• Image001.jpg

     

    Image002.jpg

     

    En souvenir de Lady Marianne qui demeure, tendrement, dans nos pensées et maintenant, régi par Fardoise et Lilou.

     

    https://lilousol.wordpress.com/category/tableau-du-samedi

     

    http://entretoilesetpapiers.eklablog.com

     

    Le thème proposé pour le samedi 29 août par Lilou est « Bruegel dans tous ses états »... Exploration d’œuvres de membres de la lignée des Bruegel. Sur le blog de Fardoise, cette semaine, pour les liens vers les publications.

     

    Merci à vous, Lilou et Fardoise...

     

    Image003.jpg

    Allégorie de la Terre, détail 1

     

    J'ai choisi cette semaine une Allégorie aux nuances précieuses, riche d'une infinité de détails. Une œuvre réalisée de concert par Jan Brueghel l’Ancien, Jan I dit Brueghel de Velours (1568-1625) et par un peintre et décorateur de mobilier anversois nommé Hendrick Von Balen (1575-1632).

     

    Avant de présenter l’œuvre, je veux mettre en lumière la lignée des Bruegel ou Brueghel, une des plus célèbres dynasties d'artistes que l'histoire de l'art ait connu.

     

    Pieter Brueghel, dit l'Ancien, l'un des maîtres de la Renaissance Flamande, né aux alentours de 1525/1530 et décédé en 1569, épousa, « après » une relation amoureuse tumultueuse avec une servante, une jeune femme nommée Mayken Coecke qu'il connaissait depuis l'enfance.

    Mayken Coecke était la fille du peintre et architecte-scénographe Pieter Coecke Van Aelst (1502-1550), maître anversois et initiateur de Pieter dans le monde des arts, et de l'aquarelliste, miniaturiste et graveuse Mayken Verhulst (1518-1596 ou 1599).

    Avec Mayken Coecke, Pieter Brueghel eut deux fils dont le talent n'est plus à démontrer : Pieter Brueghel le Jeune (1564-1638), dit Brueghel d’Enfer, et Jan Brueghel l’Ancien (1568-1625), Jan I dit Brueghel de Velours, l'artiste qui m'a inspiré l'article publié ce samedi.

     

    Pieter Brueghel le Jeune et Jan Brueghel l'Ancien apprirent différentes techniques picturales auprès de leur grand-mère Mayken Verhulst, connue aussi sous le nom de Marie Bessemers et considérée comme l'une des plus importantes artistes féminines aux Pays-Bas.

     

    La lignée des Brueghel se poursuivit avec Jan Brueghel l'Ancien qui eut deux fils peintres : Jan II dit le Jeune (1601-1678) et Ambrosius (1617-1675). Jan II eut à son tour deux fils artistes : Abraham (1631-1697) et Jan-Baptist (1647-1719).

     

    Le nom « Brueghel », qui s'écrit de plusieurs façons (Breugel, Breughel, Brueghel, Bruegel) est vraisemblablement lié à un village situé près de Bréda, dans le sud des Pays-Bas.

     

    Allégorie de la Terre

     

    Image004.jpg

     

    Dans une sylve luxuriante ornée de fleurs, de fruits, de graines dont les couleurs semblent palpiter tant leur énergie de vie est intense, apparaît Cérès, la déesse latine de l'agriculture et des moissons.

     

    Fille des Titans Chronos (Saturne) et Rhéa (Cybèle), Cérès est couronnée de blé mûr et de fleurs des champs et associée à la croissance des végétaux. Son nom dérive du mot latin « crescere » qui signifie « grandir, pousser ». Assimilée à la grande déesse mère Déméter, honorée dans l'ancienne Grèce, elle apprit aux hommes à cultiver les céréales et fut pendant très longtemps invoquée pour protéger les récoltes, faire croître la végétation et attirer la fécondité sur les foyers.

     

    On l'honorait sur l'Aventin, la plus méridionale des sept collines de Rome et sa fleur symbolique était le pavot.

