    Cendrine mon Amie ,

    Visiter à nouveau ce lieu incroyable à ton bras est un instant privilégié . Depuis ton dernier article sur ce lieu incroyable , ce petit bout de Chine parachuté en plein Paris comme si un jour un dragon avait craché une flamme de folie dans ce quartier très haussmannien pour rompre avec la monotonie  , je me suis penchée d'un peu plus près sur les secrets de cet homme . Sa vie semble un roman et déguiser un hôtel haussmannien en la plus parisienne des pagodes en est un chapitre entier . Mais le destin d'un homme d'exception n'est jamais exempt de zones d'ombre. N'oublions pas néanmoins que C.T. Loo a contribué, à sa manière, à la civilisation universelle ...

    Merci, merci infiniment pour tes mots déposés avec justesse et pertinence . Je suis allée me recueillir sur ces terres meurtries samedi dernier . Je devais y aller en cette occasion même si je connais l'endroit  . Souchez se trouve à une vingtaine de kilomètres de chez moi . Il fallait que j'immortalise ces petits soldats avant qu'ils ne s'envolent vers une autre destinée . J'ai adoré la visite , j'ai adoré la sensibilité qui régnait , la douceur au milieu de l'horreur car l'horreur est toujours présente ,on la ressent au plus profond de nous car les terres ensanglantées ne cicatrisent jamais même si la Nature a su panser les blessures en sa chair .  Le fils de Kipling, John , repose au  St Mary's A.D.S. Cemetery de Haisnes près de Lens , là aussi , non loin de chez moi . Je me suis recueillie sur sa tombe en mémoire de son père qui n'eut de cesse de chercher la dépouille de son fils sans jamais l'avoir retrouvée . Non loin de la sépulture de John , se trouve celle de Henry Harrison , grand-père de George , un des quatre garçons dans le vent ...

    Je te souhaite ainsi qu'à Christophe plein de douceurs en cette fin de semaine de Novembre .

    Je vous embrasse

    Véronique

     

    13
    Vendredi 9 Novembre à 13:41

    quel bel article Cendrine avec des photos magnifiques,j'espère que tu vas bien,,chez nous il fait soleil en ce moment j'espère que sa vas durer,je te souhaite un très bon Vendredi,bises

    12
    Vendredi 9 Novembre à 13:00
    feelaure♥

    Coucou Cendrine

    Jean-Mi et moi adorons l'Asie, alors tu penses bien que je me suis régalée ♥ Quelle magnifique pagode et tous ses détails sont de toute beauté. J'aime énormément toutes ces créatures et les ornements sublimes. Merci pour toutes ces informations collectées pour enrichir tes photos et nous apprendre de nouvelles choses ♥ 

    Je me doute que vous êtes allés à l'intérieur et je me languis de le découvrir dans un prochain billet mais je serais patiente hihi chaque chose en son temps 

    Douce fin de semaine à tous les deux & de gros bisous à vous partager

    11
    Vendredi 9 Novembre à 10:21

    La création du jour

    Bonjour Cendrine,  quelle merveilleuse maison que cette pagode rouge en plein milieu de Paris..

    Tes photos sont splendides, que de détails...

    Maintenant que nous avons vu l'extérieur, nous aimerions voir l'intérieur...

    Bonne journée, gros bisous

    10
    Vendredi 9 Novembre à 09:09

    Je me souviens de cette drôle de maison venue directement du lointain se poser là, en plein Paris ! Très curieuse avec cette couleur et tous ces détails que tu as bien pris en photos.

    J'ai déjà vu l'intérieur dans une émission télé. C'est tout comme l'extérieur, absolument dépaysant.

    Merci Cendrine, j'espère que tu vas pour le mieux ? Le changement d'heure, la pleine lune, le changement de saison ne sont pas favorable au bien-être physique. Il y aura des jours meilleurs wink2

    Belle journée et gros bisous

    9
    Vendredi 9 Novembre à 07:50

    Coucou ma Cendrine.