     

    Image005.jpg

    Allégorie de la Terre, détail 2

     

    http://maplumefeedansparis.eklablog.com/ceres-la-suzeraine-de-l-ete-a147095268

     

    Le tableau de Brueghel de Velours célèbre le pouvoir de la Terre Féconde et l'esthétique des lieux se pare d'une référence au Jardin d'Éden. Il s'agit d'un « paysage-monde », éclairé par de subtils dégradés de teintes vives à douces. La végétation, prolifique et précieuse, est un écrin pour la déesse Cérès, entourée de deux faunes et de deux putti, qui tient une grande corne d'abondance.

     

    L’œuvre, à vocation didactique, est le fruit d'une commande destinée à glorifier le Savoir et la Connaissance. Elle est conçue comme un Cabinet de Curiosités qui se situerait en plein air. Brueghel de Velours et Hendrick Von Balen ont représenté chaque élément, soit La Terre, L'Eau, L'Air et Le Feu.

     

     

    Image006.jpg

    Allégorie de la Terre, détail 3

     

    Jan I Brueghel l'Ancien (1568-1625), fils de Pieter Brueghel l’Ancien, fut surnommé Brueghel de Velours grâce à la finesse de sa touche colorée. Il fut un grand artiste de paysages et pratiqua avec brio l'art de la la nature morte. Il réalisa des bouquets superbes, imprégnés de lumière douce, de détails naturalistes et semblant être vus, pour certains, à travers un voile de soie. Sa maîtrise des masses colorées, des fondus, des dégradés, la délicatesse et la fluidité de sa « manière » sont indissociables du lien tissé avec sa grand-mère, l'artiste Mayken Verhulst, connue aussi sous le nom de Marie Bessemers, que j'évoquais plus haut.

    Spécialisée dans l'art de la miniature dite à la détrempe, Mayken concevait des petits portraits sur le mode fin de l'aquarelle. Brueghel de Velours apprit beaucoup à ses côtés ainsi que dans des ateliers anversois où il fut initié aux secrets de la peinture à l'huile.

     

    Image007.jpg

    Allégorie de la Terre, détail 4

     

    Brueghel de Velours fut très apprécié pour ses paysages, ses natures mortes, pour les allégories (Allégorie des Cinq Sens), les scènes mythologiques, folkloriques et religieuses qu'il réalisa. Esprit brillant et minutieux à l'extrême, metteur en scène d'une vision baroque et surréelle du monde qui l'entourait, il donna au « thème des bouquets de fleurs » de véritables lettres de noblesse, jouant sur une étourdissante profusion de détails et une fantastique variété d'ornements floraux. Sa peinture fut qualifiée d'encyclopédique tant on pouvait y acquérir de connaissances en l'observant.

     

    Image008.jpg

    Bouquet de fleurs avec bijoux, pièces et coquilles, 1606, huile sur cuivre. Deuxième tableau choisi pour ce samedi.

     

    La composition des bouquets de Brueghel de Velours, le savoir s'y imprégnant et le charme en émanant inspirèrent, parmi bien d’autres, des artistes comme son fils Jan II Brueghel (1601-1678) dit le Jeune mais aussi Clara Peeters (1589-1639), artiste spécialisée dans la création de natures mortes pour de riches commanditaires, et Daniel Seghers (1590-1661), considéré comme l'un des plus grands peintres de fleurs issu du monde flamand.

     

    L'inspiration de Jan I Brueghel s'enracina dans son amour pour l'étude et l'apprentissage, pour les livres et l'atmosphère des bibliothèques de collectionneurs. Il aima le style d'artistes comme Joachim Patinir (1480-1524), maître de l'art du paysage à la Haute Renaissance. Il collectionna les dessins de paysages et, à l'instar de son père, il voyagea en Italie, notamment à Rome, en 1593, et à Milan où il se lia d'amitié avec le cardinal archevêque Federico Borromeo (1564-1631), un autre amoureux des livres qui fonda, sous l'obédience de Saint Ambroise, l’une des premières bibliothèques publiques : la bibliothèque Ambrosienne de Milan.

     

    Image009.jpg

     Bouquet de fleurs, détail 1.

    L’œuvre fut commandée par le cardinal Federico Borromeo. Vous apprécierez les petits objets épars, « signature » de Brueghel de Velours, laissés au pied du vase...

     

    Image010.jpg

    Bouquet de fleurs, détail 2.

    Des coquillages bijoux...

     

    Les tableaux de Brueghel de Velours conservent un charme poétique résultant de son attirance pour les variations de couleurs, la subtilité des nuances (notamment au niveau des ciels et des feuillages vaporeux...), les effets de clair-obscur, l'observation approfondie de la Nature. Son impressionnante maîtrise de la technique n'altère pas cette poésie...

     

    Je m'arrête là mais c'est difficile, sourires... Vous l'aurez compris, j'adore les Brueghel qui m'ont inspirée plusieurs travaux universitaires. Avec tant de plaisir...

     

    Sur La Chimère écarlate, j'ai choisi La Fenaison, réalisée par Pieter Brueghel dit l'Ancien, père de Brueghel de Velours...

     

    Image011.jpg

     

    http://chimereecarlate.over-blog.com/2020/08/le-tableau-du-samedi-pieter-brueghel-dit-l-ancien-la-fenaison.html

     

    Je vous souhaite une belle rentrée chers Aminautes, bon courage à ceux qui « reprennent » études et travail dans des conditions sanitaires peu évidentes... Douces pensées...

     

    Image012.jpg

    Plume

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    26 commentaires
  •  

    Image001.jpg

     

    Je veux vous parler, chers Aminautes, d'un livre que j'aime énormément !

     

    En feuilleter les pages, c'est s'installer pour partir en voyage dans un train rempli d'émotions, c'est filer, fenêtre ouverte, à travers un univers de tableaux fascinants...

     

    Entendre vibrer, tout près de soi, la voix du conteur, celui qui souffle les histoires et fait chanter la vie au rythme de son stylo.

     

    Image002.jpg

     

    Conter la Peinture... Voilà ce que m'inspire ce livre signé Alain Yvars, l'auteur du délicieusement littéraire et intense « Que les blés sont beaux », au rythme duquel nous entrions dans l'intimité de Van Gogh.

     

    Image003.jpg

     http://www.httpsilartetaitconte.com/archive/2019/04/01/cendrine-a-lu-que-les-bles-sont-beaux-6140645.html

     

    https://www.babelio.com/auteur/Alain-Yvars/506341

     

    Image004.jpg

     

    http://www.httpsilartetaitconte.com/archive/2020/01/08/conter-la-peinture-6203783.html

     

    Conter la Peinture... Alain fait cela avec beaucoup de talent et d'amour pour les œuvres d'art et leurs auteurs ! Il fait vivre les artistes, les personnages des toiles comme des êtres de chair et ceux qui en leur temps contemplaient ces merveilles. En lisant son livre, on semble surprendre des cœurs qui frémissent à travers le papier, on perçoit, telle une friandise, la conscience des couleurs.

     

    On remonte le temps, on imagine ce qui a été, on savoure les mots, les impressions, on butine au fil des formes révélées... Il y a Vermeer, Georges de La Tour, Monet, Whitsler, Winslow Homer... Il y a Degas, Seurat, Toulouse-Lautrec et Modigliani... Il y a les pleins et les déliés de la créativité généreuse !

     

    Pour ceux qui ne connaissent pas encore Alain, sachez que son érudition est également très « abordable ». Alain écrit avec beaucoup de force évocatoire et de douceur passionnée, il cultive à la fois l'élégance et la simplicité.

     

    Image005.jpg

     

    Je vous conseille ses livres, de tout cœur !

     

    A noter que les bénéfices des écrits d'Alain sont reversés à l'association Rêves qui œuvre pour apporter du bonheur aux enfants malades.

     

    Merci Alain de m'avoir envoyé « Conter la Peinture » et merci d'avoir patienté pour cette publication que j'aurais aimé faire « plus tôt »...

     

    Bien affectueusement,

     

    Cendrine

    Plume

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    17 commentaires
  •  

    Image001.jpg

     

    Je continue la tradition du Poème du Mardi, un rendez-vous que j'apprécie beaucoup, en souvenir de Lady Marianne, avec des pensées d'amitié...

     

    J'ai choisi un poème de Claude Roy (1915-1997) qui célèbre les charmes de l'eau, la beauté enivrante d'une rivière, territoire de vie, de magie, de rêverie... Je l'illustre avec des photos d'une Nymphe incarnant les principes guérisseurs et salvateurs de l'élément aquatique.

     

    Image002.jpg

     

    La Rivière endormie

     

    « Dans son sommeil glissant l’eau se suscite un songe

    Un chuchotis de joncs de roseaux d’herbes lentes

    Et ne sait jamais bien dans son dormant mélange

    Où le bougeant de l’eau cède au calme des plantes

     

    La rivière engourdie par l’odeur de la menthe

    Dans les draps de son lit se retourne et se coule

    Mêlant ses mortes eaux à sa chanson coulante

    Elle est celle qu’elle est surprise d’être une autre

     

    L’eau qui dort se réveille absente de son flot

    Écarte de ses bras les lianes qui la lient

    Déjouant la verdure et l’incessant complot

    Qu’ourdissent dans son flux les algues alanguies. »

     

    Image003.jpg

     

    Poème de Claude Orland, nom de plume Claude Roy (1915-1997). Ce monsieur était un esprit brillant, un polygraphe* et un polymathe* : poète, romancier, chroniqueur littéraire, journaliste, essayiste, historien d'art, auteur de contes pour enfants...

     

    https://www.universalis.fr/encyclopedie/claude-roy/

     

    *Polygraphe : Nom fondé à partir des mots grecs « polugraphos/poly » signifiant « plusieurs » et « graphos » désignant « l'écriture ». Ce nom évoque un auteur qui écrit à propos d'une grande variété de domaines.

     

    *Polymathe : « Celui qui a étudié en grande quantité » est considéré comme un « Génie Universel ». La polymathie désigne « la connaissance approfondie d’un grand nombre de sujets différents, en particulier dans le domaine des arts et des sciences. »

     

    Image004.jpg

     

    Au-delà du poème qui évoque l'eau, sa beauté, sa sensualité, ses pouvoirs, ses mystères... retour sur l'histoire d'une fontaine couronnée par une Nymphe.

     

    Image005.jpg

     

    Le monument, appelé Fontaine des Pharmaciens ou Fontaine Pelletier et Caventou, se dresse à l'angle du boulevard Saint-Michel et de la rue de l'Abbé de l'Épée, sur la place Louis Marin, dans le 5e arrondissement de Paris.

     

    La Nymphe du lieu, dotée de vertus protectrices contre les épidémies, représente les eaux guérisseuses. Je l'avais évoquée il y a quelques années et vu le contexte sanitaire, je la trouve fortement d'actualité.

     

    Image006.jpg

     

    Appelée aussi Allégorie de la Guérison, la Nymphe a été sculptée en 1951 par Pierre-Marie Poisson (1876-1951), un artiste dont le travail, fondé sur une recherche de pureté lisible à travers la puissance et la simplicité des formes, peut être admiré en Province et en divers endroits de Paris.

     

    La fontaine, inaugurée le 2 mars 1951, rend hommage à deux esprits brillants, personnalités incontournables du monde de la pharmacie : Joseph Bien Aimé Caventou (1795-1877) et Pierre-Joseph Pelletier (1788-1842) qui furent à l'origine de l'obtention de la Quinine.

     

    Image007.jpg

    P.-J. Pelletier

     

    Pierre-Joseph Pelletier rencontra Joseph Bien Aimé Caventou à l'Hôpital Saint-Antoine. Ils se lièrent d'amitié et étudièrent les substances d'origine végétale, travaillant à en extraire les principes actifs.

     

    Image008.jpg

    Joseph Bien Aimé Caventou

     

    Ils nommèrent la « Chlorophylle » en étudiant la substance verte qui compose les feuilles et, en 1818, ils isolèrent la Strychnine de la Fève de Saint-Ignace et de la Noix vomique. Mais la découverte qui les rendit célèbres est sans conteste celle de la Quinine.

     

    Image009.jpg

     

    Image010.jpg

     

     

    Image011.jpg

     

    La Quinine est extraite de l'écorce du Quinquina (Cinchona officinalis condaminea), arbuste ou petit arbre sempervirent (à feuillage persistant) de la famille des Rubiacées, originaire de l'Équateur, de la Cordillère des Andes et d'Amérique centrale. Le Quinquina fut découvert par le Chevalier Charles Marie de La Condamine (1701-1774), explorateur, astronome et encyclopédiste au service de Monseigneur le Duc d'Orléans.

     

    Charles de La Condamine découvrit les Cinchona (ceux que vous pouvez voir sur ma photo) en 1739, dans la province de Loxa au Pérou. Il voyageait avec Joseph de Jussieu (1704-1779), médecin, naturaliste et frère des célèbres académiciens Bernard et Antoine de Jussieu et avec l'astronome, physicien, mathématicien et hydrographe Pierre Bouguer (1698-1758).

     

    Pour certains, le nom Cinchona dérive de celui de l'épouse d'un vice-roi du Pérou, la comtesse de Chinchon qui, d'après plusieurs témoignages, aurait été guérie d'une violente fièvre, en 1635, grâce à une décoction d'écorce de quinquina.

     

    L'écorce séchée et pilée fut appelée « poudre de la comtesse » ou « poudre des Jésuites » car les Jésuites connaissaient les vertus fébrifuges, digestives, toniques et antipaludéennes du remède obtenu. En péruvien, « kina-kina » signifie « écorce des écorces ».

     

    C'est à Pelletier et Caventou que nous devons l'obtention de la quinine cristallisée à partir de l'écorce du quinquina.

     

    Le quinquina a également permis d'obtenir le remède China officinalis qui apparaît comme le tout premier décrit par Samuel Hahnemann (1755-1843), le père fondateur de l'Homéopathie.

     

    Image012.jpg

     

    Avant la fontaine qui rend hommage aux deux célébrités du monde de la Pharmacie, il y eut un premier monument inauguré le 7 août 1900. Une souscription internationale permit de faire ériger un socle puissant décoré de beaux caducées (œuvre de l'architecte Georges Lisch, arrière petit-neveu de Caventou) et deux statues de bronze (créations d'Édouard Lormier) représentant Pelletier et Caventou portant leur toge professorale. Hélas, fin novembre 1941, les allemands firent déboulonner les statues afin d'utiliser le cuivre qu'elles contenaient pour le sulfatage des vignes.

     

    Après de nombreuses difficultés, un nouveau monument, celui que nous admirons aujourd'hui, a été créé au même emplacement. Le socle -qui est resté le même- est surmonté de la Nymphe qui évoque la Guérison.

     

    Image013.jpg

     

    Je vous souhaite une bonne préparation de la rentrée, chers Aminautes. Merci de votre fidélité et gros bisous...

    Plume

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    23 commentaires
  •  

    Image001.jpg

     

    Image002.jpg

     

    En souvenir de Lady Marianne qui demeure, tendrement, dans nos pensées et maintenant, régi par Fardoise et Lilou.

     

    https://lilousol.wordpress.com/category/tableau-du-samedi

     

    http://entretoilesetpapiers.eklablog.com/

     

    Le thème proposé pour le samedi 15 août et le samedi 22 août par Lilou est « Bouquet Champêtre ». Sur le blog de Fardoise, cette semaine, pour les liens vers les publications.

     

    http://entretoilesetpapiers.eklablog.com/le-tableau-du-samedi-pour-les-15-et-22-aout-2020-lilou-propose-bouquet-a199322138

     

    Image003.jpg

     

    Plaisir de caresser la peau des fleurs, de se lover dans la lumière pour jouir de l'énergie florale et imaginer un monde à soi, enivré par des murmures de Nature. Sentir frémir sous ses doigts des pétales aux tons clairs. Cette œuvre signée Francis Coates Jones (1857-1932) me charme profondément. J'aime la « rencontre » entre la jeune femme, simple et élégante dans sa tenue à l'antique, et la puissance de vie qui jaillit du bouquet. L'instant semble crépiter comme autant d'ailes de papillons...

     

    Francis Coates Jones appréciait l'esthétique des fleurs, perçues comme une quintessence de féminité. Il fut élève, comme tant de peintres à la célébrissime Académie Julian, s'imprégnant du talent des maîtres William-Adolphe Bouguereau (1825–1905) et Jules Joseph Lefebvre (1836–1911). Il voyagea beaucoup. Il sillonna l'Europe et le Maroc, en compagnie de son frère, dans les années 1870-1890 et il travailla à Paris et en Bretagne, parmi les artistes de l'École de Pont-Aven, où il rencontra Paul Gauguin (1848-1903).

     

    Image004.jpg

     

    Il retrouva ensuite les États-Unis mais il ne put oublier la France, Paris et Pont-Aven. Il fut un peintre apprécié de ses contemporains, représentant, avec subtilité dans le mouvement, des saynètes de vie qui se plaçaient dans la Nature ou qui nourrissaient un lien ardent avec elle.

     

    Il garda de son séjour à Pont-Aven une vision « libre » de ce qui l'entourait, un goût pour la simplicité et les charmants bonheurs ressentis. Il salua dans plusieurs de ses œuvres le style et l'esprit de ce groupe d'artistes qui se réunissaient dans une séduisante localité bretonne autour de la personnalité de Paul Gauguin.

    Il honora une dimension, à bien des égards, « spirituelle » de l'art qui refusait désormais de composer avec la manière des Impressionnistes. Il ne peignit pas pour autant complètement dans le style de Pont-Aven. Il s'en imprégna et créa sa propre voie picturale.

     

    Il peignit beaucoup de fleurs, de bouquets, de jeunes femmes, en résonance avec une vision de la vie intimiste, profonde, tissée de forces spirituelles... A ressentir au creux de soi...

     

     

    Image005.jpg

    Deuxième tableau de Francis Coates Jones pour ce samedi, « Des fleurs à la fenêtre », collection privée.

     

     

     

    Sur La Chimère écarlate, j'ai choisi des Bouquets réalisés par un artiste méconnu : Emanuele Bocchieri (1910-1998), qui fut peintre de l'École de Tunis.

     

    Image007.jpg

     

    http://chimereecarlate.over-blog.com/2020/08/le-tableau-du-samedi-emanuele-bocchieri-vases-de-fleurs.html

     

     

    Merci de votre fidélité et pour les charmants petits mots reçus...

     

    Belles pensées pour vous

    Plume

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    20 commentaires
  •  

    BLOG EN PAUSE quelques jours... AMITIÉS pour Vous...

     

    Vous êtes nombreux à m'avoir demandé des nouvelles, je vous en remercie. C'est difficile, euphémisme, beaucoup de douleurs et de crises d'épilepsie en canicule. La chaleur se dissipe mais les blessures sont là et j'ai besoin de tout poser et de dormir... Je ne vous oublie pas, vous le savez ! Prenez bien soin de vous...

     

    Image001.jpg

     

    Image002.jpg

     

    En souvenir de Lady Marianne qui demeure, tendrement, dans nos pensées et maintenant, régi par Fardoise et Lilou.

     

    https://lilousol.wordpress.com/category/tableau-du-samedi

     

    http://entretoilesetpapiers.eklablog.com/

     

    Le thème proposé pour le samedi 15 août et le samedi 22 août par Lilou est « Bouquet Champêtre ». Sur le blog de Fardoise, cette semaine, pour les liens vers les publications. Merci...

     

    http://entretoilesetpapiers.eklablog.com/le-tableau-du-samedi-pour-les-15-et-22-aout-2020-lilou-propose-bouquet-a199322138

     

     

    Un tutti frutti de fleurs, des notes de couleurs précieuses qui frémissent à l'orée d'un rivage... J'aime infiniment cette œuvre créée par l'artiste américain Frederick Childe Hassam (1859-1935), de sensibilité Impressionniste.

     

    Ces fleurs me font l'effet d'un monde enchanté qui se dévoile, un athanor de couleurs qui attirent le regard, irrépressiblement. La force vibratoire de ce tableau est magique !

     

    Image003.jpg

    Le Jardin de Celia Thaxter, détail 1

     

    Cette toile représente un moment d'apogée dans le talent et la créativité de son auteur qui adorait passer ses étés dans le magnifique archipel des îles de Shoals, notamment sur l’île Appledore (Maine/New Hampshire), à environ seize kilomètres de Portsmouth. Il nous invite à découvrir un jardin d'une beauté enivrante, conçu par l'une de ses meilleures amies, la poétesse Celia Thaxter (1835-1894). Ce jardin était pour lui un lieu de paix, de réflexion, d'inspiration ardente... Il s'y imprégnait du rouge vif des coquelicots, des nuances de rose poudré des roses trémières, du vert changeant des feuillages d'été avec des touches de blanc et de jaune doré, des frissons de bleu, de gris, de mauve... Un jardin conçu comme un champ de fleurs sauvages !

     

    Image004.jpg

    Le Jardin de Celia Thaxter, détail 2

     

    Au fil de sa vie, Frederick Childe Hassam élabora une œuvre tissée de subtiles atmosphères, de paysages urbains se fondant dans des tons précieux, de vastes étendues conduisant à la mer, de champs fleuris, de silhouettes évoluant dans des lieux gorgés de l'intense magie des éléments... Son univers est d'une impressionnante richesse !

     

    Image005.jpg

    Celia Thaxter dans son jardin, 1892, Smithsonian American Art Museum.

     

    Image006.png

     

    Frederick Childe Hassam était membre de la confrérie des Ten American Painters, une association de dix peintres américains du XIXe siècle qui démissionnèrent de la Société des Artistes de leur temps afin de protester contre le mercantilisme de l'art. Ils se détachèrent aussi de l'Académie Nationale d'Esthétique sous l'impulsion d'artistes comme Mary Cassatt (1844-1926), James Whistler (1834-1903), Thomas Eakins (1844-1916) ou encore Winslow Homer (1836-1910).

     

    Le groupe des Dix était constitué de Frederick Childe Hassam (1859-1935), Julian Alden Weir (1852-1919), John Henry Twachtman (1853-1902), Robert Lewis Reid (1862-1929), Willard Metcalf (1858-1925), Frank Weston Benson (1862-1951), Edmund Charles Tarbell (1862-1938), Thomas Wilmer Dewing (1851-1938), Joseph DeCamp (1858-1923) et Edward Simmons (1852-1931).

     

     

    Image007.jpg

    Le Jardin d'Eau, 1909

     

    En hommage à l'art vibratoire de Claude Monet (1840-1926)... Une foule de bouquets qui se respirent et se dégustent avec les yeux !

     

    Image008.jpg

    Le Jardin d'Eau, détail 1

     

    Image009.jpg

     Le Jardin d'Eau, détail 2

     

    Amoureux de la Nature, Frederick Childe Hassam fut aussi un admirateur des villes. Il peignit Paris avec ses contrastes et ses ambivalences et les puissantes villes américaines. Il aima particulièrement Boston où il fit des études de grande qualité.

     

    Il étudia également à Paris, comme nombre d'artistes américains, à l'Académie Julian, de 1886 à 1889, sous l'égide des maîtres Louis Boulanger (1806-1867) et Jules Joseph Lefebvre (1836-1911) et à l'École des Beaux Arts.

     

    Il fit vibrer la Nature, les fleurs, l'Océan, à travers les paysages côtiers magnifiques et gorgés de lumière, de la série « Appledore ». Il fut un expert en représentation de phénomènes météorologiques et notamment à New York, ville tentaculaire et sujet d'études infini ! Il peignit la nuit, la neige, le brouillard, la pluie au rythme des saisons et les effets de lumière troublés.

     

    Envoûté par les œuvres de Claude Monet (1840-1926), il affirma encore sa célébrité en réalisant une série de 22 tableaux de drapeaux (The Flag Series) qui s'inspiraient de l'atmosphère de la Cinquième Avenue et de rues mythiques de New York. Particulièrement prolifique, il conçut plus de trois mille peintures sur toile, aquarelles, gravures et lithographies. Un de ses tableaux a été installé à la Maison Blanche, dans le Bureau Ovale, à l'initiative de Barack Obama dès le début de l'Investiture Présidentielle.

     

     

    Image010.jpg

    Charme infini des fleurs que l'on butine avec passion...

     

    Image011.jpg

     

    Sur La Chimère écarlate, j'ai choisi La Cueillette des Coquelicots et des touches de Roses Trémières réalisées par l'artiste John George Todd (1832-1858), peintre de l'École d'Ecouen.

     

    Image012.jpg

     

    http://chimereecarlate.over-blog.com/2020/08/le-tableau-du-samedi-john-george-todd-la-cueillette-des-coquelicots-et-les-roses-tremieres.html

     

    Un vrai Bouquet Champêtre !

     

    Gros bisous et à bientôt, belles pensées pour vous...

    Plume

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    32 commentaires