    Elle est magnifique cette pagode, assez insolite dans ces lieux, mais franchement superbe. Ce Monsieur Loo a eu une riche idée de la faire construire pour abriter les œuvres de son pays. Je me suis régalée en te lisant car je ne connaissais pas du tout l'histoire de cette pagode et et de son propriétaire.

    Un grand merci ma belle pour ce magnifique billet.

    Bises et bon vendredi à vous deux

    8
    Vendredi 9 Novembre à 07:49

    Bonjour Cendrine 

    Un article passionnant  sur la pagode de Mr Loo 

    Architecture très dissonante dans un quartier classique !

    Merci pour tous les détails choisis ..

    Bonne journée à toi 

    Bises

    7
    Vendredi 9 Novembre à 07:26

    Merci Cendrine d'avoir attiré l'attention de vos lecteurs sur l'histoire de cette belle pagode, - que j'ai déjà admirée et photographiée mais dans laquelle jamais, lors de mes séjours à Paris, je n'eus l'opportunité d'entrer.

    J'épingle avec bonheur que vous avez aussi rappelé qu'à l'angle de cette rue de Courcelles et de la rue de Monceau, l'immense Marcel Proust habita avec ses parents de 1900 à 1906, au deuxième étage avec balcon du superbe immeuble portant le n° 45 ... qu'il quittera, après leur décès, pour  aller s'installer au 102 Boulevard Haussmann jusqu'en 1919 et où il rédigera la plus grande partie de son oeuvre.

    Je termine sans m'attarder outre mesure en ajoutant qu'il décédera le 18 novembre 1922 au 44 rue de l'Amiral Hamelin où une plaque commémorative rappelle qu'il y vécut d'octobre 1919 jusqu'à sa mort.

      • Il y a 3 heures

        Merci beaucoup Richard pour votre visite. Je suis très touchée et cela me permet de vous dire que je ne vous oublie pas, vous êtes toujours présent dans mes pensées de blogueuse et j'espère que vous allez pour le mieux, en compagnie de votre famille.

        Merci pour vos références à Marcel Proust, je vous souhaite de très belles journées littéraires de Novembre

        Amitiés chaleureuses!

        Cendrine

    6
    timilo
    Vendredi 9 Novembre à 06:42

    Un  immeuble aux façades rouges à la connotation asiatique ... J'aime beaucoup les décors ...

    Tellement que j'aimerais voir son intérieur ...

    Bon et doux weekend CENDRINE

    Bisous

    timilo

    5
    Vendredi 9 Novembre à 06:29

    Comme ton billet est instructif chère Cendrine!

    4
    Vendredi 9 Novembre à 06:20

    Quelle jolie découverte ! Merci Cendrine pour ce reportage passionnant.

    Grosses bises et bonnes journées de novembre à toi aussi.

    Merci pour ton gentil message sur mon blog smile

    3
    Jeudi 8 Novembre à 22:34

    Bonsoir Cendrine, ça démarque dans la rangée c'est sûr, et comme elle en impose comment ne pas la voir !  Que rajouter après le commentaire plus haut, rien, tu es une guide d'excellence pour faire découvrir ton Paris... merci encore, douce nuit, bises, jill

    2
    Jeudi 8 Novembre à 20:50

    le mythique immortel chasseur de démons 
    pour une oeuvre du maître Mr Loo un renom
    cette pagode rouge une lumière dans la ville
    l'esprit des yeux elle illumine l'iris en brille
    le cœur s'affole de la culture de ces convoitises 
    il bat très fort de surprises en surprises
    j'ai adoré et revisité ce billet avec bonheur
    l'art n'a pas de frontières c'est vrai avec autant de valeur
    il ne faut rien négliger dans l'inspiration des artistes
    leurs folies les plus grandes : rien ne leur résiste
    merci à toi douce fée de ces instants magiques
    ta baguette  fait merveille elle est unique
    je t'embrasse affectueusement
    VL/Claude

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :